2017, enfin des moyens pour agir !

 

Voeux 2017 d.jpg

2016 a été certainement une de mes années les plus difficiles : complexité de la feuille de route, importance des dossiers traités sur le devenir de la commune, aléas rencontrés, bouclage des objectifs de la loi SRU … Question stresse, j’ai été servi du fait d’un contexte politique et social pour le moins anxiogène … 

Mais plus encore ce sont les difficultés matérielles pour agir du fait de l’insuffisance des dotations perçues de l’Etat qui à la longue pèsent plus que tout … Pour Trilport c’est flagrant, surtout après les baisses successives de dotations de ces dernières années, les dotations octroyées pour la commune atteignaient 126 € par habitant (2015), alors que la moyenne nationale oscillait selon les strates de 170 à quasiment 200 € !
Une situation qui nous a conduit toutes ces années à travailler notre « richesse intérieure » et à développer une véritable « résilience budgétaire », qui depuis, a est gravée
 au plus profond de notre ADN collectif.
Notre credo ? la maxime de Saint Exupéry « dans la vie, il n’y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions suivent », nous avons donc optimiser au mieux la dépense publique, sommes partis à la chasse aux subventions et à la course à l’innovation, innover, toujours innover …

Le mois de Mai 2016 nous a réservé une belle surprise, la commune dépassant le seuil des 5 000 habitants bénéficie désormais des dotations dites de « péréquation ». Terme et calcul techno s’il en est, du Bercy pur jus, qui signifie pour faire simple que les villes riches donnent aux plus pauvres (cf le schéma économique développé par l’illustre Robin des Bois), et comme Trilport est trés pauvre …

Seule ombre au tableau, ces dotations sont remises en cause à chaque loi de finances, mieux vaut donc rester vigilant et ne pas se relâcher …
En ce qui concerne les subventions, la quête a été fructueuse. Dans notre cas c’est vital, tant elles constituent le grain à moudre qui nous permet d’agir au quotidien et de préparer plus sereinement l’avenir. La question financière demeure essentielle  surtout lorsque la collectivité est pauvre, chacun mesure que  fonctionner au quotidien, investir pour demain, exige un minimum de moyens.

Lors de mon intervention, j’ai abordé la problématique des transports qui fera l’objet d’un prochain billet et la situation de la Communauté d’agglomération du Pays de Meaux qui s’agrandit et compte depuis le 1er janvier, 22 communes et 96 000 habitants.
Chacun mesure aujourd’hui que la dynamique d’un territoire n’est plus une rente de situation qui dépend de l’importance d’un périmètre ou d’une grandeur passée, mais bien le fruit de la vitalité des liens entre toutes les composantes de ce territoire, des perspectives et projets qui y sont partagés, du métissage des cultures et des approches, de la capacité à faire bouger les lignes, à susciter l’innovation, et plus que tout à créer cohésion et envie de construire afin de faire « ensemble ». Une vitalité indispensable dans un  contexte aussi concurrentiel que celui de la Seine et Marne ou de  l’Ile de France.
Encore faut-il au préalable créer une dynamique commune, challenge collectif à relever au quotidien pour améliorer la vie de nos habitants. Car le monde avance, autant qu’il le fasse sans oublier nos territoires. Nous possédons une vraie marge de progression …

Trilport, comme toutes les villes voisines, amorce un nouveau cap de son développement, peu le perçoivent encore sur le terrain, voulant éviter toute poussée intempestive et brutale de type ville champignons, nous préférons creuser des fondations profondes, elles seules permettront à la ville de grandir avec harmonie, en prenant ses marques …  « Le temps te construit des racines. ».

Nous agissons afin d’anticiper la montée en puissance des services et infrastructures et d’éviter que la gestion du quotidien ne devienne par la suite insoluble et les réponses de la collectivité trop tardives face aux besoins immédiats de ses habitants.

Voeux 2017 j.jpg

Trois gros dossiers ont occupée l’année passée : loi SRU, Plan Local d’Urbanisme, et Eco quartier …

SI certains Trilportais me demandent encore, pourquoi construire Monsieur le Maire ?J e leur rappelle que c’est une obligation légale. La loi SRU et le Plan Intercommunal de l’Habitat fixe à chaque commune une feuille de route claire et une vitesse de croisière obligatoire et imposée; pour Trilport  : 20% de logement sociaux en 2020, 67 permis de construire (PC) déposés avant le 31 décembre 2016. Voilà qui explique quelque peu la frénésie de construction qui touche toutes les villes voisines.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, vu les efforts déployés, du fait de retards successifs de l’aménageur de l’éco quartier, nous avons été à deux doigts de ne pas remplir l’objectif fixé par l’Etat.. Les conséquences en auraient été extrémement préjudiciables, c’est pourquoi nous avons préféré assurer et avons  lancé d’autres opérations afin de pallier à tout nouveau retard et préserver les intérêts de la ville.

Mais construire est également une obligation morale, tant avoir un toit est un droit, et que nous devons prendre notre juste part à l’effort engagé en faveur d’un logement accessible à tous, d’autant que nous sommes encore bien loin des 20% requis.

Encore faut il pouvoir construire, c’est là que le Plan Local d’Urbanisme intervient. Après de longs mois de concertation, il a été voté, avec pour seul objectif : l’intérêt général, que l’on ne peut réduire à la somme des intérêts particuliers.
Trois axes le caractérisent : limiter extension urbaine et consommation d’espace agricole ou naturel, reconstruire la ville sur la ville, préparer Trilport aux conséquences du dérèglement climatique et des aléas météo extrêmes. “Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. », si nous l’oublions, la nature nous le rappelle, elle…

Notre credo depuis son lancement : faire du« bottom up », au sens premier du terme, en élaborant un projet qui respire la réalité du terrain dont il est issu et s’appuie sur les potentialités et les contraintes locales.

Une logique qui devrait inspirée un peu plus les états-majors parisiens !  Notre but n’est pas de réaliser un quartier d’exception, mais un morceau de ville dans lequel il fasse bon vivre, lieu de diffusion de bonnes pratiques ayant la capacité de rétroagir sur le territoire. « Nous ne pouvons construire qu’accordés à demain »…

Mais au-delà du rationnel, du technique, ce projet veut placer au premier plan l’humain, l’affect, le pathos, le désir, dont se désintéressent trop d’acteurs de l’aménagement, alors que cette dimension est essentielle. La ville durable se doit d’être aimable, désirable, et désirée de ses habitants.

Nous continuerons à rénover Trilport, avec la volonté de bâtir une ville « courte distance », dans laquelle il est plus facile et agréable de se déplacer à pied ou en vélo qu’en voiture, y compris pour prendre le train.
La rénovation de l’éclairage sur l’ensemble de la commune est lancée, elle concerne toute la ville, outre l’amélioration de sa qualité, elle permettra de sérieuses économies et la réduction nos émissions de G.E.S.

L’environnement sera encore une priorité, outre l’éco quartier de l’Ancre de lune, en matière d’éducation, avec l’implantation d’une mare et d’une ruche pédagogique, l’émergence de l’Economie circulaire, autour de l’équipe de l’AMAP, preuve concrète d’une prise de conscience collective sur la nécessité de développer une agriculture responsable, réelle opportunité également pour les habitants et les producteurs locaux.
Nous valoriserons dans les restaurants scolaires les déchets collectés en les transformant en ressource par lombricompostage, un beau projet mené en partenariat avec un des pionniers de l’économie circulaire qui peut être également créateur d’emplois locaux et d’activités économique sur le territoire.

Le Numérique au coeur de notre action, la fibre déployée par Orange fait de Trilport une commune THD, ce qui constitue une véritable opportunité pour les habitants, entreprises, écoles et Mairie. Nous pouvons dés lors engager notre mue digitale et accompagner dans nos pratiques quotidiennes ce bouleversement qu’est la dématérialisation …
Un élu a été désigné pour prendre en charge cette problématique globale qui  aborde tout le spectre de l’action d’une collectivité. Quatre maitres mots : humilité, transparence, agilité, transversalité; nous devons essayer, évaluer, et plus que tout, apprendre de nos erreurs, tant la route qui mène à la ville intelligente (« Smart City ») est passionnante mais parsemée de surprises, dont l’internet des objets n’est pas la moindre …
N’oublions cependant pas que le numérique, peut être également source d’exclusions, de nouvelles failles et fractures. Il est important d’être vigilant et actif en ce domaine, afin de s’assurer que personne ne reste en dehors de la route, y compris numérique.

Nous devrons encore et toujours innover, bien que l’innovation, nous en sommes convaincus, ne peut se limiter au seul domaine technique mais doit être aussi sociale. Nous travaillons sur un projet destiné à favoriser l’inclusion sociale de toutes les générations : une Maison au service des familles, pôle structurant de toute la ville.

Notre société tend à se refermer sur elle-même, à devenir de plus en plus anxiogène, tout va si vite, trop vite parfois … Solitude, pessimisme, peur de l’autre et individualisme se développent, avec pour conséquence, trop souvent développement de l’agressivité, des incivilités, des actes de violence parfois. Il est important de créer un lieu d’écoute, de rencontre, de citoyenneté avant tout, en rappelant à chacun qu’elle est composée de droits mais aussi de devoirs.

Il y a un temps pour semer, un pour travailler la terre et un autre pour récolter. La qualité d’une action ne peut être évaluée aux seules moissons engrangées, mais également aux graines semées, porteuses d’espoir et de récoltes futures. Nous pouvons de nouveau faire appel à l’intelligence collective, à fabriquer du commun, du partagé, ce que nous avons commencé depuis quelques mois avec le Comité 21. Les occasions ne manqueront pas, que ce soit autour de l’éco quartier, du plan de circulation, de la relance des réunions de quartier, du lancement de la Commission Accessibilité, de la création d’une Commission Numérique

Ce prisme communal  peut sembler à beaucoup réducteur mais il est notre lot quotidien, notre passion collective, tant notre mission première est en premier lieu de changer la vie, ici, au au concret pour améliorer le quotidien de nos habitants.

 N’oublions jamais que ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise, car

« On transforme sa main en la mettant dans une autre. »,

C’est d’abord cela la république,

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *