Après le confinement : « Aide toi, le ciel t’aidera »

Intervention au journal télévisé de TF1 sur la question de la reprise des écoles et des difficultés rencontrées

Nous avons vécu ces dernières semaines une parenthèse insolite qui a duré prés de deux mois, riche en enseignements : intimes, certains ayant eu l’opportunité d’un dialogue inédit avec eux mêmes ou plus collectifs, avec la place prise par des services publics comme l’hôpital et l’école, celle des « premiers de corvée » dans notre quotidien et l’impact des mesures gouvernementales liées notamment au soutien à l’emploi et à l’économie, y compris si certains, trop nombreux, ont eu la douleur de perdre leur emploi.
Cette crise sanitaire a également révélé les fragilités d’une société considérée jusque là comme invulnérable et accéléré un processus de décomposition avancée dont nous ne soupçonnions pas l’ampleur. «Le vieux monde se meurt » et un nouveau semble surgir soudainement, sans prévenir … « the times is out of joint » … attention aux dégâts, il y en aura et risquent d’être nombreux et douloureux.

Les spécialistes auront tout le temps de théoriser et débattre sur une expérience spatio temporelle aussi singulière qu’unique, véritable arrêt sur image dystopique. Les questions qui se posent à nous sont identifiées :
« le Monde d’après constituera t’il un nouveau départ, radicalement différent de celui d’avant (croissance, progrès, sens de la vie …) ?
Aurons nous l’intelligence collective de privilégier, valeurs et éthique , aurons nous la sagesse de remettre en cause ou perspective l’incidence de nos modes de vie sur la planète ?
Nous verrons bien … Un constat cependant qui s’impose à tous, l’homme pour l’homme, mais plus encore pour nos eco systèmes, est devenu au fil des millénaires le pire virus que la terre ait connu et le prouve toujours au quotidien.


A titre personnel, mon activité de Maire m’a fait toucher du doigt les lignes de fracture d’un modèle organisationnel à bout de souffle et, dans le même temps, apprécier le formidable potentiel humain d’une société qui n’en manque pas, constituant une véritable richesse et une promesse pour l’avenir.
Soyons cash, si l’État a fait preuve d’inertie, démontré sa pesanteur, ses contradictions, beaucoup de collectivités ont relevé le défi et agi utilement pour leurs administrés : initiant, animant, tissant réseaux de solidarité et fédérant des dynamiques solidaires citoyennes.
Depuis le début de cette séquence une avalanche d’injonctions contradictoires provenant du sommet d’un état pyramidal totalement déconnecté de sa base, le terrain, et perdant de vue la nécessité absolue d’agir vite et au plus près de nos territoires se sont succedées
Le manque d’anticipation, d’agilité ou de réactivité d’une administration quasiment « pétrifiée » dans l’attente d’une parole « libératrice  » venant « d’en haut », a été dommageable.
Situation rendue d’autant plus compliquée sur le terrain par des prises de paroles intempestives de ministres addicts aux sunlights médiatiques (le fameux quart d’heure Warholien) dévoilant à l’occasion une totale méconnaissance du terrain, de ses contraintes et de la nécessité, nous sommes tout de même en 2020, de privilégier un mode d’action réellement collaboratif. Contexte qui a incité nombre d’acteurs du terrain à appliquer avec bonheur une maxime chère à Jean de la Fontaine et bien connue de tous les élus de France « Aide toi, le ciel t’aidera » (Le chartier embourbé).

A bien des égards, cette crise sanitaire aura constitué un crash test qu’il faut savoir prendre comme tel, révélant nos failles organisationnelles, multiples, les limites d’un modèle technocratique pyramidal et sclérosé, aux lignes hiérarchiques venues d’un autre âge et de périmètres de compétences en mode silos isolés, multipliant comités « théodules », le tout aboutissant au bout du bout à une paralysie témoignant d’une véritable « stupidité fonctionnelle » inadaptée aux défis de la société complexe qui est désormais la notre.

Toutes celles et ceux qui durant ces journées se sont retrouvés en première ligne, avec une pensée particulière pour les personnels soignants, savent QUI durant ces journées à été à leurs côtés ou non, et QUI a agit utilement ou pas. Je n’oublie pas quand à moi l’aide de la Région Ile de France comme de celle du Département de Seine et Marne.

A Trilport nous sommes intervenus au cœur même de la fragilité, avec des moyens pourtant limités, grâce à une mobilisation collective et un état d’esprit qui nous ont permis d’initier des actions citoyennes solidaires répondant concrètement aux aléas et urgences successives.
Une énergie collective et des initiatives qui ont suscité une véritable curiosité médiatique qui m’a amené notamment à répondre a certaines sollicitations des journaux et chaînes de télés.

Nous avons ces dernières semaines expérimenté certaines pistes d’action reposant sur des concepts simples que je vous propose d’explorer, en m’excusant du prisme territorial qui est le mien, celui d’un élu local donc réducteur par nature.

Continuer la lecture de « Après le confinement : « Aide toi, le ciel t’aidera » »

Ligne P, voir plus loin pour éviter les futures galères

Gare de Trilport, avant les travaux

La ligne P était à l’ordre du jour du CA d’Ile-de-France Mobilité ce 5 février. Pas de scoop au rendez vous, aucun nouveau train malheureusement, mais l’officialisation du projet d’évolution d’offre élaboré par la SNCF.
J’avais déjà abordé ce projet qui vise à remplacer deux liaisons directes La Ferte Milon / Paris (7h18 / aller, 18h05 / retour) par des navettes terminus Meaux, les sillons ainsi « libèrés » étant attribués à la ligne de Chateau Thierry !
Concession arrachée ces derniers mois destinée à répondre à la colère des usagers et élus de la ligne de La Ferté Milon, craignant de voir leur offre de transport déjà plus que malmenée au quotidien se dégrader encore plus, il s’agit selon Ile de France mobilités d’une « expérimentation », le retour à la normale étant éventuellement possible * …

Je me félicite d’avoir obtenu dans ce cadre la sécurisation du quai « Paris » pour la gare de Trilport, que je réclamais depuis des années. J’avais fait de cette réalisation un pré requis absolu avant toute mise en place éventuelle d’un projet qui instaure une rupture de charge quotidienne aux heures de pointe. Une position, je tiens à le souligner soutenue par tous les élus, collectifs d’usagers et Ile de France mobilités.
La SNCF désirant mettre en place cette nouvelle offre dès mai, les travaux d’aménagement du quai, d’un montant de 1,3 millions d’euros, ont été lancés ces derniers jours afin de se terminer pour fin avril : allongement du tunnel voyageur, élargissement du quai Paris et implantation d’un abri pour les voyageurs.

Au regard de l’absence de perspectives d’amélioration rapides des conditions de transport, il apparait plus qu’utile de tirer tous les enseignements de cette situation, les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets !
Dénoncer le manque d’anticipation flagrant de la SNCF ne suffit plus. La faillite du transporteur historique toutes ces années concerne sur cette ligne toutes les dimensions de son offre : gouvernance, réseau, gares, parc matériel, offre de transport, maintenance …
Autant dire que son expertise sur les orientations stratégiques futures mérite, à minima, d’être relativisée, tout au moins challengée.
Relever les dysfonctionnements se révèle désormais improductif, la situation dégradée devenant de plus en plus la norme. Nous sommes dans le mur et durablement.
Constat qui a conduit usagers et élus a se fédérer afin d’être en capacité de peser sur les orientations futures et ainsi tenter d’anticiper ce qui peut l’être.

Durant des années je me suis retrouvé quelque peu esseulé pour défendre la ligne P, ce temps est révolu et je m’en félicite. Nos territoires sont désormais mobilisés. Il était grand temps, la fréquentation de la ligne passant en moins de 10 ans de 90 000 usagers a plus de 120 000, soit la croissance la plus forte d’Ile de France.
Depuis quelques mois, nous avons réussi avec les collectifs d’usagers à rallier tous les élus des villes et intercommunalités desservies par la ligne P, de Meaux à La Ferté Milon et à Chateau Thierry, ainsi que les représentants du département et parlementaires. Une mobilisation qui arrive à point nommé, car malgré une demande en mobilités croissante, l’offre ne suit pas, pire elle se dégrade ! Obtenir le moindre nouveau sillon est aujourd’hui mission impossible !
Confrontés à cette réalité inacceptable, nous avons alerté la Présidente de la Région Ile de France, le Directeur du Transilien et le Préfet de Région, notamment sur deux dossiers majeurs pour nos territoires : les conséquences de l’arrivée du CDG Express Gare de l’Est et l’électrification de la liaison Trilport / La Ferté Milon …

Continuer la lecture de « Ligne P, voir plus loin pour éviter les futures galères »

Voeux 2020, derniers du mandat

Une fois n’est pas coutume, pour cette dernière cérémonie des vœux du mandat, j’ai tenu à mettre à l’honneur les élus municipaux. Que nous soyons élus majoritaires ou d’opposition, le respect des personnes et opinions a toujours prévalu dans nos échanges. Je m’en félicite ayant toujours défendu la conception d’un débat politique digne et respectueux d’autrui.
Rappelons qu’un mandat implique également conjoints, enfants, familles, vu le temps consacré au service de l’intérêt général et que cet engagement est sur la durée, six ans d’une vie ce n’est pas rien.
Si certains n’y voient qu’un sprint de quelques semaines, le temps d’une campagne, il s’agit en fait d’une véritable course de fond qui exige souffle, résistance, endurance .., Parfois même résilience, tant, toutes ces années nous avons du avaler, digérer, apprivoiser, appliquer, un nombre incalculable de réformes, dont certaines pour le moins éloignées de la réalité du terrain.

La « verticalité » du pouvoir ne date pas d’aujourd’hui. La « vérité » telle qu’elle peut être perçue de Paris ou de Bercy, confrontée au réel apparaît parfois théorique, voir ésotérique, le plus souvent technocratique.
Le pire est lorsqu’il faut justifier auprès de nos concitoyens des décisions venues d’en haut sur lesquelles nous sommes très réservés
Les associations d’élus dénoncent depuis des années cette logique « top down » et la tendance au « big is beautiful », symbolisée par des intercommunalités XXL désincarnées, déshumanisées, lointaines, qui laissent de côté cette France des ronds-points, cette France périphérique qui est la nôtre. 
Plus d’un français sur 3 vit aujourd’hui dans une petite ville et nos concitoyens s’y installent de plus en plus, notamment en Seine et Marne. Le péri urbain est devenu « tendance » ! Pour les français « Less is more » désormais, encore faut-il que les infrastructures, notamment de transport, suivent, nous nen sommes à des années lumière. Nos petites villes sont également confrontées aux défis d’une société « complexe », schizophrène, exigeante. Nos collectivités s’activent pour mettre en place malgré des obstacles croissants et des budgets contraints, services de proximité et équipements permettant à nos habitants de s’épanouir là où ils vivent, c’est aussi cela la République. 
C’est sans doute pourquoi nos compatriotes, confrontés à l’abandon des services publics sont autant attachés à leurs mairies. Ils y trouvent une porte ouverte, souvent la seule, bienveillance, écoute et capacité d’action. L’élu local est directement accessible, « à portée d’oreille », et peut entendre sans aucun filtre : doutes, colères, peur de l’avenir. S’il représente toujours un recours, il devient parfois malheureusement un bouc émissaire tout trouvé, notamment sur les réseaux sociaux.

Comme chaque année, j’ai remercié les énergies multiples qui incarnent ce lien de proximité (institutions, entreprises, associations …) et contribuent à tisser ces fils invisibles nous reliant les uns aux autres, ténues, fragiles, mais au combien précieux, car essentiels au vivre-ensemble. J’ai remercié également, Région et Département qui en 2019, nous ont permis d’agir mieux et plus au service de nos habitants … 

Comment effectivement ne pas revenir sur la venue de Valérie Pécresse qui a partagé en 2019 deux temps forts de la vie de notre ville : l’inauguration de l’école André Chédid et le lancement de l’éco quartier de l’Ancre de lune ?

Continuer la lecture de « Voeux 2020, derniers du mandat »

11 novembre 2019, 30 ans après

Comment ne pas faire référence lors de la cérémonie du 11 novembre a cet anniversaire qui a changé littéralement l’histoire de l’Europe et dont l’onde de choc a transformé durablement la géo politique planétaire ?

Il y a 30 ans, le mur de Berlin, mur de la honte s’il en est, s’effondrait et la liberté d’aller et venir revenait à l’Est comme revient l’espérance …
« L’histoire en marche offrait au monde le spectacle improbable la veille encore, d’une brèche dans le mur, qui à lui seul signifiait depuis près de 30 ans, les déchirures de notre continent.
Ce jour-là la démocratie et la liberté inséparables l’une de l’autre, remportaient, une de leur plus belles, une de leur plus sensibles victoires.
Le peuple avait bougé. Le peuple avait parlé et sa voix passait les frontières, brisait le silence d’un ordre qu’il n’avait pas voulu, qui lui était imposé et qu’il aspirait à renier pour redevenir lui-même. »
avait déclaré alors François Mitterand.

Comment expliquer aux nouvelles générations, la portée historique d’un événement qu’il apprennent dans leur livre d’histoire alors qu’il a marqué durablement au plus profond la jeunesse de leurs parents?
Peut-être leur raconter, qu’un mur tel celui de Games of Thrones, haut de 3,5 m, long de 155 km coupait la ville de Berlin en deux, séparant le monde libre du bloc soviétique, un mur érigée contre la volonté de ses habitants.
Je n’oublie pas que la chute du mur de Berlin, a été un merveilleux moment d’espérance, promesse d’avenir meilleur, permettant enfin à l’Europe de marcher sur ses deux jambes, celle de l’Ouest et celle de l’Est, y compris si aujourd’hui elle semble à l’arrêt l’Europe, alors qu’elle devrait courir pour rattraper le temps perdu …

Depuis 2012, lors de chaque cérémonie du 11 novembre, devant chaque monument aux morts, le pays rend hommage à ceux qui sont tombés pour la France : des poilus de 14, aux soldats disparus depuis, que ce soit en Algérie, Indochine, Afghanistan, Afrique ou lors d’opérations extérieures …

Cette cérémonie cette année a revêtu un caractère particulier, car nous avons rendu justice à deux Trilportais, « morts pour la France » et oubliés toutes ces années …

Continuer la lecture de « 11 novembre 2019, 30 ans après »

L’Ancre de lune largue enfin les amarres (2/2)

« Nul parpaing et nulle truelle » pour la première pierre symbolique de l’Ancre de lune mais une simple projection de béton de chanvre, mélange de chaux et de chanvre (chènevotte) afin d’illustrer une des singularités de l’éco quartier : le choix du bio sourcé. Une technique qui sera utilisée pour réaliser les deux collectifs du Foyer Rémois (46 logements) dont nous célébrions le lancement, une première en Ile de France pour ce type d’opération. Emblématique de l’Ancre de lune également, le volet végétal de cette opération : 60% d’espaces verts favorisant l’infiltration des eaux pluviales via des noues paysagères.
Si les nombreux présents, dont la Présidente de Région Valérie Pécresse, ont été impressionné par la démonstration, soulignons que le chanvre utilisé provenait de cultures locales, peut-être même de Trilport, et a été transformé à la fabrique d’Aulnoy, située à moins de 15 km.

Le choix du bio sourcé s’est imposé à nous pour des raisons :
Écologiques : le BTP est non seulement énergivore mais émet beaucoup de GES. Aussi il est utile d’intégrer l’impact environnemental des matériaux utilisés sur l’ensemble de leur cycle de vie : conception, production, transformation, transport, mise en œuvre et recyclage. Pour faire simple : tenir compte de leur bilan carbone. Celui du chanvre est exceptionnel, sa culture ne nécessite pas de produits phyto sanitaires et le produit lui-même possède de multiples qualités : très bonne efficacité thermique, excellent isolant phonique et acoustique, robuste dans le temps, il permet au bâti de « respirer » et de « transpirer », favorise la régulation de la température et de l’hygrométrie, résiste aux nuisibles (mites, cafards, rongeurs). Il est agréable à travailler, sain et offre un véritable confort d’été (déphasage thermique conséquent), ce qui constitue désormais un atout essentiel compte tenu du réchauffement climatique. Enfin il est démontable, réutilisable et biodégradable …
Économiques, lié concrètement et directement à l’émergence d’une économie plus circulaire basée sur les circuits courts. Le chanvre est une filière locale prometteuse, source d’emploi pour notre région tant agricoles que liés à sa production ou au BTP.

Cette dimension locale est essentielle. J’ai fait partie il y a quelques années du groupe d’experts sur la ville durable chargé par le Ministre de l’Environnement de « construire » le référentiel national destiné à faciliter la création d’éco quartiers.
S’il y a un enseignement que j’ai retenu de cette expérience passionnante, c’est bien celui de la contextualisation. Le « copier / coller » n’apparaît pas comme la démarche la plus pertinente, y compris si des éléments de reproductibilité peuvent éventuellement être exploités ou reproduits. Tout projet urbain authentique se doit d’être en résonance avec son environnement, au sens le plus global et multidimensionnel du terme … Chaque contexte local est un métissage particulier, lié à l’histoire, la topologie des lieux, la nature des différents espaces qui investissent le territoire et dialoguent ou non entre eux, les usages de vie des habitants ou usagers du quartier … Nous n’avons jamais succombé à la tentation tech, les habitants ne sont pas des rats de laboratoire, mais privilégie bien être, qualité du bâti, confort de vie, et sobriété énergétique, l’énergie la plus durable étant d’abord celle que l’on ne consomme pas … Il est également important de tenir compte des fonctions du quartier, de la typologie des flux qui l’animent, des effets leviers et synergies à créer, accompagner ou animer … Un territoire réagit selon des logiques qui lui sont propres, une ville est avant tout un tissu vivant qui répond aux logiques d’un métabolisme urbain toujours complexe et quelquefois fragile.
A Trilport nous devions répondre à la nécessité de construire de nombreux logements pour respecter nos obligations SRU et ne pas pénaliser la ville. L’Ancre de lune nous a donné cette opportunité en nous offrant la possibilité d’inscrire la démarche initiée sur le temps long et d’éviter tout étalement urbain afin de préserver les espaces agricoles et naturels et de reconstruire la ville sur la ville. Ce site stratégique rapprochant habitat, infrastructure de transport (gare), écoles, Centre-ville …

Reprenons le fil du récit de l’Ancre de lune, notamment la phase du choix de l’aménageur de la ZAC support de l’éco quartier, cruciale s’il en est …

Continuer la lecture de « L’Ancre de lune largue enfin les amarres (2/2) »

L’Ancre de lune largue enfin les amarres (1/2)

Inauguration de l’Ancre de lune / Photo D. Douche – Ville de Trilport

« On ne peut bâtir qu’accordé à demain » Andrée Chedid

Malgré un agenda hyper chargé, Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile de France, avait tenu à participer à la pose de la « première pierre » de l’Ancre de lune. Sa venue était d’autant plus attendue que sans la Région Ile de France, l’éco quartier n’aurait jamais vu le jour, ayant bénéficié du soutien successif de l’exécutif de Jean Paul Huchon puis de celui présidée par Valérie Pécresse.
Deux autres raisons expliquent également sa présence : ses responsabilités à Ile de France mobilités (la gare SNCF de la trop fameuse ligne P est au cœur du projet) et sa qualité de présidente de Grand Paris Aménagement, l’aménageur de la ZAC support de l’Ancre de lune, aussi paradoxal que cela puisse paraître, Valérie Pécresse était en fait chez elle.

Avant d’aborder cette nouvelle étape , un rapide rappel des épisodes précédents, permettra de mieux comprendre les spécificités de cette aventure collective particulière à plus d’un titre qui répond à trois défis :

  • faire de ce projet urbain non une opération d’aménagement de plus, mais un enjeu attirant les meilleurs professionnels de la ville durable,
  • agir et anticiper pour ne pas subir l’insupportable,
  • contribuer à façonner une ville aimable, désirable, durable et solidaire.

Si à bien des égards, l’Ancre de lune est un projet hors norme, rien ne nous a été donné, loin s’en faut, et nous n’avons pas pris les voies les plus rapides et faciles pour arriver à bon port. Il n’est pas si fréquent de rencontrer un éco quartier reconnu (lauréat de labels nationaux et régionaux) porté par une aussi petite ville, de voir une telle opération s’inscrire dès l’origine dans la durée afin d’avoir le temps de « prendre racine », inhabituel que soit privilégiée une approche environnementale aussi globale qui ne tombe pas pour autant dans la recherche de performances technologiques à tout prix.
Le « green tech » n’est pas dans l’ADNdu projet qui privilégie un retour aux sources de la construction durable et d’un aménagement urbain respectueux du contexte local et de l’environnement. Autre volonté et non des moindres, anticiper les conséquences du réchauffement climatique. La ville pour être durable se doit de développer ses capacités de résilience ; il y a urgence !

L’innovation a été autant sociale qu’urbaine : démarche initiée, objectifs poursuivis, capacité de co construire avec les acteurs de terrain et les habitants des actions concrètes utiles et viables, tout au long du projet ( « le chemin se fait en marchant » écrivait Machado) … Autant d’items exigeant expertise, créativité, sens de l’innovation, et plus que tout capacité à se remettre en cause, à rebondir, à être agile.

Depuis son lancement, l’Ancre de lune n’a jamais été un long fleuve tranquille, comme toute aventure humaine et collective un brin ambitieuse. D’autant que nous portons une ambition difficile à concrétiser devenue un véritable mantra  : la ville durable se doit non seulement d’être désirable et désirée mais de faire également rêver … C’est aux professionnels de la ville durable d’y répondre …

Mais abordons la « partie immergée » de l’Ancre de lune, en premier lieu l’origine de l’aventure …

Continuer la lecture de « L’Ancre de lune largue enfin les amarres (1/2) »