Que 2019 soit une année utile à la planète bleue

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.

Andrée Chedid

Cent ans après

Dépôt de gerbes au cimetière allemand de Chambry (Ville de Trilport / D. Douches)

Depuis 2000, Trilport est jumelée avec la ville d’Engen, aussi il nous semblait important de commémorer avec nos amis allemands le centième anniversaire de la fin de cette véritable abomination qu’a été la guerre de 1914-18,  dont les terres de Brie portent la trace indélébile, et de faire de cette célébration, un temps fort de notre jumelage.
Une délégation d’élus d’Engen, conduite par Johanes Moser, son Burgmeister est venue à Trilport lors du premier week end d’octobre, tout juste après les cérémonies de leur fête nationale, qui commémore le « jour de l’unité allemande » du 3 octobre 1990, date de la réunification officielle du pays.

La délégation allemande a visité le Musée de la Grande Guerre dédié à un conflit qui marque incontestablement un tournant de l’histoire du monde.
Ces années de guerre ont totalement bouleversé l’équilibre géo politique et vu une nouvelle carte d’Europe et du monde apparaitre : démantèlement de l’Autriche Hongrie, révolution russe, arrivée des USA comme grande puissance …
Plus encore, c’est le terrible bilan d’une catastrophe humaine sans précédent qui marque à jamais la mémoire collective de nos pays respectifs et dont nos monuments aux morts témoignent : 9 millions de morts (en France et Allemagne, 25% des hommes ayant entre 20 et 30 ans n’en reviendront pas), 20 millions de blessés, des milliers de villages et de villes détruites sous un déluge de feu, de plomb, de gaz et d’obus.
Que dire de plus, sinon que le nouveau monde qui émerge en 1918, du fait surtout des conditions de paix imposés aux vaincus (« vae victis », ou « malheur aux vaincus ») sera à l’origine d’un autre conflit mondial, encore plus effrayant, plus dramatique et inhumain.

Un des enseignements de ce terrible et dramatique conflit est bien qu’il n’y a eu ni vainqueurs, ni vaincus, mais que des perdants, et ce sur plusieurs générations … 

Continuer la lecture de « Cent ans après »

Meilleurs voeux 2018

voeux-bansky.jpg

La terre aime le soleil

Et elle tourne

Pour se faire admirer

Et le soleil la trouve belle

Et il brille pour elle;

Et quand il est fatigué

Il va se coucher

Et la lune se lève.

Jacques Prévert

En espérant que  Bansky et ses œuvres retrouvent sourire et joie en 2018 …  Ce sera bon signe pour toutes et tous

La dame de coeur

nbricq.jpg

 

« Impose ta chance,
serre ton bonheur et va vers ton risque.
A te regarder,
ils s’habitueront »
René Char

 

Nicole Bricq était une élue comme il en existe peu, attentionnée, disponible, accessible, sincère, autant dire que sa disparition m’a touché, comme elle en a attristé tant et tant … accessoirement c’était aussi une amie, nos routes s’étaient croisées il y a longtemps déjà et n’ont pratiquement plus divergé depuis.

Elle avait choisi de s’engager en politique autrement, pour agir et faire, laissant aux amateurs d’écume, commentaires et polémiques politiciennes stériles.
Désintéressée, animée d’un réel sens de la responsabilité collective, elle ne la jouait jamais solo préférant de loin le jeu d’équipe. J
e me suis totalement retrouvé dans son positionnement basé sur des fondations profondes, bien charpentées, et des piliers solides : travail, rigueur intellectuelle, éthique.
Autant dire qu’elle constituait une véritable énigme auprès des spécialistes es courant internes de congrès et manoeuvres en tous genres, d’appareils politiques de plus en plus déconnectés de la réalité quotidienne !

Passionnée par l’action publique, elle était persuadée que celle ci pouvait et devait améliorer concrètement la vie de nos concitoyens au quotidien et mettait toute son énergie pour contribuer à changer la donne.

Confrontée directement à la misogynie du monde politique, elle s’était forgée une solide carapace et ne s’en laissait pas compter, soulignant souvent avec malice « qu’on dit toujours d’un homme qu’il a du caractère, mais d’une femme qu’elle a mauvais caractère ». Incontestablement, Nicole avait du caractère.
Des orages, nous en avons bien évidemment connu, mais qui ne s’est jamais accroché avec Nicole ?
Il y avait d’abord le tonnerre, l’éclair souvent, la foudre parfois, mais ensuite venait le soleil … C’est une des très rares élus que j’ai connu ayant la capacité de reconnaitre après une prise de tête « carabinée » qu’elle s’était trompée et qui pouvait s’en excuser.

Son parcours politique est d’autant plus exemplaire qu’il résulte de ses seules compétences, soulignons qu’à l’époque aucun quota de parité n’existait dans ce monde d’hommes qu’était le milieu politique. Pour y arriver, une règle simple, comme en solfège, une femme devait valoir deux hommes, c’est dire.
Elle a ouvert la voie, première femme à devenir Sénatrice de Seine et Marne et rapporteure général du budget au Parlement, une responsabilité enviée et disputée s’il en est.
Aucune manœuvre politicienne derrière ces nominations, si ce n’est la reconnaissance par ses pairs de compétences indiscutables, d’une véritable expertise technique doublée d’une honnêteté intellectuelle sans faille, que ce soit sur les questions budgétaires, fiscales ou environnementales dont elle était devenue une grande spécialiste, cheville ouvrière et animatrice du pôle écologiste du PS.


