Le seigneur de la matrice

 

Peu avant la naissance du point « .eu », le 7 /12/2005 (l’adresse « européenne »), un évènement de première importance s’était déroulé à Tunis à la mi novembre : le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). Outre les réactions liées à cette manifestation dont beaucoup relatives à la liberté d’expression en Tunisie (cf rsf et FIDH) ce rassemblement  a été le cadre d’un affrontement sans précédent entre les Etats Unis et le reste du monde.
Les représentants des 176 pays présents ont en effet exigé un fonctionnement plus collectif d’Internet avec une proposition clé, en transférer la gouvernance aux Nations unies. Proposition rejetée par les américains. Au cœur de la « controverse de Tunis », le poids des USA dans la gestion de l’I.C.A.N.N (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) l’organisme qui depuis la naissance du réseau des réseaux dispose du droit de vie ou de mort sur l’adressage du net, le régulateur de la Matrice. Un monopole que n’accepte plus les autres états aujourd’hui, d’autant que le contrat liant l’Icann à Washington arrive à échéance en septembre 2006.

 

Un rappel utile : au cœur du réseau, l’adressage
Chaque ordinateur voulant se connecter à un réseau doit posséder un identifiant unique qui permet aux autres ordinateurs de le retrouver sur la toile mondiale afin de pouvoir communiquer avec lui. Sur Internet cet identifiant est une adresse IP (comme Internet Protocol), une sorte de numéro de téléphone). Chaque ordinateur émettant une requête est identifié par son adresse IP, sa demande est transmise à un serveur (le routeur) qui achemine le message à un autre ordinateur disposant d’une adresse d’arrivée du même type (un message avant d’atteindre son objectif final, est acheminé par plusiseurs autres ordinateurs éparpillés sur la planète). Pour qu’une transaction entre deux ordinateurs soit possible (envoi ou réception de mel, surf sur un site …), il faut obligatoirement disposer d’une adresse de départ et d’une adresse d’arrivée.
Le bon fonctionnement ou non de la toile mondiale dépend de l’activité inlassable des 13 ordinateurs supervisés par l’ICANN qui possèdent le registre (la matrice) autorisant une requête (adresse) à utiliser le réseau qui leur permet de transformer une adresse IP (inutilisable par un simple internaute) en une adresse beaucoup plus facile à mémoriser (telle www.trilport.Fr par exemple) et l’acheminant dans les méandres du réseau des réseaux. Ces serveurs racines (ou « root serveur »)  écrivent en permanence la carte de l’internet. Un seul  maître à bord, l’ICANN qui gère l’ensemble du système au niveau de la planète.

Trois acteurs essentiellement américains
A la base du succès d’Internet des standards de communication simples, solides et éprouvés (né lors de la Guerre Froide, peu après l’affaire de Cuba, le système devait résister à une guerre nucléaire et ne pas reposer sur un seul serveur) reposant sur trois acteurs principaux, avec chacun un rôle bien distinct :

– La standardisation du support, (du média ) basée sur des normes mondiales strictes établies au sein de deux instances par des spécialistes des télécommunications :  l’Internet Architecture Board (IAB) et l’Internet Engineering Task Force (IETF), dont le travail est sous la responsabilité directe et le financement de l’Internet Society (ISOC), association de droit américain créée en 1992 par les pionniers de l’Internet dont la mission est de coordonner le développement des réseaux informatiques dans le monde en édictant des standards à suivre impérativement

Le World Wide Web Consortium (ou W3C), fondé en octobre 1994 est le consortium qui travaille à la compatibilité des technologies du contenu telles que HTML, XML, CSS, PNG, SVG … Le W3C, lui, ne délivre que des recommandations. Il est géré par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux États-Unis, le European Research Consortium for Informatics and Mathematics (ERCIM) en Europe (anciennement Institut national de recherche en informatique et en automatique français ou INRIA) et l’Université Keio au Japon. 

Enfin, last but don’t least, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN),principale autorité de régulation de l’Internet. Crée en 1998, l’ICANN est une organisation internationale sans but lucratif. Ses principales missions : allouer l’espace des adresses (IP),  gérer le système de nom de domaine et assurer le bon fonctionnement des 13 « serveurs racines  (root servers) sur lesquels repose l’architecture de l’Internet à l’échelle mondiale. L’ICANN délègue son droit sur la vente des noms de domaines à différentes sociétés ou organisations, comme VeriSign pour les domaines .com et .net ou l’AFNIC pour le domaine .fr. en France
Situation pour le moins anachronique, cette organisation dont les décisions s’imposent à l’ensemble des utilisateurs utilisant Internet qu’il soit simple citoyen de la planète, Etat ou multinationale est une association de droit californien, soumise au droit de veto du Gouvernement américain. L’ICANN constitue en effet un véritable OVNI juridique, qui n’est ni une O.N.G, ni une entreprise privée, ni un service gouvernemental, mais une forme d’association sans but lucratif agissant sous le contrôle du département américain du commerce.

Comme chacun peut s’en rendre compte au niveau du casting, nous sommes dans une super production américaine, ces trois acteurs principaux étant historiquement, juridiquement, géographiquement et financièrement américains.

La fracture numérique s’élargit
Autre sujet abordé lors de ce congrés et ce n’est malheureusement  pas un scoop,  l’inégalité Nord Sud dans les technologies de l’information s’agrandit.
Trois exemples pour tout commentaire : 5 milliards d’hommes n’ont pas accés à un ordinateur, 80% des utilisateurs d’internet représentent 20% de la population mondiale et si plus d’un américain sur deux a accés à Internet, pour l’Afrique, cette proportion passe à 3% !

 

Ce congrés s’il n’a pour l’instant encore rien changé démontre une incontestable évolution des mentalités. Face à l’importance d’Internet sur la planète, média incontournable s’il en est, au cœur de toute relation sociale, économique, politique ou commerciale, les pays ne peuvent plus admettre la domination sans partage des seuls USA qui du jour au lendemain sans préavis peut les effacer de la planète.
D’autant que la grande majorité des sociétés actuellement leader dans les technologies de l’information sont américaines; certaines et non des moindres ont même renforcé leurs équipes dirigeantes d’authentiques pionners du net, citons Google avec Vinton Cerf, notamment (lire note), qui est à la fois salarié de cette société et président du conseil d’administration de l’Icann, le mélange des genres est ici atteint. Signalons qu’en décembre 2003 à Genève, ce sujet n’avait pas provoqué de tels débats.
La politique menée par l’équipe Bush n’est pas étrangère à ce nouveau climat intervenant aprés les multiples rebondissements de la question Irakienne, les négociations autour de l’OMC, ainsi que des péripéties relatives au refus de signer les accords de Kyoto, relatifs au réchauffement de la planète et à la lutte contre l’effet de serre.

Un combat légitime qui démontre qu’en matière de télécommunications la mondialisation nécessite également une régulation politique et du multilatéralisme.

La Matrice aussi en a bien besoin …

 

Pour en savoir plus sur les seigneurs du réseau :

ICANN : http://www.icann.org/ ou http://www.icann.org/tr/french.html (en français)
ISOC : 
http://www.isoc.org/  ou http://www.isoc.fr/ (en français)
W3C :
http://www.w3.org/ ou http://www.w3.org/Consortium/Translation/French (en français)

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *