Que penser du pacte ecologique ?

medium_hulot4.jpg

Si vous n’avez pas encore signé le « Pacte Ecologique » proposé par Nicolas Hulot, il est encore temps de rejoindre les quelques 452 603 signataires (hier, tard dans la soirée).
Inutile de faire durer un suspens « intolérable », c’est ce que j’ai fait peu avant Noël. Ce qui ne signifie pas pour autant que je sois prêt à défendre son éventuelle candidature à l’élection présidentielle, loin s’en faut.
La démarche de ce personnage emblématique de TF1 (qui est loin d’être ma chaîne télé préférée, ce serait plutôt le contraire …), son coté médiatique, comme ses relations  privilégiées avec l’actuel Président de la République (il a été l’un de ses Conseillers à la Mairie de Paris) peuvent  interpeller quelque peu; mais, il faut quelquefois savoir séparer comme le disait Mitterand, le bon grain de l’ivraie, parabole biblique appropriée au contexte, qui trouve ici une portée toute symbolique ! Attachons nous plutôt à l’analyse des propositions de fond.

Rapide retour sur les relation entre médias et « sauveurs de l’Environnement « … Le passionné de plongée sous marine que je suis, sait ce que la Mer doit à un homme comme Cousteau. Il ne s’agit pas ici d’évoquer les qualités humaines trés contreversées de ce personnage mais bien l’impact qu’il a eu à son époque sur les consciences grâce à ses documentaires télévisés et à son action. Cap’tain Cousteau, l’homme au bonnet rouge, a été un des précurseurs de Hulot, utilisant à merveille la démocratie d’opinion pour influer l’action des politiques afin qu’ils prennent en compte la protection des océans et le sort des « générations futures » … Concernant la protection des fonds marins, il y a eu un avant et un aprés Cousteau … Dont acte …

Hulot, qu’on le veuille ou non, personnifie désormais dans notre pays, la lutte contre le changement climatique. Il a su faire évoluer le concept d’une émission populaire comme Ushuaia, tournée principalement à l’origine vers les sports extrêmes en relation avec la nature, que ce soit sous les eaux, dans les airs ou sur terre, mettant en valeur des héros cathodiques sans peur et sans reproche (dont lui même trés souvent) vers des voyages plus initiatiques et intimistes tournées vers le respect des richesses de notre planète et de son éco système et privilégiant les rencontres avec des humanistes hors du commun (Théodore Monod, Paul Emile Victor … ).
La séquence émotion et ses images chocs, ont peu à peu laissé place à la réflexion et la remise en cause du mode de développement qui nous a amené où nous en sommes, c’est à dire au bord du gouffre.

Séquence analyse …
Ce Pacte écologique, qu’en penser concrètement ?

 

 

 

Reconnaîssons que Nicolas Hulot a d’ores et déjà gagné son pari. L’environnement, totalement absent des dernières élections nationales, je l’ai assez regretté à l’époque est actuellement placée au centre du débat politique pour les présidentielles et les principaux candidats ont d’ores et déjà signé le pacte proposé (pour en savoir plus : visiter le site … ).

Ses 10 orientations …

Economie : privilégier une logique de durabilité,
Energie : organiser la baisse de la consommation afin de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050,
Agriculture : produire autrement, en conciliant production agricole et respect de l’environnement,
Territoire : contenir l’extension périurbaine et relocaliser les activités humaines,
Transports : sortir du tout routier, en développant les transports en commun et les laisons douces,
Fiscalité : établir le véritable prix des services rendus par la nature en supprimant les subventions défavorables à l’environnement,
Biodiversité : faire entrer l’agriculture dans l’aménagement du territoire, en créant un réseau écologique national,
Santé : prévenir avant de guérir, en évaluant le poids de l’environnement dans les causes de maladies,
Recherche : Faire de l’environnement un moteur de l’innovation,
Politique internationale : Prendre l’initiative, en promouvant une autorité mondiale de l’environnement.

Ses « Cinq propositions concrètes »

1. – Un vice premier ministre chargé du développement durable.
2. – Instaurer une taxe carbone en croissance régulière.
3. – Réorienter les subventions agricoles vers une agriculture de qualité.
4. – Systématiser les procédures de démocratie participative.
5. – Mettre en place une grande politique d’éducation et de sensibilisation.

Qui peut être contre la majorité des arguments avancés ?  à priori personne … Ne reste plus qu’à comparer dans les différentes plateformes présidentielles, les priorités de chaque candidat signataire et « les forces qui les soutiennent ».
Nous aurons largement le temps d’y revenir … Car le Développement Durable avant de se limiter à la simple communication et au discours (la maison brule …) doit être avant tout une affaire d’actes concrets et non d’action contreversées (tel le périple du Clémenceau …)

 

Insistons également sur l’importance d’abandonner le caractère par trop hexagonal de certaines des propositions émises et de privilégier à contrario  :
– l’action internationale, voir planétaire (la France émet moins de 2% du gaz carbonique mondial),
– la continuité politique sur le long terme face aux décisions impopulaires (rationnement, limitation de la croissance, coût de l’énergie …) induites par l’urgence face au réchauffement climatique, la raréfaction de l’eau, la croissance démographique,
– la nécessité de privilégier une lecture Nord / Sud,
– la création de structures de régulation publiques pouvant imposer face aux entreprises multinationales l’intérêt général et le principe de précaution,
– la capacité de se projeter dans l’avenir grâce à la prévision et au travail des vigies essentielles que sont les scientifiques et les experts indépendants ….

Malgré ces quelques réserves, je pense qu’il faut signer ce pacte afin de contribuer, comme sur d’autres actions à placer la question environnementale au centre du débat, car elle est porte de plus d’autres valeurs sur le concept de citoyenneté, d’ouverture vers les autres.
Hulot, comme Cousteau ou Yann Arthus Bertrand a rejoint le cercle fermé des vigies, audibles par tous, si utiles aujourd’hui, qui contribuent par leur action à créer le nécessaire « consensus compassionnel », qui en faisant déplacer les foules influera l’action des politiques …

 

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *