A quand une gare humanisée à Trilport ?

medium_gare_trilport.jpg

Faute de ne pas avoir eu encore de réponse des responsables de la SNCF depuis fin octobre (cf note « Le Transilien n’est pas encore arrivé à Trilport »), je me suis rendu mercredi dernier lors du dernier Congrès des Maires à l’invitation de Mme Idrac, numéro un de la SNCF, histoire de faire le point …

La nouvelle dirigeante de la SNCF, qui a succédé à Louis Gallois il y a peu, avait convié à un pot de l’amitié, les Maires des communes ayant participé à l’opération « Une idée, Une commune, Une gare », le cas de Trilport. Initiative consistant à réaliser un aménagement relatif à une gare cofinancé à la fois par la SNCF et la commune.
Pour la gare de Trilport : la réfection globale des clôtures donnant sur une rue (le chemin d’Armentières) ainsi que la création d’une entrée à proximité d’un Parking de Stationnement Régional, que nous avions demandé à la SNCF de créer.

J’ai profité de ce moment de convivialité, pour la rencontrer (style « rencontre furtive », cependant nous avons pu dialoguer), ainsi que des hauts responsables de cette entreprise avec lesquels j’ai discuté beaucoup plus longuement afin de me faire l’écho des problèmes rencontrés à Trilport.

J’ai beaucoup insisté sur l’attachement des usagers et des élus à la présence physique d’agents de la SNCF dans les gares, paraphrasant notamment le célèbre mot de Jean Bodin , philosophe médiéval : « Il n’y a de richesse que d’homme … » … Comme quoi déjà au Moyen Age, les ressources humaines étaient placées par certains sages au premier plan,

 

car le noeud du problème est bien là, jugez en plutôt …

 

 

 

 

Est il normal qu’une gare qui accueille plus de 3000 passagers / jours (aller / retour), dont prés de 1 500 sur une période de deux heures, n’ait en tout et pour tout, qu’un seul agent, et encore lorsque celui ci n’est pas absent, ce qui a souvent été le cas depuis aout !

 

Si je n’ai toujours pas eu de réponse officielle à mon courrier (je devrais en avoir une avant le prochain Conseil Municipal), j’ai eu l’occasion de recevoir lors d’une permanence, une délégation de la CGT Cheminots, autant dire que cette délégation ne m’a pas tranquilisé, bien au contraire.
Non seulement l’administration de la SNCF ne devrait pas répondre positivement à ma demande de doubler les effectifs et la présence humaine en gare (afin simplement de pouvoir pallier à l’absence d’un agent), mais elle envisagerait de confier cette mission à des agents de la filière commerciale exclusivement.
Particularité, ces derniers ne possédent pas la compétence technique leur permettant d’intervenir sur les voies en cas de problème ! Autre sujet d’inquiétude, le maintien même de l’ouverture de la gare le dimanche serait remis en cause !

 

Si ces informations s’avèraient exactes, la question de la sécurité des usagers serait clairement posé, ce qui est à mes yeux inacceptable !

En fait, les seules avancées de mon intervention parisienne (« au plus haut niveau ») auraient été d’accélérer le lancement des travaux de clôture et le remplacement de la machine automatique à billets qui acceptera désormais monnaie et cartes bleus ! Autant dire que ce résultat ne saurait me satisfaire !

Lors du Congrès des Maires, Mme Idrac, voulant montrer l’attachement de « l’entreprise SNCF » à son glorieux passé mais également aux villes de France, a proposé aux Maires d’associer le logo ou le blason de leur commune à une « locomotive », afin de renouer avec une vielle tradition; du temps où les locos à vapeur (puis ensuite électrrique) portaient sur leur flanc, le nom de communes françaises … Le rail fédérant les territoires; belle image en effet qui ne doit cependant pas faire oublier que pour des raison relatives aux lois physiques les plus élémentaires, que l’usager ne prend pas le train au vol et que la gare est une interface indispensable et doit faire partie du tableau …
Plus important que le blason ou le logo, bien évidemment je ne m’opposerais pas à Mme Idrac si celle ci appose sur une motrice celui de Trilport, il est essentiel de revenir avant tout aux fondamentaux traditionnels de la SNCF, avec à la base la présence physique de cheminots dans les gares : afin d’entretenir ces dernières, d’effectuer les réparations de maintenance de base (marches ou lumière des escaliers souterrains par exemple …), d’informer les voyageurs des retards ou incidents éventuels et enfin d’assurer la sécurité des usagers sur les quais et les voies.

 

C’est  je pense le sens du nouveau courrier que je vais adresser rapidement, non seulement aux responsables transiliens, mais également au président du STIF, afin qu’effectivement les efforts remarquables engagées depuis quelques mois par ce Syndicat et la Région Ile de France ne soit pas remis en cause à Trilport …

Un combat qui j’en suis persuadé, fédérera beaucoup d’usagers. Nous devons tendre concrètement vers une amélioration concrète des services rendus à la clientèle, comme le demande le STIF à la SNCF, pas le contraire.

Mon souhait et que Trilport rejoigne au plus vite le club trop fermé des gares transiliennes humanisées !

 

Précédentes notes sur ce thème

 Le Transilien n’est pas encore arrivé à Trilport 

Bras de fer gagnant pour Huchon

Transilien : les résultats ne sont franchement pas au rendez vous

La grande messe transilienne

 

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *