6eme république ou Web 3.0 ?

39e6ed5f0c776b7edc2df7a3f12a56e6.jpg

Google, Wikipédia ou You Tube ont transformé la vague  « Web 2.00 » (cf note précédente), en déferlante  … L’heure de la rupture a donc sonné dans le monde du Net et risque fort de se transformer d’ici peu en un vrai Tsunami qui bouleversera la vie de tous, internautes ou non (et qui ne le sera pas d’ailleurs ?) …
50 ans après l’apparition du 1er disque dur, « le RAMAC » (ou Random Access Method of Accounting and Control), et de ses 50 disques rotatifs pouvant stocker (et à quel prix !) 5 Mo d’information, tout juste quelques chansons pour un iPod, la planète Internet mue et s’affranchit allègrement de contraintes « terre à terre » qu’elles soient géographiques, temporelles, techniques ou juridiques, et qui concerne désormais la société dans sa globalité.

Cette révolution en marche ne peut laisser indifférents le monde politique, remettant en cause nos repères traditionnels jusqu’à ébranler certaines des fondations de notre organisation de vie; d’autant que l’essor de technologies apparu avec le Web 2.0 : applications en lignes, géo localisation, vidéo sur internet, blogs, Wiki  s’affranchit de contingences matérielles, administratives ou politiques essentielles.
Une globalisation qui avec ses avancées comme ses dommages collatéraux (délocalisation …) change la donne et amene les politiques à envisager de rénover en profondeur leur projet politique, à « changer de logiciel » comme ils disent de plus en plus fréquemment, une remarque à prendre désormais au propre comme au figuré.

 

Cette situation explique les nombreuses études et propositions faites aux différents candidats au moment des élections présidentielles, elles ont le mérite d’ouvrir le débat sur un sujet on ne peut plus d’actualité et à moyen terme réellement explosif …

 

 

b8873484970364d5b7f105fe6d4d9ac6.jpg

L’économie de l’immatériel est bien réelle désormais

Un nouveau modèle économique émerge,  avec ses règles, ses rites, ses fondamentaux et ses légendes, comme celle de Google (cf note précédente), qui en seulement huit ans, à partir d’un service gratuit, est devenue la marque mondiale la plus puissante, devant Microsoft et Coca-Cola.
Les nombreux services qu’elle propose à l’internaute, une vraie galaxie (Google Maps, Picassa,Gmail, Google talk, Blogger, Google desktop, You Tube …) reçoivent plus de 528 millions de visiteurs uniques par mois, audience en plein essor, surtout aprés l’acquisition de You Tube.
Goggle est désormais une puissance financière de tout premier plan, achetant les start up les plus prometteuses à prix d’or; son action est passée de 85 $ fin 2004 à plus de 500 $ aujourd’hui. Google contrôle, excusez du peu,  47 % de la recherche sur Internet aux USA, 70 % en Europe et chaque clic effectuée sur la planète dans une de ses pages, lui rapporte 11 cents.
Un rouleau compresseur qui n’est pas prêt de s’arrêter puisque après l’absorption de You Tube, Google s’est attaqué à la société Double Click, leader de la publicité en ligne. Un appétit qui inquiète internautes comme pouvoir politique …
Car la moindre recherche effectuée sur un de ses sites, lui permet de stocker des informations trés personnelles sur l’internaute (adresse IP de votre ordinateur, pages (URL) et sites visités, date et heure de connexion) durant prés de 2 ans et de tisser avec lui, à son insu mais de son plein gré, des liens invisibles mais réels qui lui permette de mieux le connaître (un vrai profilage) …
Derrière les « contenus personnalisés » proposés se cache en fait une technique dénommée « Behavioral targeting » dont le fleuron est … la société DoubleClick, leader de la publicité sur le Web, grâce à une technologie maison nommée DART (Dynamic Advertising Reporting and Targeting),  c’est dire tout l’intérêt pour Google que représente une telle acquisition ! 
 « Big Brother is watching you » … Certains régimes totalitaires en rêvaient, Google l’a fait !

Autre business plan envisageable pour un entrepreneur (le modèle You Tube) :  revendre son entreprise au plus vite en laissant à des sociétés telles Google, Microsoft le soin de la développer. Car dans ce monde cruel, une sélection naturelle s’opère sans merci parmi les start ups, au gré des mouvements de la vague et de ses tendances …
Mais les leçons du passé ont été bien retenues, les investisseurs diversifient désormais leurs placements et placent moins de capitaux qu’au moment de l’éclatement de la « bulle internet ».
Ce nouvel équilibre s’est stabilisé, avec des sources de revenus enfin diversifiées ne reposant plus sur la seule pub : services intermédiaires (Pay Pal, eBay …) destinés à sécuriser chaque transaction, apparition de sites payants (abonnements, transactions …), explosion du commerce par Internet (Amazon, FNAC …).

Le développement de la convergence (téléphone, internet et télé) démultiplie la puissance des entreprises du Web 2.0  qui s’affranchissent de toutes barrières traditionnelles et institutionnelles et suivent où qu’il aille le cyber citoyen …
Ce sont pourtant des colosses au pied d’argile qui dépendent des résultats des sociétés de mesure d’auditoire du Web, dont les constats font loi auprés des annonceurs, mais plus encore leur succés dépend de leur audience auprés des internautes (quantité et qualité). C’est dire l’importance essentielle que représente et la qualité du tuyau (haut puis très haut débit, notamment en DSL) et la confiance des internautes !

 

Et la France dans tout ça ?

Notre pays n’est pas dans ce domaine un pays d’excellence, loin s’en faut …
Si fin 2006, seulement 54,9 % des foyers français étaient équipés d’un micro-ordinateur et 44,3 % avaient accès à Internet ce taux atteint 70 % chez nos voisins les plus directs  …. Concernant le nombre de connexions à Internet, nous sommes en dessous de la moyenne européenne (51 %) derrière des pays comme la Slovénie, l’Autriche ou l’Estonie, mais à contrario bien positionné sur la couverture du territoire en haut débit puisque 98 % de la population nationale est couverte.
Là encore,a ttention, d’énormes disparités existent entre catégories socioprofessionnelles et territoires … Seulement 61 % des ouvriers, 35 % des personnes au foyer et 24 % des retraités disposent d’un ordinateur à la maison ; et dans 7 régions sur 22, moins de 40 % des foyers disposent d’un accès Internet à domicile.

Situation qui a suscité au moins deux études adressées aux candidats à l’élection présidentielle 

 Dans le rapport (« République 2.0 ») adressé à Ségolène Royal, Michel Rocard formule 94 propositions destinées à favoriser l’émergence d’une société de la connaissance ouverte (rapport disponible sur ce blog).
Citant Amartya Sen, il insiste sur le fait que l’extraordinaire espace de liberté qu’est Internet est surtout générateur par essence de capacités multiples qui sont autant de puissances d’agir. Il faut donc envisager internet comme une chance et non comme une menace.

L’ancien Premier Ministre préconise de transformer l’État en animateur stratégique, non seulement dans l’innovation et la recherche » mais également dans le soutien aux PME afin de créer les conditions « d’un écosystème favorable » : Business Angels, adaptation des dispositifs de type Small Business Investment Companies en France (SBIC sociétés investissant dans le capital de la start-up, et offrant un cofinancement sous forme d’obligations garanties par l’Etat) fonds de soutien spécifiques destinés aux jeunes pousses prometteuses, commandes publiques (notamment avec les logiciel libre), avantages fiscaux les encourageant à investir leurs bénéfices … C’est tout un panel de mesures qui est proposé afin de créer les Google de demain ou tout simplement des start ups nichées dans des niches bénéficiant des effets bénéfiques de la « longue traîne » décrit par Chris Anderson ..

Frein rencontré à cette émergence, le droit d’auteur. Michel Rocard recommande que la DADVSI soit réexaminée afin de concilier liberté des usages et rémunération de la création. Le numérique est devenu la clé de voûte indispensable de la création culturelle. ulture, et sonest générateur de profits grâce à l’existence de modes de financement croisés et complémentaires, garantissant la sécurité juridique des échanges et permettant de « fluidifier la gestion des droits ».
Il propose également de lutter contre une fracture numérique qui exclut de fait toujours plus certains publics fragilisés (chômeurs, personnes handicapées …) qui pour des raisons sociales, culturelles ou géographiques, ne peuvent accéder au haut débit ou s’approprier les nouvelles technologies.
L’objectif est de porter de 44% à 75% la part de foyers équipés d’un ordinateur et connectés à Internet. Certaines mesures sont proposées : création d’un tarif social de l’accès très haut débit à 5 euros par mois, instauration d’une fiscalité spécifique pour favoriser la donation d’ordinateurs … Devant les risques touchant à la personnalité et à l’individu (de type Big Brother) il préconise le renforcement des moyens de la CNIL et de son indépendance, afin d’instaurer un contrôle strict des fichiers de police et de sécurité et de remettre à plat le projet de carte d’identité biométrique. Dans le même ordre d’idées il défend l’idée d’un moratoire sur le vote électronique pour les élections politiques.

Le club de réflexion « Renaissance Numérique » composé d’experts du monde de l’entreprise et de l’université a également adressé aux candidats un livre blanc baptisé « 2010, l’Internet pour tous : 15 mesures pour réduire la fracture numérique en France »  avec l’objectif de réfléchir sur « les grandes évolutions de la société liées au développement du web. » pour changer la donne d’ici 2010 afin que 80 % des français soient équipés, formés et connectés à Internet (soit 9 millions d’internautes supplémentaires d’ici 3 ans),

Il préconise 5 axes d’actions prioritaires :

– Développer le taux d’équipement des foyers en ordinateur (donation d’ordinateurs usagés par les entreprises à leurs salariés, acquisition de PC recyclé à 99 euros, location d’ordinateurs neufs …)
– Mieux former les français en difficulté, lycéens, étudiants, TPE (très petites entreprises) en développant le passeport Internet, ou des formations aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans les entreprises lors de certaines périodes de RTT,
– Développer l’accès à des offres haut débit dans des territoires isolés ou pour certains publics,
– Combattre les freins psychologiques qui éloignent certains Français de l’informatique en entamant une large « campagne de communication et de sensibilisation ».
– Développer un modèle économique de société numérique, considérant la maîtrise de l’informatique et d’Internet, comme un besoin vital …

 

Au delà de la vague d’autres rivages à venir …

Quelques impressions personnelles pour compléter ces analyses de spécialiste tant du politique que du net, sur la nécessaire adéquation entre mode d’organisation politique de la société et mutation d’Internet  …  Car l’un peut également influer sur l’autre et réciproquement. Il faut : 

– Placer l’humain au coeur du système d’échange, la culture du libre choix (et non du monopole) est une des meilleures garanties pour que l’homme ne devienne un simple élément de la Matrice. Elle nécessite cependant la présence de contre pouvoirs influents (puissance publique notamment), l’affirmation de valueurs sociales et humanistes,

– Mettre Internet et sa formidable infrastructure au service de tous, quelque soit l’origine sociale, culturelle ou géographique du cyber citoyen … La typologie du réseau traduit sa finalité : est il outil d’exclusion de domination et d’asservissement ou outil d’épanouissement mutuel ? Pour paraphraser Jean Bodin, (« Il n’est de richesse que d’homme ») imaginons le potentiel d’une société dans laquelle chaque abonné est en capacité d’échanger avec le réseau et non seulement un consommateur asservi^,

– Prendre en compte le développement de mobilité des internautes, le Web 2.0 consacre un certain nomadisme, le réseau devant désormais s’adapter aux besoins de l’individu en mouvement, sans artefact, lui offrant même une certaine ubiquité …

 – Coopérer plutôt que se combattre, le Web 2.0 grâce aux standards ouverts et aux échanges collaboratifs le permet mais tout en restant vigilant; l’expérience de WIkipédia démontre  que si l’expertise peut être collective, chacun n’est pas par définition un expert (sinon la demagogie n’est pas loin …), rappeler que l’absence de contrôle donne lieu à des abus, des confusions et des erreurs, ce qui est gênant pour une encyclopédie ! Une des réponses apportée par un des fondateurs de Wikipedia dans son nouveau projet est de sécuriser les contenus en créant deux statuts de contributeurs : les « auteurs », et les « éditeurs », qui jouent le rôle de modérateur avec la capacité de modifier les articles ou les invalider.

Certaines valeurs essentielles  sont à défendre dans ce nouveau paradigme :

– L’équité afin que chacun ait la capacité d’accéder aux fruits des «arbres de la connaissance » en fonction de ses besoins, quitte à les enrichir selon la typologie rencontrée (peer to peer, wikis, réseau asymétrique …) …
– Le lien social (« social network ») et l’émergence de communautés,
– L’intégrité du réseau …

Au moment ou une nécessaire refondation politique est en cours afin de tenir compte de la réalité d’un nouveau monde, le politique ne doit pas oublier que son projet et sa grille de lecture de la société doit être globale et non parcellaire que ce soit pour le Développement Durable ou pour les outils de communication et de diffusion de la culture supportés par le Net …
Il faut tenir compte également des risques gravitant autour du Web 2.0, abordés dans cette note, du besoin de contre pouvoirs ayant la capacité d’action, de valeurs citoyennes forte, d’une réelle éthique et de la nécessaire vigilance face à l’omniprésence et la puissance de certaines entreprises désormais tentaculaires, enfin de la chance que représente pour notre pays la présence de ses infrastructures comme de son potentiel de formation, de création et culturel hors norme … 

La prochaine mutation pour le Web, pressenti par beaucoup de spécialistes sera celle du Web 3D, reposant sur un espace virtuel modélisé dont certains internautes ont déjà fait leur quotidien … Menant une double vie, au propre comme au figuré, avec leur avatars …

Mais cela est encore une autre histoire …

 

 

Notes précédentes sur cette thématique

Web 2.0, buzz, révélation ou révolution …

Big Google is watching you :
http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/11/12/google-to…

Google, No limit :
http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/11/01/googl…
Google, puissance 80 :
http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/09/21/googl…

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *