Racines identitaires …

identite.jpg

Le passionnant dossier du Nouvel Observateur consacré à l’immigration, sous le titre « Comment ils sont devenus français » constitue un vrai bol d’air après des mois de débats frileux, voir nauséabonds consacrés à l’identité nationale … Débats qui reconnaissons le nous ont pas mal  pollué l’atmosphère ces derniers temps !
Ce dossier apporte un regard frais, voir un peu décalé, sur les racines de la France d’aujourd’hui et d’hier, qui sont multiples, et a suscité chez moi une certaine émotion vu mon parcours familial. Cette question des origines et de l’identité étant en effet pour certains d’entre nous quasi existentialiste car fondatrice, et nous touchant jusqu’à l’intime …

Avant d’aller plus loin, une autre interrogation est également possible, un citoyen français d’aujourd’hui a t’il une ou plusieurs identités ?
A l’époque ou l’on peut quasiment faire le tour de son avatar en 3D, le titre du film de Cameron est évocateur, comme à l’heure de la mondialisation, qui met à mal beaucoup de nos repères, cette véritable quête identitaire mérite qu’on y consacre une réflexion plus générale au regard de la place qu’elle occupe et occupera toujours dans l’espace public demain …

D’autant que si cet excellent dossier est consacré à la valeur ajoutée inestimable apportée par certains  émigrés célèbres, qui ont incontestablement marqué notre pays, notre histoire ou notre culture, (rappelons que 5 des 7 personnalités françaises préférés des français sont issues de l’immigration), une autre étude, l’enquête « trajectoires et origines (dite Téo) » menée conjointement par l’INSEE et l’INED en 2008 apporte un lot d’informations quantitatives instructives qui mettent à mal certaines théories entendues concernant  les « français de souche ».

La France comptait en 2008 (date de l’enquête) 5 millions d’émigrés, soit 8% de sa population. Plus on remonte au fil des générations, plus cette proportion grandit contrairement à celle des «français dits de souche » qui elle diminue … 11% de la population a un parent au moins d’origine étrangère (6,5 millions) dont 3 millions deux parents,  si nous remontons jusqu’aux grands parents nous approchons la barre des 20% !

Une situation qui m’interpelle singulièrement puisque c ’est la mienne … Je suis né fils d’immigré ce que je n’oublierais jamais, tant je dois à mes grands parents comme  à ce pays …

Mes grands parents Mariano, Miguel, Salvadora, Grégoria ont vécu toute leur vie avec  un certificat de réfugié et une carte de séjour, dans ce pays qu’ils avaient choisi avec la passion du navigateur qui après avoir affronté bien des tempêtes et des aléas, décide un beau jour de poser son sac, devant un rivage qui lui fait soudain signe et se dit « ca y’est c’est ici » …
Ils s’y sont installés, fuyant une dictature sanguinaire à pied avec enfants et troupeaux (ces derniers bloqués à la frontière) lors de la fameuse  « retirada » (nom donné à l’exode des républicains espagnol ). Nouvelle vie, nouveau départ, espérance en des jours meilleurs pour leurs familles et leur enfants dans ce pays qu’ils nous ont appris à aimer tant et tant.

Une terre d’accueil choisie avec le coeur, qui dans la tourmente leur a ouvert ses bras. Ce que je n’oublierais jamais …

 

Mais l’identité c’est encore bien plus …

 

 

 

Je suis un fils de la République, issu de son école, façonné au creuset des quatre valeurs fondamentales qui caractérisent la France, fruits de la révolution de 1789 …  Liberté, égalité, fraternité mais aussi laïcité …

Des valeurs auxquelles je suis viscéralement attaché et qui font que chaque homme, chaque femme de ce territoire est par essence, un citoyen libre de son devenir, membre d’une communauté qui lui donne  le droit de pratiquer ou non et surtout librement son culte dans un cadre digne et dans le respect d’autrui. Valeurs qui ont servi de matrice à notre socle constitutionnel qui au fil des années s’est enrichi et font ce pays : solidarité sociale, services publics, indépendance de la justice,  organisation territoriale … Fondations d’une citoyenneté assumée dans laquelle chacun dispose de droits mais aussi et surtout de devoirs …

Mais l’identité c’est encore et toujours bien plus, elle intègre ce supplément d’âme que l’on nomme culture  … « Ma patrie c’est la langue française » écrivait joliement Camus …

Je me souviens avec nolstalgie de mes premières émotions littéraires dans ma petite école méditerranéenne à Hyères, à la lecture des livres de Pagnol qui chantait si bien ma terre natale, ses odeurs, ses couleurs et ses attraits multiples …

J’ai vibré ensuite avec les textes de Villon, Ronsard, Verlaine, Baudelaire, Hugo, Rimbaud puis Aragon, Prévert, les chansons de Brassens, Brel ou Gainsbourg … A la ligne mélodique de leurs mots, au rythme de leurs vers et à la percussion, la chaleur et la lumière de leurs textes.

J’ai grandi avec les romans de Malraux, Camus, Saint Exupéry et Céline … Ouvrant autant de perspectives vers un monde à construire, des solidarités à bâtir et la nécessité de s’engager pour changer la vie …

J’ai tremblé  à l’évocation de l’histoire contrasté de ce pays, pour ses ombres, mais surtout ses lumières innombrables,

Je me suis passionné pour sa géographie en découvrant vallons, plaines, rivières, montagnes, sommets et océans qui sont autant de richesses fragiles et authentiques et font la richesse et la diversité de cette terre …

J’ai chanté la Marseillaise avec Platini, Zidane, Blanc ou Thuram … même si le sang impur qui abreuve nos sillons m’interpelle toujours et encore … La vitalité de notre patrie s’est nourrie de la diversité, « Black, Blanc, Beur »; en avoir peur aujourd’hui, c’est  avoir peur en soi même et perdre bcette énergie positive créatrice …

Depuis ses origines et de par sa position géographique, la France est en effet une terre de mélange, ce qui en fait à la fois sa force, sa particularité et la richesse de son identité …  Ici, point de notion de race privilégiée, de religion officielle, mais plutôt  et surtout de communauté nationale épanouie, forgée au creuset républicain, communauté de culture, de valeurs, de destin et de destinée mais aussi et surtout d’harmonie …

C’est tout cela qui fait que je suis profondément français, car il est vrai que je ne suis pas né français ce que j’ai tendance à oublier depuis toujours …

 

Pour autant, doit on  limiter une identité à un seul rivage … Aujourd’hui plus qu’hier, nous sommes la résultante de diverses citoyennetés qui s’interconnectent et s’entremêlent … Le local, le pays, le continent, la planète …

Comme Hugo, je me sens profondément européen ainsi que l’étaient mes grands parents qui ne savaient pourtant ni lire ni écrire. L’Europe est une réalité qu’il nous faut toujours construire …

Vu l’état de  la planète qui nous héberge, notre responsabilité ne peut se limiter à la seule question des frontières et des humains … Nous sommes  plus que jamais citoyen d’un monde qui ne nous appartient pas, dépositaires en tant que tel d’une lourde responsabilité envers qles générations futures ou le devenir de notre planète et de tous les éléments qui le peuplent  …  l’éco citoyenneté doit s’imposer à tous et en urgence !

 

Notre identités est composite, dans l’attente des identités virtuelles (avatar, clone …) que le futur nous réserve sans nul doute. Cependant la matrice des valeurs qui nous façonne et nous anime est  la même … Questions d’invariants … Droits, devoirs, respect d’autrui …

L’identité ne peut pas être que nationale, elle n’est pas non plus figée une fois pour toute. C’est une dynamique qui se construit et se transforme tout au long de l’existence dans le respect de certains invariants, nos valeurs …

 

Vaste programme, non ?

 

 

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *