Dean, un ouragan de plus

 

2e83f3862628dd27ceee0360875d7ee8.jpg

Si le périple du cyclone Dean n’est pas passé inaperçu, surtout en Guadeloupe et en Martinique, s’est surtout pour les dégâts sans précédents qu’il a causé, plus de 70% des plantations de canne à sucre et  100% des bananeraies se sont retrouvées totalement détruites aprés son passage  !
Le bilan est encore plus dramatique à Haïti, devenue très vulnérable après la déforestation à outrance menée par ses habitants transformant une île tropicale naguère luxuriante en montagne désertique et érodée …

Cela aurait pu être pire ! Heureusement Dean a épargné les installations pétrolières du golfe du Mexique, nous préservant d’une catastrophe écologique majeure ! Car mine de rien, au plus fort de sa route, l’ouragan a atteint le niveau maximum de 5 à l’échelle de Saffir-Simpson, l’ultime échelon signalant un ouragan « potentiellement catastrophique » (ayant des pointes de vent supérieures à 249 km/h) !

Des ouragans heureusement rares mais qui d’ici peu, pourraient se multiplier, avoir l’âme plus vagabonde et se déplacer  plus au nord du fait du réchauffement climatique …

La boite à Pandore est désormais ouverte et l’homme n’a qu’à s’en mordre les doigts !

 

38f61e61ff39a0b4b7dc2e75a8ec11e2.jpgCar Dean n’est pas unique, loin s’en faut, il succède à Katrina, Rita et bien d’autres, le nombre annuel d’ouragans sur l’Atlantique Nord croit de manière inquiétante et 2005 a été une année noire, avec 15 ouragans dont 7 majeurs.
Les experts du GIEC rappellent que lors de la séquence  1905 / 1930, cette moyenne annuelle ne s’élevait qu’à 6 évènements cycloniques dont 4 ouragans; depuis chaque période a vu ce nombre augmenter!
Un phénomène qui ne se limite pas à cette seule région du globe, simultanément à Dean, un typhon dénommé Sepat a dévasté les Philippines, Taïwan et la Chine (typhon et « ouragan » désignant selon la région le même phénomène météorologique de « cyclone tropical »).

Pour les experts du G.I.E.C (voir plus bas) cette recrudescence est directement liée au réchauffement planétaire. Dans le même temps la température de l’océan s’est élevée de 0,8°C augmentant d’autant la masse d’énergie dans le système climatique et par là même  l’activité cyclonique. Même s’il faut tenir compte d’autres paramètres tels les courants maritimes (notamment El Nino) …
L’été 2007 l’a encore mis en évidence, les catastrophes climatiques se sont multipliés au fil des semaines : inondations, canicules avec les conséquences dramatiques que chacun connait pour les habitants, elles touchent désormais plus fréquemment  l’Europe … C’est bien connu; il n’y a plus de saisons !
Il faut plus que jamais tenir compte des caprices de Dame nature dans nos constructions et notre politique d’aménagement !

Une manifestation de plus du phénomène de « l’effet papillon » décrit par Edward Lorenz; météorologue ayant démontré dans les années 1970, qu’une infime variation d’un paramètre, même insignifiant, à un endroit querlconque de la planète, peut avoir des conséquences insoupçonnée, déclencher des bouleversements à grande échelle et influer sur le devenir d’autres secteurs de cette même planète; tout est lié !
La conférence dans lequel Edward N. Lorenz a abordé pour la première fois ce phénomène s’intitulait « Un battement d’aile de papillon au Brésil peut-il déclencher une tornade au Texas ? » … Titre tout à fait évocateur et prémonitoire … qui reprenait en fait l’idée d’un roman de Brabury de 1948 …
Pourtant ce n’est pas un bruissement d’aile et encore moins de papillon qui réchauffe les eaux de l’océan mais bien l’augmentation des gaz à effet de serre due à notre mode de croissance, maintes fois dénoncés sur ce blog.

La boite de Pandore est désormais ouverte, cela se manifeste en divers endroits du globe, y compris le continent européen. Nos pays ne sont désormais plus à l’abri de ces manifestations météorologiques dramatiques; d’autant qu’une nouvelle augmentation de la température des eaux ne ferait pas que multiplier les ouragans et influerait également sur le périple des cyclones qui pourrait rendre visite à notre continent …
Souvenons nous de Pandore, femme de terre et d’eau créé par Vulcain sous l’ordre de Zeus, dotée de multiples charmes (beauté, séduction, intelligence …). Créature de rêve destinée, malgré elle, à faire payer aux hommes, le geste de Prométhée qui déroba le feu aux Dieux … Le soir de son mariage elle ouvrit la boite renfermant tous les maux de l’humanité qui se répandèrent sur le monde … Mythe finalement trés contemporain qu’il serait bon de méditer …

Enfin histoire de nous rassurer (?), certains spécialistes de la théorie du chaos estiment que l’effet papillon n’est qu’une manifestation d’un chaos d’où emergera une nouvelle stabilité et un nouvel ordre … Mais aprés pas mal de désordre et de dégats, sans nul doute !

Voilà qui ne fait que renforcer ce qui pour moi est une évidence, en 2007, tout combat politique doit commencer en priorité par traiter réellement la question du réchauffement climatique … Car sinon comme l’a si bien écrit Aragon …

 « Le temps d’apprendre à vivre, il sera déjà trop tard … »

Notes précédentes sur cette thématique

Climat, il n’y a pas de fatalité

le site du GIEC

Plaidoyer pour la filière bois

Les bio-carburants sont ils vraiment écolos ?

 Le changement climatique devient une affaire d’économistes

Planète, la preuve par 4

Le GIEC selon Wikipieda

Le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat est une organisation qui a été mise en place en 1988, à la demande du G7 (groupe des 7 pays les plus riches : USA, Japon, Allemagne, France, Grande Bretagne, Canada, Italie), par l’Organisation Météorologique Mondiale et par le Programme pour l’Environnement des Nations Unies. Son  rôle est « d’expertiser l’information scientifique, technique et socio-économique qui concerne le risque de changement climatique provoqué par l’homme ».
Comme toutes les institutions onusiennes (l’OMS par exemple), le GIEC n’est pas une association de personnes physiques, mais une association de pays. Cet organisme expertise et synthétise des travaux de recherche menés dans les laboratoires du monde entier, ce qui s’est publié dans la littérature scientifique sur la question de l’influence de l’homme sur le climat (et par voie de conséquence sur le fonctionnement du climat, avec ou sans hommes)

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *