Prix National Art Urbain 2009

arturbain2.jpg

La ville de Trilport était une des six villes sélectionnées pour la finale  du Prix National de l’Association pour l’art urbain, qui se déroulait à la Maison de la RATP, avec pour thème 2009 « le Centre urbain et son environnement accessible à tous ».

Précision utile, c’est le jury de cette association qui nous avait contacté, conséquence directe je pense du buzz émanant de la commune, suite aux réalisations et à la démarche environnementale initiée sur le terrain malgré les nombreuses contraintes rencontrées. Ce même jury, après une visite sur site d’une journée nous incitant à participer à leur édition 2009.

Cette soirée a permis au nombreux public présent d’accomplir un véritable tour de France en moins d’une heure, vu le mode opératoire imposé par les organisateurs. Le concours tenant plutôt du speed dating, chaque candidature disposant de « 8 minutes pour convaincre » sur la base d’un diaporama (deux minutes de présentation de la commune, par le Maire, six minutes pour décrire l’opération présentée, par un technicien). Avant de revenir plus en profondeur sur notre candidature, soulignons la diversité des situations présentées : tant au niveau de la localisation, que de la taille des communes ou de leur nature, touristiques ou pas (je pense notamment à Pèzenas et Plan d’Aups).

Soutenu par le CAUE 77 pour ce prix national, nous avions placé notre candidature sous le signe du « Petit Prince ». Ayant finalement opté pour la démarche globale initiée, y compris avec ses imperfections, plutôt que pour la description d’une réalisation aboutie « exemplaire », comme celle du gymnase HQE de la Noyerie, modèle du genre au niveau accessibilité.

Pour être très rapide indiquons que le Grand Prix 2009 a été remporté par la commune de  La Rivière (38), Trilport remportant lui  la catégorie « respect de l’environnement », le jury ayant du être sensible à la démarche globale inititiée .

 

Revenons un peu sur la « ballade du Petit Prince » qui nous a valut cette distinction …

 

 

 

 

Rapide rappel des épisodes précédents :

Dans le cadre d’un projet de territoire mené en partenariat avec le Conseil Général, la municipalité avait engagé dés 2002, une grande concertation destinée à déterminer un mode de développement à privilégier et les besoins prioritaires à satisfaire en tenant compte des moyens financiers de la commune.
Première pierre, la construction du centre de loisirs H.Q.E  » Le Petit Prince », premier du genre dans la région qui a provoqué une véritable révolution culturelle qui s’est propagée non seulement dans la ville, mais bien au-delà (c’est suite à cette réalisation que depuis la CAF majore ses aides aux projets H.Q.E), au regard de l’intérêt suscité par cette réalisation novatrice.
Une des particularités de cet équipement n’avait été pas perçu à l’époque: sa polyvalence. Qualité qui lui a permis rapidement de devenir un élément important de cohésion sociale dans la ville, accueillant (outre le Centre de Loisirs) nombre de réunions, expositions ou concerts.

 

Trois axes  illustrent la démarche globale privilégiée par la municipalité, ce qui vu les contraintes financières n’était pas aussi aisée à mener que certains veulent le faire croire aujourd’hui :
– Développement de la Haute Qualité Environnementale (Centre de loisirs, bâtiment scolaire, gymnase) et de l’Eco habitat afin de lutter contre le réchauffement climatique et d’améliorer l’accessibilité en ville,
– Approche environnementale de l’Urbanisme initiée à partir des travaux du PLU (très novateur au niveau environnemental) et de l’Agenda 21 afin de limiter l’étalement urbain et de protéger la bio diversité,
– Choix d’une mixité sociale et multi générationnelle,épanouie basée sur une ambition qualitative.

 

Je ne reviendrais pas sur le réalisé, notamment le programme d’équipements mené depuis 2004, dont ce blog s’est souvent fait l’écho,mais rappeler que les objectifs poursuivis se propagent depuis et essaiment au delà des autres équipements construits par la municipalité (école de la Charmoye, Gymnase de la Noyerie), jusqu’à l’espace public, avec la création d’une Commission Extra Municipale « Accessibilité », le lancement d’un FISAC permettant de moderniser les commerces de proximité, la désignation d’un référent accessibilité, le PACT ARIM, et élaboration d’un parcours test « accessibilité maximale ».
Depuis la réalisation du «Petit Prince », c’est une véritable relecture de la ville qui est entreprise : mise en accessibilité de la Mairie et des espaces culturels, de la Place de l’église et de l’ensemble des  arrêts bus, aménagement prochain d’un itinéraire piétonnier « référence », emprunté par nombre d’usagers dont les écoliers fréquentant le « Petit Prince » et se rendant au restaurant scolaire de l’école Prévert et réalisé avec la collaboration du Pact Arim, référent accessibilité de la commune.

 

Quelques invariants se dégagent, tenant compte de la contrainte financière, ce qui dans le contexte actuel n’est pas si anodin, ils peuvent être utiles à un essaimage de certaines des pratiques environnementales initiées sur la commune et citées par Dominique Bonini, du CAUE77 lors de sa présentation :

« 1>La force de la concertation menée en amont, elle permet d’obtenir un équipement coproduit,plus fonctionnel, évolutif et mieux utilisé.
2>L’intégration au site, première des 14 cibles de la démarche HQE, elle est essentielle dans la relation entre le bâtiment et son environnement extérieur. Elle reste la source d’une réelle harmonie architecturale et contextuelle.
3>L’efficacité énergétique, très dépendante de l’intégration au site, elle reposera avant tout sur une isolation optimum et des choix judicieux de matériaux pérennes. Les considérants techniques n’intervenant qu’en second lieu !
4>La gestion de l’eau, répondra aux deux approches complémentaires : l’infiltration naturelle et la récupération pour réemploi de l’eau pluviale, notamment pour les chasses d’eau de sanitaires,
5>La polyvalence et la mutualisation des espaces chercheront à répondre aux besoins d’aujourd’hui tout en intégrant les conditions de réponses aux besoins futurs, le principe de mutualisation venant réduire les m2 produits, il est utile de réfléchir également en amont sur la reversibilité des usages
6>Enfin l’accessibilité pour tous : relevant certes d’une obligation légale il importe de la placer au coeur même du programme de l’équipement en sa capacité de catalyseur de la qualité d’ensemble.

Pour ce qui est de la qualité d’ensemble, se souvenir que l’équipement public ne peut trouver sa justification que dans le service rendu et que la plus grande preuve de réussite c’est le lien social intergénérationnel qu’il est capable de faire naître.

Des perspectives enfin ! car on l’a compris, la ballade du petit prince ne s’arrête pas aujourd’hui. La ballade accompagnera le projet d’un éco-quartier de 300 logements ouverts à la mixité fonctionnelle et sociale. Situé à 300 mètres du centre ville, le projet est soutenu par la région Ile de France et l’Etat. Le futur quartier durable profitera de la proximité de la gare SNCF, celle-ci fait l’objet d’une réflexion pôle gare issue du plan de déplacement urbain régional et vise à une desserte bus améliorée, à une diminution de l’utilisation de la voiture et à un renforcement des circulations douces sécurisées en direction de la gare prolongeant le chemin des écoliers.

Ainsi la démarche de qualité conduite par la ville de Trilport, partie d’un équipement pour être généralisé à l’ensemble urbain, saura à n’en pas douter, répondre à la sollicitation revisitée du Petit Prince

« S’il te plait dessine-moi une ville durable agréable à vivre et accessible à tous ». »

 

 

Palmares 2009

 

 

« Centre-village, porte du Parc »
La Rivière (38)
PRIX arturbain.fr
2009
« Molière en sa ville accessible à tous»
Pézenas (34)
Mention Qualité Architecturale
« Coeur de village pour tous»,
Plan d’Aups Sainte Baume (83)
Mention Qualité de la Vie Sociale

et

Meilleure Communication

« La ballade du Petit Prince»,
Trilport (77)
Mention Respect de l’Environnement
« Boulevard en circulations douces»
Parthenay (79)

 

Mention

et

Prix Internet du Public

« Gare RER accessible »
RATP, Lognes (77)
 

Mention

 

 

 

Qui était Robert Auzelle ?

– sur le site arturbain

– sur le site de la cité de l’architecture

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *