De la boite à coucou à la boite de Pandore

boite a coucous.jpgJe prie mes fidèles lecteurs d’excuser un coup de gueule très inhabituel sur ce blog, il fait suite au coup de blues et de massue de ces derniers jours, mais en guise d’excuse, j’avancerais qu’il est parfois thérapeutique de lâcher quelques décibels, histoire d’évacuer …

Il serait bon que chacun reprenne ses esprits, que les ambitions individuelles, des uns et des autres, s’effacent devant l’intérêt supérieur du pays, que les responsables atteint « d’autisme », bunkerisés dans les certitudes de leur tour d’ivoire (petites ou grandes) se (re)connectent avec la France du quotidien et du concret, sinon les prochains lendemains risquent  d’être sanglants pour les couleurs et  « valeurs » que nous portons ! La responsabilité de cette catastrophe «industrielle» sera  alors collective et partagée.

Petit élu local, je mesure le fossé qui s’élargit et nous sépare de plus en plus de nos concitoyens. Nous ne sommes plus loin de l’implosion (entre nous) et de la fracture (avec les français) ce qui est beaucoup plus préoccupant.
Contrairement à ce que beaucoup de mes camarades déclament sous tous les modes, ce n’est pas le fossé entre partisans de « l’Offre » et ceux de « la Demande », ou de « la rigueur » (sérieux, austérité…) et de « la relance », qui exaspèrent nos concitoyens, mais tout simplement le manque de crédibilité qui émane de l’offre des partis politiques, dont le PS que ses portes voix soit frondeurs ou non pour être clair, et la capacité de ces partis à résoudre les problèmes du pays et des français : emploi, dette, croissance, et surtout solidarités qu’elles soient sociales ou territoriales…

Intuitivement les français savent qu’il faut à la fois relancer l’emploi et l’économie et agir sur la dette, pressentent les conséquentes dramatiques qu’une simple augmentation des taux auraient sur le budget du pays. Chacun sait que la ligne de crête est étroite et que le vent souffle haut et fort, surtout à cette altitude, alors autant préserver l’esprit de cordée indispensable pour éviter tout dévissage !
Si le chaos ambiant qui règne depuis des mois se poursuit, il y a fort à parier que le PS devienne la tête de gondole des partis à jeter et rejeter pour quelques années ! Un paradoxe alors que c’est à lui de réparer les dégâts des gouvernements précédents, ce que les français auront oublié. Nous avons portant déjà donné il y a quelques mois lors des municipales et des européennes …

Nous ne sommes pas élus pour nos chamailler sur des postures pré congrés, régler des comptes qui n’en sont pas, mais pour résoudre collectivement les problèmes des français et changer leur vie au quotidien, pour l’améliorer, cela va de soi !

Quelle solution  restera t’il alors au pays, si un tel « bordel ambiant » se poursuit ?

 

 

 

 

Je rage de voir tant de gâchis, alors que tant de français doutent de l’avenir et souffrent au quotidien, sans perspective aucune ! Nous devons absolument nous ressaisir, renouer avec nos fondamentaux, retrouver le sens du collectif, porter un projet commun de nouveau partagé, sans calcul de carrière préalable, d’arrière pensées politiciennes d’arrière garde ou de positionnement tactique pré congrés.

Rappelons que la destinée des uns et des autres dépend du succès ou de l’échec des trois prochaines années.  ?Prenons un peu de hauteur, vu le niveau et la qualité des débats, des tweets et des petites phrases nous avons de la marge avant de risquer le vertige !
Pour aller vers un idéal qu’il nous faut redéfinir,  nous n’avons plus de projet concret bâti sur le monde d’aujourd’hui depuis belle lurette, encore faut il pour cela comprendre le réel.
Cela ne vous rappelle personne ? Pourtant beaucoup l’ont cité avec emphase il y a quelques mois et surtout accommoder à toutes les sauces  !

Quelles sont nos positions, simples, claires, audibles, crédibles, face aux révolutions en cours ? Excusez du peu tant elle se bousculent au portillon : omniprésence d’internet, mondialisation, crises régionales multiples, développement du terrorisme, multi culturalisme, multiplication des catastrophes naturelles, bio éthique, nécessité de bâtir une Europe qui tienne enfin la route, et surtout plus que tout, adaptation au changement climatique et aux décisions que le réchauffement implique ?
Cherchez l’erreur ? J’aurais plutôt tendance à penser qu’il nous faut surtout changer de focale, arrêter de nous regarder le nombril ou de sombrer dans l’hystérie collective, et rechercher le cap à suivre !

Encore faudrait il renouer avec le brin de sérénité qui nous manque tant aujourd’hui, tempérer un peu ses propos dans des médias qui font plus fonction de chambre à distorsion que de chambre d’écho. Cessons de nous chamailler sur les points de détails, les logorées sémantiques, les postures sans fin, histoire d’avoir le sentiment illusoire d’exister médiatiquement quelques minutes notamment sur les chaines de la TNT (« 15 minutes of fame »).
Manifestement Warhol n’est pas tout à fait mort ! En oubliant jamais que tout ce qui est excessif et insignifiant.
Je vous en conjure camarades, arrêter les petites phrases (c’est pas moi, c’est l’autre), brandissez moins de certitude ! Ressentir doute et humilite est à mes yeux plus une qualité qu’un défaut ! Se poser les bonnes questions est préférable à apporter de mauvaises réponses ! A croire que l’histoire ne nous apprend rien …

Seuls, nous ne représentons pas grand chose, ou si peu, ?alors arrêtons de donner des leçons à la planète entière, un peu d’humilité et de relativisme ne fera de mal à personne, et surtout de la parole passons enfin aux actes concrets,car  pour être universel, mieux vaut le dialogue que le monologue.

Il serait bon pour le pays, que nous soyons enfin à la hauteur de la responsabilité politique historique que nous portons. Nous n’avons qu’une seule issue, réussir l’alternance de gauche que nous représentons (Manuel, Benoit, Arnaud sont de gauche comme beaucoup d’autres, arrêtons le délire, et la machine à excommunier style Mélenchon).
Pour ce faire que les uns et les autres se branchent de nouveau sur le monde réel, et au plus vite ! Je peux leur en faire visiter un bout, s’ils le souhaitent ou sont en manque, mais plus que tout, qu’ils laissent oukases, certitudes et égos au vestiaire, afin de se fondre dans l’œuvre collective.

Sinon, j’ai bien peur que nous soyons plus proche de la boite à baffes que de la boite à coucou des guignols, même si le ridicule ne tue pas …

Autant de boîtes qui me font penser à celle plus funeste de Pandore que nous venons d’entrouvrir ces derniers jours !

Spéciale dédicace amicale à Philippe T, et à tous les élus de proximité qui chaque jour mouillent la chemise en première ligne, loin des sunlights …  

 

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *