Agro carburant plutôt que Bio carburant

163af129e2b66f9a0e01013699caaddc.jpgLe monde des céréaliers s’est converti au Développement Durable, ce qui tient du miracle. Aucun mysticisme cependant derrière cet engouement soudain, mais une explication très cartésienne : le développement du carburant vert. Enthousiasme partagé par l’industrie automobile espérant ainsi tirer les marrons du feu et poursuivre son bonhomme de chemin avec le moteur à explosion .

Des céréaliers influents à Paris comme à Bruxelles, ou leur lobbying efficace a conduit l’Union européenne a fixé l’objectif de faire passer la part des «biocarburants» dans la consommation énergétique à 5,75% d’ici 2010 et à 10% d’ici à 2020 !

Une décision prise contre l’avis de la grande majorité des ONG environnementales trés réservées sur les risques d’une telle décision  : la distillation de l’éthanol consommant de l’énergie fossile en quantité (charbon ou hydrocarbure) et provoquant  d’importantes émissions de CO2.
D’autres risques existent également : développement de l’agriculture intensive (utilisation d’engrais et pesticides) et de la mono culture, utilisation sans précaution d’OGM, et rapport qualité / prix discutable du fait des subventions agricoles considérables adressées aux céréaliers des pays riches…

Pourtant un constat s’impose : la planète a de plus en plus de bouches à nourrir. L’heure n’est donc plus à l’abondance ou la surproduction de céréales, mais à la pénurie ! Du coup les cours s’envolent  et touchent la production de lait et de viande …

 

 

 

6aeea5be911f969e8e7b966d67607c85.jpg

 

 Simple application de la loi de l’offre et la demande, le développement du biocarburant diminue d’autant l’offre de céréales et fait monter les cours.  Conséquence, la balance commerciale devient de plus en plus déséquilibrée entre pays autosuffisants (pays riches) et les autres nations, les céréales étant trés utilsées en élevage, cette augmentation de couts touchent quasimment tous les secteurs de l’alimentaire.

Un désastre écologique et social se profile également, surtout pour les pays du tiers monde. Car l’irruption de la mono culture intensive (canne à sucre, maïs, soja , huile de palme …) provoque des conséquences sociales et alimentaires considérables : disparition des petites exploitations, exode rural, fin de l’auto suffisance agricole,  gestion de la ressource en eau (ou plus exactement de sa pénurie), appauvrissement des sols, atteintes à la bio diversité …

Dans le même temps et plus globalement au niveau planétaire, le succès du carburant vert s’accompagne en parallèle d’une déforestation massive qui remet en cause la lutte contre l’effet de serre ! Dans trop de pays, que ce soit en Asie, Afrique ou Amérique Latine, les  conséquences sociales sont multiples : exode des populations indigènes habitant les forêts détruites, dépendance accrue des économies locales liées aux variations des  cours mondiaux …

Une situation qui explique pourquoi, une trentaine d’ONG internationales appellent à un moratoire sur les objectifs fixés par l’Europe en matière d’essence végétale.

Pourtant, un autre chemin est possible …

L’agriculture biologique représente à peine 2 % des surfaces agricoles utiles dans notre pays, un potentiel considérable encore inexploité ! Il serait important de réorienter les subventions de la Politique agricole commune vers la filière bio, rappelons que les subventions actuellement  « arrosent » essentiellement les cultures intensives (l’hectare de maïs est subventionné 350 euros, contre 20 euros à l’hectare d’herbe ). La filière bio est une piste d’avenir, et devrait beaucoup se développer dans les prochains mois dans les collectivités territoriales pour leur restauration collective .

Face à la demande, la Commission européenne a décidé de supprimer cette année la jachère obligatoire. La jachère il est bon de le rappeler s’adresse aux céréaliers européens afin de les aider à soutenir les cours (toujours la loi de l’offre et la demande) elle constitue à geler 10 % de leurs terres cultivables moyennant des subventions conséquentes. Car aujourd’hui, les prix s’envolent …Une augmentation qui touche les consommateurs et va s’étendre à tous les prix agricoles, agriculture et élevage …

La disparition prochaine des jachères risquent d’appauvrir les sols, de porter des atteintes à la bio diversité (un combat qui réunit chasseurs et défenseurs des oiseaux) et à la gestion de la ressource eau.

En matière agricole, notre pays a des arguments à faire valoir, la France bénéficie d’un potentiel exceptionnel et dans ce domaine  il n’y a ni débat, ni suspens, chacun sait qu’il faudra bien nourrir les 9 milliards d’habitants que va bientôt compter la planète. La France (2eme ou 3eme puissance agricole mondiale) aura un rôle important à jouer !

L’agriculture aujourd’hui créé 10 milliards d’euros d’excédent, phénomène assez rare pour être souligné. Mais avant de se lancer à tombeau ouvert sur la production d’Agro carburant, les agriculteurs , de plus en plus higt tech doivent prendre le temps de réfléchir et de se positionner sur d’autres problématiques OGM bien évidemment mais aussi sur l’agro carburant et l’agriculture Bio (ici le terme de « bio »n’est pas usurpé) ….

Tout un programme …

 

 

s sur cette thématique :

 

Les Bio carburants sont ils écolos ? 

Le site officiel du Grenelle de l’environnement

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *