La transformation numérique des territoires ne peut se faire sans les collectivités

Les Ministres Amélie de Montchanin et Cédric O ont invité les associations d’élus à débattre sur le volet du Plan de relance consacrée à la « Transformation numérique de l’Etat et des Territoires », réunion dans laquelle je représentais les Petites Villes de France.
Avis unanime, pour réussir une telle transformation ne peut se faire sans les collectivités. Si le plan France Relance mobilise des moyens financiers considérables (500 millions d’euros), il ne constituera une réelle opportunité qu’à cette seule condition, tant il apparait que pour être acceptable et acceptée de tous, cette démarche doit tenir compte en premier lieu des besoins de nos concitoyens et des contraintes que doivent surmonter les acteurs du terrain.

Si nous partageons l’ambition de décliner au plus près de nos concitoyens les politiques publiques, vouloir faire proximité (le « fameux dernier kilomètre ») nécessite pour s’inscrire au quotidien et dans la durée, certains préalables : intégrer les contraintes du terrain, s’appuyer sur les acteurs locaux, faciliter la vie des usagers (approche « Ux » : parcours usagers, ergonomie, expérience utilisateur …), privilégier une démarche ascendante de type « bottom up ».

Investir dans le numérique, suppose de miser plutôt sur les technologies d’avenir que celles du passé, fut-il «immédiat » et si ce n’est d’anticiper les tendances à venir, de tenir compte de celles qui ne sont déjà plus des signaux faibles : explosion des échanges de données, omniprésence de la data, nécessité absolue de travailler sur la robustesse des systèmes, lutte contre la cyber délinquance, sécurisation des accès (identités numériques), émergence de technologies disruptives telle la blockchain …

Certaines voix suggèrent d’opter pour des seuils ou des logiques de périmètres XXL, qu’ils soient administratifs, institutionnels ou géographiques … Rappelons simplement que le numérique s’affranchit des limites « physiques », c’est souvent l’usage qui fait sens … Aussi nous semble-il plus pertinent, de travailler à des innovations qui ratissent « large » et apportent une valeur ajoutée au plus grand nombre d’utilisateurs afin de se concentrer sur l’essentiel, sécuriser le cœur de la matrice et développer son agilité, sa souplesse, en évitant si possible tout effet « usine à gaz ». Quitte à penser quelque peu « out of the box ».

C’est bien le sens des propositions qui suivent …

Continuer la lecture de « La transformation numérique des territoires ne peut se faire sans les collectivités »

Numérique éducatif : Quels enjeux partagés pour l’école du XXI eme siècle ?

« Les nations qui s’avancent à travers les siècles ont besoin d’une instruction qui, se renouvelant et se corrigeant sans cesse, suive la marche du temps, la prévienne quelquefois, et ne la contrarie jamais. » Condorcet

Le confinement nous a pris de cours et la crise sanitaire, « crash test » grandeur nature a révélé fragilités structurelles, retard des usages numérique, dépendances du pays, provoquant une prise de conscience collective intervenue dans une période rendue délicate du fait de la mutation en cours.
La planète devient réticulaire et digitale, transformation d’autant plus déstabilisatrice que ce mouvement s’accélère. La « création destructrice », pour reprendre l’expression d’Edgar Morin, déroule sa longue traine, globale, systémique, bouleversant vies intimes, relations sociales ou économiques, et modifiant sensiblement notre rapport aux autres, à la société, au temps …
Un nouveau monde émerge, ce qui influe inévitablement sur la transmission des savoirs ; véritable révolution copernicienne, le numérique induit l’émergence de nouveaux modèles pédagogiques comme le développement d’habiletés spécifiques. L’école ne peut se permettre d’être « hors sol » et « hors du temps » vis à vis du monde extérieur auquel elle est connectée, au propre comme au figuré.
Afin de tirer les enseignements de ces derniers mois, le Ministre de l’Éducation a initié « Les États Généraux du Numérique pour l’éducation ». J’ai rédigé au nom de l’Association des Petites Villes de France (ou APVF) une contribution qui rassemble certaines de nos propositions.
L’Éducation constitue une compétence régalienne de l’État, mais depuis les lois de décentralisation elle est aussi l’affaire des collectivités. La ligne de partage semble claire, chacun détenant sa part de compétences, cependant sur le terrain la réalité est beaucoup plus floue.
Il devient urgent de définir une feuille de route partagée, y compris au niveau le plus local, afin de clarifier les responsabilités de chaque acteur et d’agir en commun afin de préparer au mieux notre société à répondre aux défis du XXI âme siècle .
Le confinement a démontré l’urgence de développer les usages numériques pour combler notre retard et leurs incidences sur des enjeux sociétaux. Il a souligné également tout l’intérêt de mieux prendre en compte la dimension locale en privilégiant une démarche collaborative horizontale. Durant la crise sanitaire la réalité du terrain s’est effectivement imposée d’elle-même face aux « injonctions trop souvent contradictoires venues « d’en haut ». A certains le ministère de la parole pour reprendre l’expression de l’actuel Premier Ministre, à d’autres la première ligne.

Quelle feuille de route établir ? Quel rôle pour chaque acteur ? Autant de questions évoquées dans la suite de ce billet, en rappelant qu’en matière de numérique, plus que l’outil c’est l’usage qui importe.
Espérons que ces États Généraux soient enfin l’occasion de travailler ensemble à une feuille de route partagée, évolutive et plus que tout collaborative. ll nous paraissait utile que les Maires des Petites Villes soient non seulement présents dans ce débat citoyen, mais également forces de propositions.

Continuer la lecture de « Numérique éducatif : Quels enjeux partagés pour l’école du XXI eme siècle ? »

La victoire du pot de terre … « Collector »

Un arrêté ministériel vient de mettre un terme à plus de 13 ans de combat administratif que je mène contre l’État au nom de ma commune afin d’obtenir une décision simplement équitable, permettant à ma ville de mieux répondre à ses demandes. Comme quoi le Pot de terre n’est pas toujours prédestiné à perdre contre le pot de fer !

Au 1er juillet, nous serons enfin classés en Zone 1 (zonage logement social) comme les villes voisines concernées par la loi SRU, cet arrêté constitue une première, à double titre : il ne porte que sur une seule commune en France à savoir « Trilport », notre ville étant la seule à avoir eu gain de cause en ce domaine, après il est vrai avoir poursuivi l’État au Tribunal Administratif.
Les spécialistes de l’aménagement urbain (bailleurs, aménageurs, promoteurs …) ne se sont pas trompés sur le sens d’une telle décision et ses conséquences pour l’avenir, cependant rares sont ceux, parmi mes concitoyens, qui peuvent saisir réellement toute la portée et l’importance d’un tel arrêté pour la ville. Aussi il me semblait utile d’apporter les éléments d’appréciation permettant à chacun de mieux comprendre la nature et les raisons du combat mené toutes ces années contre une bureaucratie en mode kafkaïen et l’impact futur pour Trilport de cette mesure.

Il n’est effectivement pas banal et quelque peu paradoxal d’avoir à porter plainte contre l’Etat, pour être en mesure et surtout en capacité de respecter ses exigences !

Dès que j’ai lu cette décision, j’ai eu une pensée pour Nicole Bricq. Nicole avait été la première à me soutenir et durant toutes ces années m’a encouragé à ne jamais lâcher l’affaire, elle en aurait ravie …

La morale de cette histoire, s’il en faut une, est double :
1/ « Aide toi et le ciel t’aidera »
2/ Les seules batailles que l’on ne remportent jamais sont celles que ne l’on ne mènent pas !

Une décision bienvenue qui nous permettra à un moment clé, notamment de l’écoquartier de l’Ancre de lune, de construire plus facilement les logements imposés par l’État au titre de la loi SRU, sans transiger sur leur qualité et la dimension humaine des futurs projets, fidèles à la conception d’un habitat social de qualité, digne et respectueux de ses habitants comme des riverains que nous défendons depuis des années.

Pour découvrir toutes les péripéties et les enjeux de ce combat « juridique » vieux de 13 années, il vous suffit de suivre le lien.
Bienvenue et « bon voyage en Absurdie » dans le monde merveilleux de la bureaucratie française, un brin kafkaïenne et tout à fait retorse …

Continuer la lecture de « La victoire du pot de terre … « Collector » »

Un nouveau mandat débute

Le Bureau Municipal, Jean Michel Morer Maire de Trilport entouré des huit Maires Adjoints

Cette nouvelle mandature débute dans un climat singulier, deux mois après l’élection municipale suivie d’une séquence inédite durant laquelle chacun aura pu prendre conscience de la vulnérabilité d’un système institutionnel à bout de souffle, dans l’incapacité d’anticiper ou de réagir à temps, et à l’inverse apprécier la formidable richesse humaine de nos territoires, magnifique promesse pour l’avenir. 
A Trilport nous sommes intervenus au cœur des fragilités d’une société qui n’en manque pas, simplement, à la mesure de nos moyens, mais utilement et efficacement je crois, permettant ainsi à nos concitoyens en situation de fragilité de surmonter cette période délicate.

Ces évènements soulignent une fois de plus l’importance des communes pour le pays et sa cohésion. Porteuses de lien social, notamment auprès des plus fragiles, elles initient et impulsent également des dynamiques territoriales, ne l’oublions jamais. Dans ce cadre, les élus locaux, créateurs de liens et passeur de sens, constituent une interface naturelle entre une administration et des décideurs trop souvent déconnectés de la réalité concrète et le terrain. Ces derniers jours l’ont encore illustré.
Notre pays doit se poser impérativement la question de l’acceptabilité, tant elle est majeure, voir centrale … Plus le sommet de la pyramide est éloignée de sa base, plus elle devient prégnante. La société se doit d’apaiser, réconcilier, fédérer plutôt que cliver, fracturer et abimer … La gestion de cette crise par l’État, qui fait suite à la séquence des gilets jaunes sont autant d’éléments qui en témoignent.
Cultivons nos doutes, ils sont écrivait Camus, ce que nous avons de plus intime, boussoles indispensables, parfois même signaux d’alerte protecteurs, ils constituent un formidable moteur pour progresser, aller plus loin et plus haut.
Nos doutes permettent de concilier deux mots, que j’ai, à titre personnel, toujours considérés comme complémentaires et liés : ambition et humilité … 

Une victoire aux municipales est une réussite collective, aussi j’ai une pensée émue pour mes colistiers, les membres d’un comité de soutien riche de plus de 100 personnes (cela n’est pas rien pour une petite commune comme la nôtre ) et nos électeurs.
D’autant qu’elle est sans ambiguïté, j’ai la conviction que dans un contexte plus apaisé, le résultat aurait été plus net encore. Ce résultat, plus de 60% de suffrages exprimés, nous oblige, nous devrons nous en montrer dignes afin d’être à la hauteur de la confiance accordée par les Trilportais. 
Durant la campagne électorale nous n’avons jamais triché, abordant de front, en transparence, sans langue de bois ni démagogie, les enjeux que notre ville se doit et se devra de relever dans les prochaines années. Le projet que nous avons proposé aux Trilportais rassemble des propositions concrètes et reprend beaucoup des suggestions ou critiques exprimées par nos concitoyens, ce qui en a mené certains, malgré leur opposition initiale, à nous rejoindre.
Nous respecterons l’engagement pris d’innover en matière de concertation, tant nous croyons à la sagesse collective et en avons désormais les moyens. L’expérience autour de l’écoquartier de l’Ancre de lune nous sera utile dans cette démarche.

L’engagement républicain de chaque élu municipal, qu’il soit de la majorité ou de l’opposition, est à saluer et mérite le respect de nos concitoyens. Les conseillers municipaux travaillent au service de l’intérêt général et de Trilport.
Une commune est par nature un organisme vivant évoluant et se transformant sans cesse, qui doit s’adapter aux aléas et renouveler pratiques et usages pour y répondre. Il faut compter également avec les incertitudes liées à l’évolution des vies personnelles des uns et des autres, cela amènera l’exécutif municipal à évoluer au fil des années, tant être élu, n’est ni une fin en soi, ni un acquis pour six ans, mais une responsabilité qui implique et exige temps, disponibilité, énergie ou engagement, six ans c’est long …

Un nouveau mandat débute …

Nous avons tant à faire pour cette ville dans une période clé de son développement …
Nous avons tant à faire pour ce territoire, riche de son patrimoine naturel, riche de ses habitants, riche de sa faculté à innover, à explorer tous les champs des possibles …
Nous avons tant de graines à semer pour construire une ville épanouie, ce slogan de campagne constituera pour les six prochaines années notre feuille de route, afin de :  

Construire, ensemble, une ville épanouie pour toutes les générations.

Après le confinement : « Aide toi, le ciel t’aidera »

Intervention au journal télévisé de TF1 sur la question de la reprise des écoles et des difficultés rencontrées

Nous avons vécu ces dernières semaines une parenthèse insolite qui a duré prés de deux mois, riche en enseignements : intimes, certains ayant eu l’opportunité d’un dialogue inédit avec eux mêmes ou plus collectifs, avec la place prise par des services publics comme l’hôpital et l’école, celle des « premiers de corvée » dans notre quotidien et l’impact des mesures gouvernementales liées notamment au soutien à l’emploi et à l’économie, y compris si certains, trop nombreux, ont eu la douleur de perdre leur emploi.
Cette crise sanitaire a également révélé les fragilités d’une société considérée jusque là comme invulnérable et accéléré un processus de décomposition avancée dont nous ne soupçonnions pas l’ampleur. «Le vieux monde se meurt » et un nouveau semble surgir soudainement, sans prévenir … « the times is out of joint » … attention aux dégâts, il y en aura et risquent d’être nombreux et douloureux.

Les spécialistes auront tout le temps de théoriser et débattre sur une expérience spatio temporelle aussi singulière qu’unique, véritable arrêt sur image dystopique. Les questions qui se posent à nous sont identifiées :
« le Monde d’après constituera t’il un nouveau départ, radicalement différent de celui d’avant (croissance, progrès, sens de la vie …) ?
Aurons nous l’intelligence collective de privilégier, valeurs et éthique , aurons nous la sagesse de remettre en cause ou perspective l’incidence de nos modes de vie sur la planète ?
Nous verrons bien … Un constat cependant qui s’impose à tous, l’homme pour l’homme, mais plus encore pour nos eco systèmes, est devenu au fil des millénaires le pire virus que la terre ait connu et le prouve toujours au quotidien.


A titre personnel, mon activité de Maire m’a fait toucher du doigt les lignes de fracture d’un modèle organisationnel à bout de souffle et, dans le même temps, apprécier le formidable potentiel humain d’une société qui n’en manque pas, constituant une véritable richesse et une promesse pour l’avenir.
Soyons cash, si l’État a fait preuve d’inertie, démontré sa pesanteur, ses contradictions, beaucoup de collectivités ont relevé le défi et agi utilement pour leurs administrés : initiant, animant, tissant réseaux de solidarité et fédérant des dynamiques solidaires citoyennes.
Depuis le début de cette séquence une avalanche d’injonctions contradictoires provenant du sommet d’un état pyramidal totalement déconnecté de sa base, le terrain, et perdant de vue la nécessité absolue d’agir vite et au plus près de nos territoires se sont succedées
Le manque d’anticipation, d’agilité ou de réactivité d’une administration quasiment « pétrifiée » dans l’attente d’une parole « libératrice  » venant « d’en haut », a été dommageable.
Situation rendue d’autant plus compliquée sur le terrain par des prises de paroles intempestives de ministres addicts aux sunlights médiatiques (le fameux quart d’heure Warholien) dévoilant à l’occasion une totale méconnaissance du terrain, de ses contraintes et de la nécessité, nous sommes tout de même en 2020, de privilégier un mode d’action réellement collaboratif. Contexte qui a incité nombre d’acteurs du terrain à appliquer avec bonheur une maxime chère à Jean de la Fontaine et bien connue de tous les élus de France « Aide toi, le ciel t’aidera » (Le chartier embourbé).

A bien des égards, cette crise sanitaire aura constitué un crash test qu’il faut savoir prendre comme tel, révélant nos failles organisationnelles, multiples, les limites d’un modèle technocratique pyramidal et sclérosé, aux lignes hiérarchiques venues d’un autre âge et de périmètres de compétences en mode silos isolés, multipliant comités « théodules », le tout aboutissant au bout du bout à une paralysie témoignant d’une véritable « stupidité fonctionnelle » inadaptée aux défis de la société complexe qui est désormais la notre.

Toutes celles et ceux qui durant ces journées se sont retrouvés en première ligne, avec une pensée particulière pour les personnels soignants, savent QUI durant ces journées à été à leurs côtés ou non, et QUI a agit utilement ou pas. Je n’oublie pas quand à moi l’aide de la Région Ile de France comme de celle du Département de Seine et Marne.

A Trilport nous sommes intervenus au cœur même de la fragilité, avec des moyens pourtant limités, grâce à une mobilisation collective et un état d’esprit qui nous ont permis d’initier des actions citoyennes solidaires répondant concrètement aux aléas et urgences successives.
Une énergie collective et des initiatives qui ont suscité une véritable curiosité médiatique qui m’a amené notamment à répondre a certaines sollicitations des journaux et chaînes de télés.

Nous avons ces dernières semaines expérimenté certaines pistes d’action reposant sur des concepts simples que je vous propose d’explorer, en m’excusant du prisme territorial qui est le mien, celui d’un élu local donc réducteur par nature.

Continuer la lecture de « Après le confinement : « Aide toi, le ciel t’aidera » »

Urbi et Orbi, les communes à l’heure du Covid 19

Calligramme signifiant Wēijī ou Crise en chinois

En quelques semaines un virus issu du monde animal apparu au marché de fruits de mer de Huanan (à Wuham) a contaminé et paralysé la planète entière, ou du moins la société des hommes. Comme quoi un signal faible peut se transformer en véritable tsunami s’il n’est pas appréhendé suffisamment en amont et déclencher un véritable chaos, illustration concrète que « l’effet papillon » n’est pas une simple figure rhétorique.

Cette première crise du millénaire témoigne non seulement de l’ampleur des bouleversements en cours, elle révèle nos faiblesses et accélère la métamorphose à l’œuvre, véritable « création destructrice » pour reprendre l’expression d’Edgar Morin. Le nombre de victimes déjà important de cette catastrophe sanitaire, ne cesse d’augmenter, la pandémie semble respecter une règle clé de la « nouvelle économie », celle dite « des trois V » (velocity, volume, variety). Sa fulgurance et son ampleur frappe effectivement et indistinctement toutes les catégories sociales des pays de la planète, qu’ils soient riches ou pauvres.
N’en doutons pas, les conséquences, systémiques et multidimensionnelles (économiques, sociales, environnementales, financières, géo politiques) de cette crise inédite vont bouleverser durablement nos sociétés, à bien des égards le monde d’après ne sera plus celui d’avant (truisme).

Si l’économie européenne n’est pour l’heure pas détruite, mais « sous cloche », elle le doit principalement :
– aux amortisseurs mis en place auprès des salariés (recours au chômage partiel) et des entreprises (aides financières),
– à l’action énergique des banques centrales,
– à la coordination des politiques publiques européennes.
Un traitement « macro social » qui a permis à nos pays de limiter l’impact structurel de la pandémie et surtout de mieux se concentrer sur l’urgence sanitaire.

Confinés, nous sommes littéralement, dans l’œil du cyclone, chacun pressent que le réveil sera brutal et qu’en sortir constituera une opération périlleuse et délicate, graduelle et progressive. Plus vite le déconfinement sera mené à terme, moins les conséquences de ce « trou d’air » pèseront sur une économie ayant hiberné de longs mois.
Encore faut il agir avec discernement, initier des mesures d’accompagnement adaptées aux différentes réalités territoriales, et tenir compte également de la temporalité de leur mise en œuvre.
Il convient de distinguer selon moi, la « reprise économique » , ou comment réamorcer une machine à l’arrêt depuis de longues semaines qui nécessite une action immédiate, de la « relance » qui concerne le moyen et long terme. La contribution des collectivités, notamment des communes, sera essentielle pour chacune de ces phases.
A pied d’œuvre depuis le début de la crise sanitaire nos villes assurent la continuité du service public, initient, animent et accompagnent les réseaux de solidarité qui se sont multipliés dans le pays, contribuent également à une allocation des ressources plus efficace afin de surmonter les multiples pénuries rencontrées. Elles sont d’autant plus incontournables que la commande publique constitue un moteur majeur de l’activité économique du pays.

Notre responsabilité collective, cela peut sembler paradoxal ou provocateur, est de sortir plus fort et résilient de cette séquence dramatique. La pandémie a déclenché un effet domino qui a révélé non seulement une crise systémique profonde, mais a souligné une quête identitaire à laquelle notre société est confrontée et se doit d’apporter sinon des réponses, du moins du sens et des perspectives.
Cet enjeu crucial, existentiel et vital remet en cause le modèle culturel, économique et social qui a façonné notre société depuis des siècles …
Pour d’autres cultures, l’approche diffère, en Chine par exemple le mot « crise » revêt une double signification, étant composé de deux caractères l’un signifiant « danger », l’autre « opportunité » , tout un symbole … 

Comment favoriser une reprise rapide qui n’oublie aucun territoire de la république, même ceux jusque là « invisibles », et au delà, rebondir afin de transformer ce profond traumatisme collectif en opportunité pour l’avenir ? Et quelle place pour nos communes dans les réponses à apporter à ce « grand bouleversement » ?

C’est le sens des propositions concrètes qui suivent



Continuer la lecture de « Urbi et Orbi, les communes à l’heure du Covid 19 »