En ce domaine, elle était avant tout volontaire mais pragmatique,  avec l’ambition de réconcilier écologie, équité sociale et efficacité économique, loin de tout dogme, lobby ou esprit de chapelle. Ses travaux notamment sur la fiscalité écologique lui ont valut d’être nommée Ministre de l’environnement.
Plus localement, les seine et marnais retiendront que c’est suite à son action énergique que notre département a été durablement protégée de l’exploitation des gaz de schiste. Elle pouvait en ce domaine se montrer inflexible devant les lobbies pétroliers et l’a payé cash en étant démissionné de son poste de Ministre de l’Environnement.

Parlementaire, elle a refusé tout cumul, consacrant son énergie au seul mandat confié par les électeurs, que ce soit au Sénat ou auprès de nos concitoyens, considérant que préparer et faire la loi, analyser les limites de son application au quotidien et sur le terrain pour l’améliorer, de l’amender si nécessaire était bien une occupation à temps plein.

Nicole était persuadée qu’il ne fallait surtout pas oublier de toujours réparer, renouer, retisser afin d’éviter fractures et lignes de rupture et que cette volonté imposait d’être toujours sur le terrain, à l’écoute, en veille …

 

Continuer la lecture de « La dame de coeur »

Le jour où nous n’allumerons plus de bougies

 

 

messia-lectrice-du-monde.jpg

Tribune d’Antoine Leiris publiée dans le Monde, dans lequel avec ses mots choisis il exprime l’essentiel, le prix que nous accordons  à la vie face à la mort injuste et tragique provoquée avec violence par le fanatisme et l’obscurantisme …

Je ne supporte plus l’odeur des bougies.

Elle me donne envie de vomir. À Nice, à Paris, à Orlando, à Istanbul, à Bruxelles, et partout où ils ont semé la mort, ce sont les mêmes scènes. Les mêmes portraits accrochés. Les mêmes fleurs déposées. Les mêmes bougies allumées.Et cette odeur âcre qui me laisse dans la bouche le goût du sang versé.

Je pensais ne plus avoir assez de larmes.

Je pensais que le pire était passé. Je pensais m’être habitué. Je me trompais. À chaque nouvelle attaque j’ai pleuré. Ils étaient des hommes, des femmes, des enfants. Ils avaient des envies, des peurs, des désirs, une vie. Ils sont morts. Et nous allumons une bougie.

Contre un camion lancé à pleine vitesse, contre des Kalachnikovs chargées de rancœur, contre des explosifs prêts à sauter, c’est peu une bougie. Pourtant c’est une arme plus puissante que toutes celles qu’ils pourront utiliser.

Parce que le jour ou la mort de l’autre nous laissera sans réaction, le jour où nous n’allumerons plus de bougies, nous serons devenus comme eux.

Parce que le jour ou la mort de l’autre nous laissera sans réaction, le jour où nous n’allumerons plus de bougies, nous serons devenus comme eux.

Des êtres sans peur face à la mort.

Mais pour ne pas craindre la mort, il faut trembler de peur devant la vie. Alors craignons la mort et embrassons la vie. Dès le lendemain j’ai allumé une bougie que j’ai posée sur le rebord de ma fenêtre. Elle encore aujourd’hui. Elle me rappelle l’odeur de la peur, de la haine, du renoncement.

Elle me rappelle l’urgence de la vie.
Continuer la lecture de « Le jour où nous n’allumerons plus de bougies »

Ce soir, je suis triste

rocard.jpg

 » Penser clair, parler vrai, agir juste « 

 

J’ai été, je suis et resterais pour toujours « rocardien ». Je n’oublie pas que si je me suis engagé un jour en politique, en adhérant notamment au PS, c’est à lui que je le dois.

Digne héritier de Mendes France, il avait le sens de la morale et de l’éthique, possédait une rigueur et une honnêteté intellectuelle rare, que je n’ai retrouvé ensuite que chez Lionel Jospin. C’est à ce niveau là, que l’on attend le politique.

Rocard c’était la primauté donnée aux idées, aux propositions, quelquefois disruptives et iconoclastes : comprendre avant toute chose, imaginer les solutions à apporter plutôt que de nouveaux problèmes, proposer et convaincre toujours, et plus que tout, agir juste, faire, afin de changer la vie quotidienne au concret durablement.
Toute sa vie, ce grand serviteur de l’Etat s’est consacré à 
la vague des idées plutôt qu’a l’écume des petites phrases ou des commentaires. Il a su ne jamais sacrifier l’avenir, le long et le moyen terme aux imperatifs court termistes de la mode ou de l’instant présent, étant un des trop rares politiques à privilégier le temps long.

Michel Rocard avait les mots et le verbe libre, une parole authentique et rafraichissante, il a toujours préfére l’équité à une égalité quelquefois factice et inéquitable, privilégiant l’être au paraître et le collectif à l’individualisme.

Il a eu la grande sagesse de se retirer de la vie politique avec élégance, sur la pointe des pieds, passant le relais aux jeunes générations pour leur laisser construire un avenir meilleur.

C’était un homme qui aimait passionnément la vie, l’Europe, la nature sauvage et indomptable avec laquelle il faut composer : le vent, les mers et les océans, les pôles aussi … L’environnement et le devenir de la planète ont été les combats qui ont animé toutes ses dernières années.

 Ce soir, je me sens quelque peu orphelin, Michel Rocard nous a quitté.

Continuer la lecture de « Ce soir, je suis triste »