8 et 9 mai, un jour pour l’Europe

9 mai.jpgDepuis 2010, année du 10eme anniversaire de notre jumelage avec Engen, nous célébrons également à l’occasion du 8 mai, l’Europe, tant sa création est  intimement liée aux fractures et blessures de la 2eme guerre mondiale. 

L’Europe, ce n’est pas qu’une élection, un drapeau étoilé sur fond d’azur, la devise « unis dans la diversité », la belle mélodie de Beethoven pour hymne, des subventions reçues, des relations économiques ou une monnaie partagée … 
C’est aussi un modèle unique de démocratie sur la planète, une véritable oasis économique et sociale reconnue de tous les pays du globe, qui constitue de fait presqu’une anomalie dans l’histoire du monde. Il n’est en effet pas commun de voir les ennemis irréconciliables d’hier se réunir pour fonder une nouvelle famille et écrire ensemble les pages d’un avenir désormais commun et partagé.

Pourtant aujourd’hui L’Europe doit répondre à un terrible paradoxe : célébrée partout sur la planète comme une réussite, elle ne fait plus recette auprès de beaucoup de ses habitants, qui s’en détournent, notamment les plus jeunes, premiers concernés pourtant.

Le souvenir de la terrible et dramatique guerre dont elle est le fruit, qui a pris fin le 8 mai 1945, s’estompe dans le brouillard de l’histoire. Les générations ayant traversé cette période tragique, disparaissent peu à peu, emportant dans leurs tombes les terribles souvenirs d’une guerre horrible, mais aussi de la peste brune qu’était le nazisme et qui en est à l’origine.
Les jeunes pensent que l’Europe a toujours existé, que la paix va de soi, qu’elle est une réalité immuable que rien ne peut remettre en cause. Ils ne disposent pas des repères temporels et mémoriels que nous ont transmis comme un talisman précieux nos parents et grands parents, car la paix est un édifice pourtant fragile, ici même, en Europe aujourd’hui encore !
Pas besoin de remonter aux années 1945, il y a seulement 15 ans s’achevait un conflit qui a causé plus de 200 000 morts dans l’ex Yougoslavie et endeuillé tout notre continent, à seulement une heure d’avion de Paris … Depuis quelques mois les  évènements d’Ukraine  font craindre l’émergence d’une nouvelle  guerre civile …
Point commun à toutes ces tragédies ? Le nationalisme, principale cause des guerres d’hier, d’aujourd’hui et sans doute  de demain, alors que la construction européenne, c’est avant tout la paix …

C’est pourquoi à Trilport nous avons décidé de célébrer l’Europe le 8 mai. Il nous semble important de perpétuer le souvenir de ceux qui sont tombés pour la France en défendant la démocratie et notre liberté, mais qu’il est  utile de célébrer le même jour cette construction unique qu’est l’Europe, bâtie sur l’amitié entre les ennemis d’hier.
Aussi je remercie sincèrement tous ceux qui participent à une telle célébration et contribuent à en faire une date importante : anciens combattants, pompiers, harmonie intercommunale car la musique est un facteur d’émotion important et incontournable lors de ces cérémonies, mais aussi chaque citoyen présent, ils sont autant de passeurs de mémoire indispensables.
Permettez moi de regretter que les enseignants ne saisissent pas une telle occasion avec leurs élèves, afin d’aborder les questions relatives à la citoyenneté, à l’histoire mais également à notre futur avec la construction européenne !
Il est bon et formateur de rappeler aux nouvelles générations que la guerre n’est pas un jeu vidéo de plus, qu’elle constitue une totale abomination, que son origine est trop souvent dans le « chacun pour soi » et la « peur d’autrui » , surtout lorsqu’ils sont poussés au paroxysme par des pyromanes surfant sur la vague de mécontentement qui grossit lors des temps difficile … Mais aussi, pour souligner, en contrepoint, comment la paix est belle, mais que c’est un trésor fragile à préserver.

 

Depuis que l’homme est homme, l’Europe est un continent, 

Durant plus de 1000 ans elle aura été un idéal politique, philosophique, de paix, de monde meilleur …

Aprés la terrible tragédie qu’a été la 2eme guerre mondiale, elle s’est construite pas à pas, afin que plus jamais guerre et tyrannie ne reviennent, 

La chute du mur de Berlin lui a permis de retrouver enfin ces deux jambes, pour avancer de nouveau, 

Il faut qu’elle poursuive sa longue marche en avant, qu’elle existe concrètement aux yeux de nos concitoyens, mais surtout plus que tout, quelle fasse enfin sens …

Il lui faut pour cela retrouver le cœur de chaque  européen et la voie de la passion … 
Comme l’écrivait si bien Guillaume Apollinaire, mort pour la France en novembre 1918, une autre guerre mondiale causée par les nationalismes imbéciles,

« Il est grand temps de rallumer les étoiles »

Le drapeau européen en compte douze, unies dans leur diversité, qu’il faut rallumer une à une …

 

Autant commencer dés le 25 mai.

 

  

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *