La victoire du pot de terre … « Collector »

Un arrêté ministériel vient de mettre un terme à plus de 13 ans de combat administratif que je mène contre l’État au nom de ma commune afin d’obtenir une décision simplement équitable, permettant à ma ville de mieux répondre à ses demandes. Comme quoi le Pot de terre n’est pas toujours prédestiné à perdre contre le pot de fer !

Au 1er juillet, nous serons enfin classés en Zone 1 (zonage logement social) comme les villes voisines concernées par la loi SRU, cet arrêté constitue une première, à double titre : il ne porte que sur une seule commune en France à savoir « Trilport », notre ville étant la seule à avoir eu gain de cause en ce domaine, après il est vrai avoir poursuivi l’État au Tribunal Administratif.
Les spécialistes de l’aménagement urbain (bailleurs, aménageurs, promoteurs …) ne se sont pas trompés sur le sens d’une telle décision et ses conséquences pour l’avenir, cependant rares sont ceux, parmi mes concitoyens, qui peuvent saisir réellement toute la portée et l’importance d’un tel arrêté pour la ville. Aussi il me semblait utile d’apporter les éléments d’appréciation permettant à chacun de mieux comprendre la nature et les raisons du combat mené toutes ces années contre une bureaucratie en mode kafkaïen et l’impact futur pour Trilport de cette mesure.

Il n’est effectivement pas banal et quelque peu paradoxal d’avoir à porter plainte contre l’Etat, pour être en mesure et surtout en capacité de respecter ses exigences !

Dès que j’ai lu cette décision, j’ai eu une pensée pour Nicole Bricq. Nicole avait été la première à me soutenir et durant toutes ces années m’a encouragé à ne jamais lâcher l’affaire, elle en aurait ravie …

La morale de cette histoire, s’il en faut une, est double :
1/ « Aide toi et le ciel t’aidera »
2/ Les seules batailles que l’on ne remportent jamais sont celles que ne l’on ne mènent pas !

Une décision bienvenue qui nous permettra à un moment clé, notamment de l’écoquartier de l’Ancre de lune, de construire plus facilement les logements imposés par l’État au titre de la loi SRU, sans transiger sur leur qualité et la dimension humaine des futurs projets, fidèles à la conception d’un habitat social de qualité, digne et respectueux de ses habitants comme des riverains que nous défendons depuis des années.

Pour découvrir toutes les péripéties et les enjeux de ce combat « juridique » vieux de 13 années, il vous suffit de suivre le lien.
Bienvenue et « bon voyage en Absurdie » dans le monde merveilleux de la bureaucratie française, un brin kafkaïenne et tout à fait retorse …

Continuer la lecture de « La victoire du pot de terre … « Collector » »

11 novembre 2019, 30 ans après

Comment ne pas faire référence lors de la cérémonie du 11 novembre a cet anniversaire qui a changé littéralement l’histoire de l’Europe et dont l’onde de choc a transformé durablement la géo politique planétaire ?

Il y a 30 ans, le mur de Berlin, mur de la honte s’il en est, s’effondrait et la liberté d’aller et venir revenait à l’Est comme revient l’espérance …
« L’histoire en marche offrait au monde le spectacle improbable la veille encore, d’une brèche dans le mur, qui à lui seul signifiait depuis près de 30 ans, les déchirures de notre continent.
Ce jour-là la démocratie et la liberté inséparables l’une de l’autre, remportaient, une de leur plus belles, une de leur plus sensibles victoires.
Le peuple avait bougé. Le peuple avait parlé et sa voix passait les frontières, brisait le silence d’un ordre qu’il n’avait pas voulu, qui lui était imposé et qu’il aspirait à renier pour redevenir lui-même. »
avait déclaré alors François Mitterand.

Comment expliquer aux nouvelles générations, la portée historique d’un événement qu’il apprennent dans leur livre d’histoire alors qu’il a marqué durablement au plus profond la jeunesse de leurs parents?
Peut-être leur raconter, qu’un mur tel celui de Games of Thrones, haut de 3,5 m, long de 155 km coupait la ville de Berlin en deux, séparant le monde libre du bloc soviétique, un mur érigée contre la volonté de ses habitants.
Je n’oublie pas que la chute du mur de Berlin, a été un merveilleux moment d’espérance, promesse d’avenir meilleur, permettant enfin à l’Europe de marcher sur ses deux jambes, celle de l’Ouest et celle de l’Est, y compris si aujourd’hui elle semble à l’arrêt l’Europe, alors qu’elle devrait courir pour rattraper le temps perdu …

Depuis 2012, lors de chaque cérémonie du 11 novembre, devant chaque monument aux morts, le pays rend hommage à ceux qui sont tombés pour la France : des poilus de 14, aux soldats disparus depuis, que ce soit en Algérie, Indochine, Afghanistan, Afrique ou lors d’opérations extérieures …

Cette cérémonie cette année a revêtu un caractère particulier, car nous avons rendu justice à deux Trilportais, « morts pour la France » et oubliés toutes ces années …

Continuer la lecture de « 11 novembre 2019, 30 ans après »

Merci pour tout Christine

Christine Revault d’Allonnes, députée européenne dans l’hémicycle

« Si tout est construit sur du sable, nous devons le faire comme si le sable était de la pierre » Jorge Luis Borges

J’assume mes amitiés, mieux je les revendique, aussi permettez ces quelques lignes pour saluer l’action, la qualité du travail, l’énergie, la passion d’une député européenne hors du commun, qui malheusement d’ici quelques jours ne le sera plus, à son corps défendant.
En politique, il y a des liens plus ou moins éphèmères et souvent superficiels qui se nouent, se dénouent, se rompent parfois au fil du temps, des aléas, au gré des humeurs ou des coups de vent, il y a également des complicités et de vraies amitiés qui se tissent, basées sur le respect mutuel, les valeurs partagées, des divergences également lorsqu’elles sont assumées, un projet commun à construire, c’est tout cela qui me lie à Christine Revault d’Allonnes.
Quelle est ma légitimité pour écrire un tel billet ? J’ai été durant cinq années Député Europeen suppléant, puisqu’élu en 4 eme position juste derrière Christine. Je connais donc un peu le sujet, m’étant préparé au cas où et ayant fait divers passages tant à Strasbourg qu’à Bruxelles … Je n’oublie pas non plus le lien invisible mais vivace qui relie toutes les énergies positives qui ont contribué à mener en Ile de France cette campagne européenne de 2014, inoubliable et enthousiasmante, qui demeure pour chacun d’entre nous une magnifique aventure collective, humaine et militante.
Aussi, comme tant d’autres, j’ai un profond sentiment d’injustice aujourd’hui à la voir écarter de cette responsabilité par des jeux « d’appareils » d’un autre temps et des calculs d’arrière boutique « court termistes » qui ont fait et font tant de mal au combat politique. Il y a en politique des alliances de circonstances sans lendemain qui affaiblissent plus qu’elles ne renforcent …

Il faut mesurer le travail mené, cinq années durant, pour faire entendre, non seulement la voix de la France à Bruxelles, la où elle porte si peu d’habitude, mais aussi à agir sans cesse pour faire avancer une Europe plus sociale, solidaire, durable et respectueuse de la place de la femme dans notre société. Députée assidue, Christine a été en charge de dossiers aussi sensibles et complexes que ceux de la taxation des poids-lourds, du droit à l’avortement, l’enquête sur le diesel gate, l’accueil des réfugiés, le paquet ferroviaire …
Faut il préciser qu’elle était, ironie du sort, en responsabilité du chantier Europe pour le PS ! A ce titre du programme sur lequel s’appuiera notamment la liste soutenue par sa formation politique !

C’est ce qu’elle exprime si bien dans une vidéo de 2 minutes.

Continuer la lecture de « Merci pour tout Christine »

Que 2019 soit une année utile à la planète bleue

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.

Andrée Chedid

Cent ans après

Dépôt de gerbes au cimetière allemand de Chambry (Ville de Trilport / D. Douches)

Depuis 2000, Trilport est jumelée avec la ville d’Engen, aussi il nous semblait important de commémorer avec nos amis allemands le centième anniversaire de la fin de cette véritable abomination qu’a été la guerre de 1914-18,  dont les terres de Brie portent la trace indélébile, et de faire de cette célébration, un temps fort de notre jumelage.
Une délégation d’élus d’Engen, conduite par Johanes Moser, son Burgmeister est venue à Trilport lors du premier week end d’octobre, tout juste après les cérémonies de leur fête nationale, qui commémore le « jour de l’unité allemande » du 3 octobre 1990, date de la réunification officielle du pays.

La délégation allemande a visité le Musée de la Grande Guerre dédié à un conflit qui marque incontestablement un tournant de l’histoire du monde.
Ces années de guerre ont totalement bouleversé l’équilibre géo politique et vu une nouvelle carte d’Europe et du monde apparaitre : démantèlement de l’Autriche Hongrie, révolution russe, arrivée des USA comme grande puissance …
Plus encore, c’est le terrible bilan d’une catastrophe humaine sans précédent qui marque à jamais la mémoire collective de nos pays respectifs et dont nos monuments aux morts témoignent : 9 millions de morts (en France et Allemagne, 25% des hommes ayant entre 20 et 30 ans n’en reviendront pas), 20 millions de blessés, des milliers de villages et de villes détruites sous un déluge de feu, de plomb, de gaz et d’obus.
Que dire de plus, sinon que le nouveau monde qui émerge en 1918, du fait surtout des conditions de paix imposés aux vaincus (« vae victis », ou « malheur aux vaincus ») sera à l’origine d’un autre conflit mondial, encore plus effrayant, plus dramatique et inhumain.

Un des enseignements de ce terrible et dramatique conflit est bien qu’il n’y a eu ni vainqueurs, ni vaincus, mais que des perdants, et ce sur plusieurs générations … 

Continuer la lecture de « Cent ans après »

Meilleurs voeux 2018

voeux-bansky.jpg

La terre aime le soleil

Et elle tourne

Pour se faire admirer

Et le soleil la trouve belle

Et il brille pour elle;

Et quand il est fatigué

Il va se coucher

Et la lune se lève.

Jacques Prévert

En espérant que  Bansky et ses œuvres retrouvent sourire et joie en 2018 …  Ce sera bon signe pour toutes et tous