11 septembre …

world-trade-center-affiche_articlephoto.jpg

 

Pleure : les larmes sont les pétales du coeur.

 

 

Eugène Émile Paul Grindel

dit Paul Eluard 

 

 

En souvenir des 11 septembre 1973 et 2001 … Adieu tristesse …


 

leger1.jpg

Adieu tristesse

Bonjour tristesse
Tu est inscrite dans les lignes du plafond
Tu es inscrite dans les yeux que j’aime
Tu n’es pas tout à fait la misère
Car les lèvres le plus pauvres te dénoncent
Par un sourire

Bonjour tristesse
Amour des corps aimables
Puissance de l’amour
Dont l’amabilité surgit
Comme un monstre sans corps
Tête désappointée
Tristesse beau visage


Paul Eluard

Eugène Emile Paul Grindel

 

 

J’avais déjà un flow de taré lorsque les tours jumelles se sont effondrées,
J’avais déjà un flow de dingue lorsque les tours jumelles se sont éteintes.
Je fus choqué dans mon intime et je vous jure que si j’n’avais pas eu la foi j’aurais eu honte d’être muslim.
Après ça, fallait qu’on montre aux yeux du monde
Que nous aussi nous n’étions que des hommes,
Que s’il y avait des fous, la majorité d’entre nous ne mélangeaient pas
La politique avec la foi.

J’avais déjà un flow de taré lorsque les tours jumelles se sont effondrées,
J’avais déjà un flow de dingue lorsque les tours jumelles se sont éteintes.
Après c’la on a tous été pointés du doigt, ils se sont demandés « peut-être qu’y sont tous comme ça » ?
Les canons s’mirent à bombarder Bagdad
Et des corps s’effondrèrent en Espagne.
Nos leaders se mirent à geindre et la Suisse sur un plateau de télé, face à un homme d’Etat, mélangea
La politique avec la foi.

J’avais déjà un flow de taré lorsque les tours jumelles se sont effondrées,
J’avais déjà un flow de dingue lorsque les tours jumelles se sont éteintes.
Je découvris la suspicion, c’est quand un homme a peur et que l’autre en face ne le rassure pas,
C’est quand celui qu’on croyait connaître devient soudain celui qu’on n’connaît pas.
Les Pays-Bas assassinèrent le descendant d’un peintre de renom.
La France continua à dire non,
L’Europe se scinda en deux, les uns et les autres qui n’voulaient pas qu’on confonde
La politique avec la foi.

J’avais déjà un flow de taré lorsque les tours jumelles se sont effondrées,
J’avais déjà un flow de dingue lorsque les tours jumelles se sont éteintes.
J’avais la conviction intime ce Septembre 2001
Que comme avant il n’y aurait plus rien et en un sens c’était sublime,
Le grain disait adieu à l’ivraie alors une parole de paix j’allais pouvoir délivrer.
Ainsi tous se reconnaîtraient dans la grande famille de l’humanité
Qui naturellement, viscéralement, ne confondrait pas
La politique avec la foi.

J’avais déjà un flow de taré lorsque les tours jumelles se sont effondrées,
J’avais déjà un flow de dingue lorsque les tours jumelles se sont éteintes.
On allait tout déconstruire, déconstruire avec trois « D »
Comme Deleuze, Derida et Debray.
Ni fondamentaliste ni extrémiste de l’Islam ou d’la laïcité
Mais là, ça d’vient lourd j’crois, trop compliqué en tout cas,
et puis moi je n’mélange pas
La politique avec la foi.

J’avais déjà un flow de taré lorsque les tours jumelles se sont effondrées,
J’avais déjà un flow de dingue lorsque les tours jumelles se sont éteintes.
Et au fait ce mois-là et l’mois qu’a suivi
Y a eu l’album de Jay-Z « Blue print », une leçon,
Et l’premier classique de Wallen « A force de vivre » avec « Celle qui a dit non »,
Et l’bouquin d’Jonathan Franzen « Les corrections »,

Et moi, moi qui ne f’sais rien, qui galérais à la maison, ah si, je changeais les couches de mon fiston ah ah ah …

 

Abd del Malik


Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *