La note juste

la-note-juste.jpg

Ce samedi, nous avons rendu un hommage mérité à Michel Vallier à l’occasion de sa nomination comme Maire Honoraire.

Exercice de style particulier …
Si nous avons voulu  garder le relativisme des choses afin d’éviter toute flagornerie ou cirage de pompe superflu,  qui serait à des années lumière de la nature profonde de ce qu’est réellement Michel, comment dans le même temps ne pas honorer l’action exceptionnelle qu’il a mené pour notre commune ?

Il y a eu en effet un avant, que j’ai connu comme simple habitant, Trilport était alors une ville sans équipement structurant, services à la population ou projet de territoire, et un après, suite à l’action qu’il a initié de 1978 à 2004 (date à laquelle j’ai pris le relais), et durant laquelle la commune s’est développée autour non seulement de nouvelles infrastructures mais  des liens sociaux qui s’y sont multipliés : vie associative, action sociale, liens multi générationnels …
Plus encore en creusant des fondations solides et profondes, il nous permet aujourd’hui de bâtir un projet de développement de territoire solidaire, en harmonie avec le magnifique patrimoine naturel qui nous entoure et les objectifs environnementaux qui s’imposent à tous.

Il nous semblait important afin de lui rendre l’hommage qu’il mérite d’inviter une personnalité emblématique de la noblesse de l’action publique lorsqu’elle est au service des autres et du collectif.
C’est ainsi que j’ai proposé à Lionel Jospin de venir à Trilport célébrer cet évènement, eu égard à l’admiration que Michel Vallier porte à son action d’homme d’Etat,  mais également du fait des valeurs d’altruisme que représente plus que quiconque l’ancien Premier Ministre, comme aux qualités que chacun lui reconnait : intégrité, respect de la parole donnée, sens de l’action collective, qui sont suffisamment rares dans le monde politique, pour être soulignées.

Lionel Jospin était  certainement le plus à même d’officier en cette occasion.

Il était … la note juste …

 

Plaisir double, car je n’oublie pas que j’ai été son étudiant durant deux années à Sceaux. Incontestablement, il a contribué comme Michel Vallier à mon engagement dans la vie politique. Concernant cette question essentielle de l’engagement, je me retrouve totalement dans ses propos  :

« S’engager, c’est quitter l’état de spectateur pour rejoindre celui d’acteur … à la fidélité aux convictions, il faut joindre la recherche de l’intérêt général. S’engager, c’est prendre conscience que l’on appartient à une société, c’est, plus largement, se vouloir partie prenante de la communauté des hommes.

L’engagement est une dimension essentielle de la condition humaine »

C’est peu de dire que nous avons été honoré par une telle visite.
Beaucoup espèrent et pensent, comme moi, que les graines semées par l’action de Lionel Jospin,  et elles sont innombrables, fleuriront demain jusqu’à devenir de beaux fruits qui porteront  de nouvelles perspectives, perspectives dont nous avons le plus grand besoin  …

 

Extrait du Discours que j’ai prononcé pour l’occasion …

Michel nous pardonnera sans doute de lui avoir fait la surprise de cette venue …

 

 


lionel.jpg«  J’ai réellement découvert Michel Vallier à la fin des années 1980 …

lorsque il a proposé au jeune étudiant et Directeur de Colo que j’étais, d’encadrer avec une partie de son équipe municipale, des séjours dans le Morvan destinés à divertir les jeunes Trilportais.

C’est ainsi que nous nous sommes rendus durant quelques années, à un jet de pierre de l’abbaye de La Pierre qui Vire, à Quarré les Tombes plus précisément … Nom prédestiné s’il en est, pour un pèlerinage …

Nous formions déjà à l’époque un tandem : à moi l’animation et la gestion du quotidien, à lui la partie culturelle du séjour. Un volet culturel du style, intense et dense … du lourd, voir du très lourd … Les jeunes en avaient pour leur argent.

« La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert » a écrit Malraux, et c’est en vrais conquérants (en car, à pied, par monts et par vaux, par tous les temps), que nous avons découvert ce coin de France magnifique qu’est le Morvan: carrières, forêt, lacs, vestiges romains, églises, tout était source de savoir pour notre guide. Mais 2 thématiques lui tenaient plus particulièrement à cœur :

la géologie, quoi de plus normal pour un Professeur Agrégé (il y tient !), en Sciences Nat’, passionné de l’environnement et des pierres de tout type et de tout poids,
mais également l’histoire, notamment la période charnière de la transition entre roman et gothique, magnifiée notamment par Umberto Eco dans son livre admirable « le Nom de la Rose »,

Michel nous a démontré, que paradoxalement, il pouvait y avoir de la grandeur et de la hauteur dans le roman, comme de l’humilité, de la retenue et du dépouillement dans le gothique … Tout est affaire de nuances, de relativisme, de passion, et ce dans tous les sens du terme, ou d’engagement spirituel.

C’était le Da Vinci Code avant l’heure … le mystère du verbe qui se fait pierre et qui devient vérité révélée…

Signalons, juste pour l’anecdote, deux autres temps forts, d’ordre plus récréatif : la toilette matinale dans les eaux de la rivière locale, le Trinclin, très revigorante, et la chasse au dahut … un moment attendu de tous, jeunes et moins jeunes. Cette « quête du Graal » donnait lieu à une véritable expédition nocturne dans la forêt, vu la timidité légendaire de l’animal recherché. Moments partagés inattendus qui nous ont permis de découvrir un Michel plus intime, «libéré » en quelque sorte …
Notamment, lorsqu’à une heure avancée de la nuit, il sortait d’une de ses innombrables poches, un élixir mystérieux, très certainement à l’origine de sa sérénité, de sa sagesse reconnue de tous et de sa longévité … La consommation de cette mixture, élaborée à partir d’un mélange d’alcools et de fruits, dénommée « confiture de Vieux garçon », digne d’une vraie A.O.C et à laquelle la main bienveillante de Paulette ne devait pas être étrangère, et qui nous a donné l’occasion de « Changer la vie » et de refaire le monde, en de maintes occasions !

Ces instants privilégiés m’ont permis de découvrir l’homme, sa simplicité et ses valeurs et sont à l’origine de mon implication à ses cotés lorsque j’ai décidé un beau jour de m’engager en politique dans la vie locale.

J’ai alors intégré sa liste municipale et ce fut le point de départ d’une collaboration étroite de plus de 20 années, émaillée de combats électoraux, victorieux ou non, d’un engagement croissant comme élu local à ses cotés, aux services des autres, de tous les autres, sans distinction ou préférence politique. 20 ans de passion partagée dans le respect mutuel et les valeurs communes.

Depuis, mon parcours c’est quelque peu étoffé, j’ai rencontré nombre d’hommes ou de femmes politiques, élus ou pas, toutes catégories et tendances confondues, du poids plume au poids lourds … voir même au très lourd …

Michel Vallier est un cas unique, atypique, ce que ses électeurs ont toujours pressenti et jamais oublié, ceci explique peut être cela … Au delà de ses convictions il a mis au premier plan l’humain, le sens de l’écoute, l’esprit de dialogue, le respect des autres et du service public. Il a beaucoup de similitudes avec le personnage principal du remarquable film de Franck Capra « Mr Smith au Sénat », œuvre magistrale qui interpelle avec justesse la classe politique sur le sens des valeurs, l’altruisme, la profondeur des engagements, et la différence fondamentale entre la fin et les moyens.

Toutes ces années auprès de lui, m’ont renforcé dans ces convictions et sont à l’origine de mes choix d’élu mais aussi d’homme … Entre le virtuel, le miroir aux alouettes, l’éphémère, voir l’instantané, et le concret, le durable, le réalisé, j’ai choisi.
Certains apprennent leur « métier d’élus » dans de grandes écoles spécialisées en technocratie et communication, sans aucun service après vente pour les citoyens, moi j’ai eu le bonheur de l’apprendre aux cotés d’un artisan passionné, sur le terrain, au quotidien et au concret, école d’humilité et de devoirs s’il en est et je lui en suis reconnaissant …

Il nous semblait important avec l’équipe municipale que je représente, de lui rendre un hommage sincère, appuyé, et surtout mérité. Il nous fallait inviter pour cela une personnalité emblématique de la noblesse de l’action publique, lorsqu’elle est au service des autres et du collectif.


Connaissant l’admiration que Michel a pour votre action, je vous ai proposé Monsieur le Premier Ministre de venir à Trilport, et je vous suis reconnaissant d’avoir accepté notre invitation …

Cependant, permettez à un de vos anciens étudiants, promo 1978 / 1980, d’évoquer quelques souvenirs plus personnels.

Je ne reviendrais pas sur l’excellent professeur que vous étiez, même aux yeux d’un jeune rocardien, et à l’époque c’était chaud. Sachez cependant que si vos cours d’économie politique nous passionnaient, votre itinéraire politique, non médiatique j’insiste, c’était une autre époque, nous interpellait et nous rendait fiers tout à la fois, et ce toutes tendances politiques confondues.

Avec vos étudiants, vous avez toujours brisé l’armure.

Je me souviens de votre arrivée dans l’amphi, au retour d’un congrès du PS dans lequel François Mitterand vous avez appelé à ses cotés. Devant la standing ovation que nous vous avions réservé, y compris les étudiants de droite c’était déjà l’ouverture, vous aviez eu deux remarques avant de débuter votre cours … « je vois que vous lisez les journaux et vous en félicite … » puis peu après … « Vous savez il faut toujours relativiser, ma femme m’a rappelé qu’à la Maison également, j’étais le numéro 2 »…

Un autre jour, vous m’aviez pris en stop devant l’IUT, pour m’amener de Sceaux à la Cité U d’Anthony dans une 2 CV qui avait manifestement de nombreuses heures de vol. Je me suis retrouvé à coté d’exemplaires tout fripés de BD, dont une « Tartine » qui devait appartenir à l’un de vos enfant et n’est pas ouvert la bouche du voyage, littéralement tétanisé par l’émotion ! Comme quoi la vie transforme les individus, et j’aurais du savoir « qu’une personne qui roule en 2 CV, est forcément quelqu’un de bien … »

Quelques mois après, jeune appelé au 10 eme RCS de Montmédy, installé devant une télé, je regardais la cérémonie au Panthéon. Devant l’interpellation d’un officier me demandant ce qu’il y avait de si intéressant, manifestement il n’était pas au 7eme ciel, je lui ai désigné mon ancien Professeur … Cette simple information m’a permis de terminer 1ere Classe sans l’ombre d’une corvée, ce dont je vous suis encore reconnaissant …

Nos routes se sont ensuite croisées à de maintes occasions du fait de nos opinions politiques communes, et des diverses campagnes heureuses ou non qui ont ponctué ces années d’engagement …

Concernant cette question essentielle de l’engagement, je ne peux résister à l’envie de vous citer …

« S’engager, c’est quitter l’état de spectateur pour rejoindre celui d’acteur … à la fidélité aux convictions, il faut joindre la recherche de l’intérêt général

S’engager, c’est prendre conscience que l’on appartient à une société, c’est, plus largement, se vouloir partie prenante de la communauté des hommes.

L’engagement est une dimension essentielle de la condition humaine »

 

Sachez Monsieur le Premier Ministre, que toutes les graines que vous avez semé, et elles sont nombreuses, demain refleuriront et deviendront de beaux fruits qui nous ouvriront de nouvelles perspectives, nous en avons particulièrement besoin en ce moment …

Eu égard, à ce que vous avez apporté à l’action publique et politique, aux valeurs d’altruisme et collectives que vous représentez plus que quiconque, et au respect que vous avez toujours eu de la parole donnée, vous étiez certainement le plus à même d’officier en cette occasion.

Vous étiez la note juste …


C’est pour toutes ces raisons Messieurs que je suis particulièrement honoré d’être aujourd’hui, entre deux élus « d’un tel acabit » comme le chanterait Brassens … Deux élus dont d’ailleurs des villes portent le nom, c’est dire …

Jospinet pour l’un, Ville Vallier, et même Saint Vallier pour l’autre, ce qui en ce jour revêt une signification toute particulière, chacun en conviendra, même si cette cérémonie est avant tout et surtout, une cérémonie républicaine.

 

lionel2.jpg

 

 

 

 

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *