8 mai 2021, « Écoute aujourd’hui, jeunesse de France … »

Retour au monde réel pour une commémoration du 8 mai qui restera dans la mémoire des Trilportais présents comme un moment exceptionnel et émouvant, lors duquel un de nos concitoyen, Théodore Marin a reçu la croix de Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur.
Une distinction méritée mais au combien tardive, le récipiendaire venant juste de fêter ses 95 ans.
C’est d’autant moins compréhensible lorsqu’on connait son parcours de vie. A l’âge de 18 ans il rejoint la Résistance (FFI), puis s’engage au 151e régiment d’infanterie, contribuant à la libération du pays. La seconde guerre mondiale ne se terminera pour lui que bien après, puisqu’il suit en 1946, le Maréchal Leclerc en Cochinchine et au Tonkin afin de combattre les troupes japonaises. Ce passé militaire lui a valu plusieurs décorations (dont : médaille militaire, croix de guerre 39/45, croix du combattant volontaire).
Il exercera ensuite plusieurs missions pour les PTT avant d’être embauché au CERN à Genève, ou à force de travail et de nombreux concours, il terminera Ingénieur Thermicien.

Si la légion d’honneur est destinée « à récompenser les français, civils et militaires, ayant rendu des mérites constatés à la nation … », la vie de Théodore Marin en est la parfaite l’illustration. A 18 ans il s’engage contre le nazisme afin de « Face aux ténèbres, dresser des clartés, planter des flambeaux … Des clartés qui persistent, des flambeaux qui se glissent, entre ombres et barbaries … Des clartés qui renaissent, des flambeaux qui se dressent, sans jamais dépérir … Et d’enraciner l’espérance dans le terreau du cœur, et adopter son esprit frondeur. » (Andrée Chedid).

J’ai rendu hommage à cet engagement citoyen hors du commun, en reprenant un extrait du fameux discours de Malraux lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon. Un discours épique, d’une autre époque, qui appartient désormais à l’histoire comme la silhouette même d’André Malraux, debout, seul face à son pupitre, déclamant et scandant au rythme de sa respiration et d’un vent venu des limbes, l’hommage de la nation au chef de l’armée des ombres.
Derrière chaque mots déclamé, le souvenir de vies sacrifiées et l’évocation d’une époque insensée, d’années de douleurs, larmes, cendres, de morts et de fureur, époque oubliée aujourd’hui mais qui devrait sans doute nous amener à relativiser quelque peu les tourments de ces derniers mois dus à la crise sanitaire …

Chaque génération de la « jeunesse de France » doit se souvenir de l’abomination absolue du nazisme, de la Shoah et des camps d’extermination. Toujours et encore se souvenir, ne jamais oublier l’inoubliable, l’abject, et combattre les idées nauséabondes l’ayant provoqué.
Ne jamais oublier, afin d’être dignes de celles et ceux qui sont tombés, tués dans les combats, fusillés, gazés dans les camps, victimes de la peste brune qu’était le nazisme, ou de celles et ceux qui s’en sont sortis et qui comme Théodore Marin ont su avec courage et témérité dresser des flambeaux face aux ténèbres en faisant rimer résistance avec espérance … Il fait partie de ses éveilleurs de conscience, rares sont encore parmi nous, qui ont ouvert la voie, et permis au pays de retrouver son esprit frondeur en relevant la tête.

En l’honorant c’est la nation qui s’honore et lui rend enfin justice … A 95 ans …

C’est aussi cela l’utilité de telles cérémonies, d’autant que juste après le 8 mai, se profile le 9 mai, jour de l’Europe … Un trait d’union symbolique et bienvenu

Continuer la lecture de « 8 mai 2021, « Écoute aujourd’hui, jeunesse de France … » »

Ne jetons pas 2020 avec l’eau du bain

2021 est désormais sur orbite, il apparait cependant essentiel de ne pas oublier 2020, « annus horribilis” s’il en est, avec son cortège de drames, de peine, de douleurs … A bien des égards la crise sanitaire nous a fait entrer de plein pied dans le nouveau millénaire. Tel un crash test, révélateur de fragilités multiples, accélérateur de failles devenant fractures, catalyseur révélant le degré de décomposition avancée d’une société considérée jusque là comme invulnérable, elle a constitué une de ces singularités qui marquent et ponctuent durablement l’histoire du monde et des hommes.
Ce « tremblement de terre » suivi de plusieurs répliques déstabilisantes, touchant autant l’intime que le collectif (confinement, masques, tests, couvre feu, vaccination …) a démontré l’incapacité d’un modèle en fin de cycle à relever les défis et urgences du temps présent. Les doutes ont dans la douleur et les larmes remplacé les certitudes d’antan.

Le modèle technocratique pyramidal centralisateur, aux lignes hiérarchiques venues d’un autre âge, qui structurait jusque là le pays et rythmait nos vies quotidiennes s’est fracassé au mur de la réalité du monde réel.
Les besoins concrets, pour certains vitaux, l’urgence d’agir ont crevé la bulle filtrante théorique sensée nous protéger. Problématique bien plus profonde que les erreurs de pilotage dénoncées par des politicien(ne)s « indigné(e)s », tant de la majorité que de l’opposition. Le problème ne peut se réduire à une simple affaire de casting comme certains veulent le faire entendre, c’est bien la matrice qu’il faut remettre en cause. Nombre de ces indignés étant également comptables de la faillite du système, une réalité qui devrait les mener à plus d’humilité et souligne toutes les limites de l’offre politique actuelle.

Ces derniers mois nous ont amené à une revue de détail de nos priorités :
– Le « premier de cordée » a laissé place au « premier de corvée », tant l’importance des services de base et de première nécessité (hôpitaux, éducation, caissières…) s’est imposée à tous, apparaissant dès lors plus comme des opportunités que des charges.
– Le rôle des acteurs de terrain, disponibles, accessibles, en capacité d’agir (élus locaux, généralistes, pharmaciens …), en lieu et place d’un état ou de structures XXL lointaines, déshumanisées totalement déconnectées et passive a été crucial,
– La place accordée à l’hôpital et à notre système de santé,
– L’importance pour l’Europe de maitriser une « supply chain » qui a souligné douloureusement nos dépendances actuelles

Les failles du système, les acteurs du terrain les ont subit en temps réel : manque d’anticipation, de réactivité et de souplesse, indécision, injonctions contradictoires, verticalité hors de propos lorsqu’elle adresse les modalités de mise en place, autant d’éléments témoignant d’une « stupidité fonctionnelle » inadaptée aux défis systémiques qui sont désormais les nôtres. Bienvenue dans la société complexe …

Le Maire que je suis a pu toucher du doigt les lignes de fracture d’un modèle à bout de souffle et apprécier tout le potentiel d’une société qui n’en manque pas, formidable promesse pour l’avenir …

Permettez à un simple élu local de proposer quelques pistes de réflexion et d’actions …

Continuer la lecture de « Ne jetons pas 2020 avec l’eau du bain »

« C’est la présence de la mort qui donne un sens à la vie»

11 novembre 2020 pour le moins particulier … La faute à ce maudit virus qui ôte la vie et le sel de la vie que sont nos relations sociales, particulier du fait d’un confinement qui s’il protège, isole les plus fragiles et les personnes seules et nous coupe de notre réseau amical et familial, particulier parce que nous ne sommes que quelques uns …

Il y aura une facture sociale à la crise sanitaire, un après …

Il y a tout juste un siècle, un bouquet d’œillets blancs et rouges déposé sur un cercueil anonyme désignait la sépulture d’un soldat inconnu inhumé dès le lendemain sous l’Arc de triomphe. Cette sépulture symbolise depuis, le sacrifice de chacun des soldats morts pour la France, sur tous les champs de bataille de la planète.

Aujourd’hui, le Panthéon accueille Maurice Genevoix. C’est le soldat, l’écrivain, le porte-voix de « Ceux de 14 » qui entre par la grande porte en ce lieu hautement symbolique. Un poilu parmi les poilus, un poilu qui s’est battu au front, en première ligne, avant d’écrire et de décrire l’indicible dans ses livres, pour rappeler l’horreur absolu des charniers qu’étaient les tranchées de 14.

Les commémorations existent pour ne pas oublier ceux qui sont tombés pour notre pays, et ce qu’il représente dans le monde et l’histoire … Comment en ce jour ne pas saluer la mémoire de Samuel Paty, hussard noir de la république, mort parce que justement il en défendait et en enseignait les valeurs.
Le vivre ensemble, la laïcité, la liberté de parole et de pensée, la liberté de croire ou de ne pas croire, autant de trésors fragiles et rares à l’échelle de la planète et du temps qu’il nous faut protéger aujourd’hui et demain.

Continuer la lecture de « « C’est la présence de la mort qui donne un sens à la vie» »

#jesuisenseignant

L’assassinat de Samuel Paty, horreur sans nom, doit devenir un électrochoc. Qui peut admettre qu’un professeur de la république, semeur de citoyenneté et éveilleur de conscience, soit mis à mort pour une leçon de liberté ?
C’est inacceptable et intolérable. Le fanatique qui a commis cet assassinat a également porté atteinte à la république. C’est pourquoi à Trilport, nous avons déployé au fronton de chacune de nos écoles, comme à celui de la Mairie, un message de solidarité et de soutien aux enseignants, à proximité directe des valeurs républicaines : Liberté, Egalité, Fraternité.

Cette tragédie doit nous ouvrir les yeux, il ne peut y avoir de compromission sur des valeurs qui constituent nos fondations, notre ADN.
Le vivre ensemble, la laïcité, la liberté de parole et de pensée, autant de trésors fragiles et rares à l’échelle de la planète et du temps, qu’il nous faut défendre et protéger. Protéger comme la prunelle de nos yeux qui nous permettent de voir et d’être éveillés, comme le tympan de nos oreilles qui nous permettent d’écouter et de progresser, comme la langue ou les doigts de nos mains qui nous permettent de nous exprimer et de créer …

Liberté … liberté d’expression, liberté de culte entre eux « qui croient au ciel et de ceux qui n’y croient pas » (Aragon), liberté d’aimer également, mais plus que tout, liberté de vivre, bâtir, dialoguer et semer ensemble, afin de produire du commun, du partagé, dans le respect de nos différences, c’est cela « faire société ».

Continuer la lecture de « #jesuisenseignant »

La victoire du pot de terre … « Collector »

Un arrêté ministériel vient de mettre un terme à plus de 13 ans de combat administratif que je mène contre l’État au nom de ma commune afin d’obtenir une décision simplement équitable, permettant à ma ville de mieux répondre à ses demandes. Comme quoi le Pot de terre n’est pas toujours prédestiné à perdre contre le pot de fer !

Au 1er juillet, nous serons enfin classés en Zone 1 (zonage logement social) comme les villes voisines concernées par la loi SRU, cet arrêté constitue une première, à double titre : il ne porte que sur une seule commune en France à savoir « Trilport », notre ville étant la seule à avoir eu gain de cause en ce domaine, après il est vrai avoir poursuivi l’État au Tribunal Administratif.
Les spécialistes de l’aménagement urbain (bailleurs, aménageurs, promoteurs …) ne se sont pas trompés sur le sens d’une telle décision et ses conséquences pour l’avenir, cependant rares sont ceux, parmi mes concitoyens, qui peuvent saisir réellement toute la portée et l’importance d’un tel arrêté pour la ville. Aussi il me semblait utile d’apporter les éléments d’appréciation permettant à chacun de mieux comprendre la nature et les raisons du combat mené toutes ces années contre une bureaucratie en mode kafkaïen et l’impact futur pour Trilport de cette mesure.

Il n’est effectivement pas banal et quelque peu paradoxal d’avoir à porter plainte contre l’Etat, pour être en mesure et surtout en capacité de respecter ses exigences !

Dès que j’ai lu cette décision, j’ai eu une pensée pour Nicole Bricq. Nicole avait été la première à me soutenir et durant toutes ces années m’a encouragé à ne jamais lâcher l’affaire, elle en aurait ravie …

La morale de cette histoire, s’il en faut une, est double :
1/ « Aide toi et le ciel t’aidera »
2/ Les seules batailles que l’on ne remportent jamais sont celles que ne l’on ne mènent pas !

Une décision bienvenue qui nous permettra à un moment clé, notamment de l’écoquartier de l’Ancre de lune, de construire plus facilement les logements imposés par l’État au titre de la loi SRU, sans transiger sur leur qualité et la dimension humaine des futurs projets, fidèles à la conception d’un habitat social de qualité, digne et respectueux de ses habitants comme des riverains que nous défendons depuis des années.

Pour découvrir toutes les péripéties et les enjeux de ce combat « juridique » vieux de 13 années, il vous suffit de suivre le lien.
Bienvenue et « bon voyage en Absurdie » dans le monde merveilleux de la bureaucratie française, un brin kafkaïenne et tout à fait retorse …

Continuer la lecture de « La victoire du pot de terre … « Collector » »

Un nouveau mandat débute

Le Bureau Municipal, Jean Michel Morer Maire de Trilport entouré des huit Maires Adjoints

Cette nouvelle mandature débute dans un climat singulier, deux mois après l’élection municipale suivie d’une séquence inédite durant laquelle chacun aura pu prendre conscience de la vulnérabilité d’un système institutionnel à bout de souffle, dans l’incapacité d’anticiper ou de réagir à temps, et à l’inverse apprécier la formidable richesse humaine de nos territoires, magnifique promesse pour l’avenir. 
A Trilport nous sommes intervenus au cœur des fragilités d’une société qui n’en manque pas, simplement, à la mesure de nos moyens, mais utilement et efficacement je crois, permettant ainsi à nos concitoyens en situation de fragilité de surmonter cette période délicate.

Ces évènements soulignent une fois de plus l’importance des communes pour le pays et sa cohésion. Porteuses de lien social, notamment auprès des plus fragiles, elles initient et impulsent également des dynamiques territoriales, ne l’oublions jamais. Dans ce cadre, les élus locaux, créateurs de liens et passeur de sens, constituent une interface naturelle entre une administration et des décideurs trop souvent déconnectés de la réalité concrète et le terrain. Ces derniers jours l’ont encore illustré.

Notre pays doit se poser impérativement la question de l’acceptabilité, tant elle est majeure, voir centrale … Plus le sommet de la pyramide est éloignée de sa base, plus elle devient prégnante. La société se doit d’apaiser, réconcilier, fédérer plutôt que cliver, fracturer et abimer … La gestion de cette crise par l’État, qui fait suite à la séquence des gilets jaunes sont autant d’éléments qui en témoignent.
Cultivons nos doutes, ils sont écrivait Camus, ce que nous avons de plus intime, boussoles indispensables, parfois même signaux d’alerte protecteurs, ils constituent un formidable moteur pour progresser, aller plus loin et plus haut. Nos doutes permettent de concilier deux mots, que j’ai, à titre personnel, toujours considérés comme complémentaires et liés : ambition et humilité … 

Continuer la lecture de « Un nouveau mandat débute »