Google, puissance 80

L’arrivée de Vinton Cerf, un des père fondateur mythiques du World Wide Web, chez Google, nouveau venu à la croissance météorique, améne plusieurs interrogations sur le devenir et les évolutions futures de la toile mondiale. … Avant de revenir sur certaines pistes poursuivies par cette société et traquées quotidiennement par Francis Pisani, dans Transnet, un blog que je vous invite à consulter fréquemment (lien ci contre), revenons sur une success story en cours  …

 

Google vient d’enregistrer une arrivée de poids, Vinton Cerf, lui même, au titre de « Chief Internet Evangelist », tout un programme … C’est lui qui en inventant le protocole TCP/IP a rendu possible l’apparition du réseau des réseaux.  Sa future mission (s’il l’accepte …) est de contribuer à faire de cette société un acteur incontournable du devenir d’Internet.
Google est devenu pour chaque internaute un outil indispensable à l’utilisation quasi transparente, pourtant derrière ce logo se cache des intérêts économiques colossaux.

Rapide retour sur une « success story » en cours …

 Google naît d’un coup de génie de deux jeunes américains (Larry Page et Sergey Brin) étudiants à Stanford, en Sciences Mathématiques et en Sciences Informatiques, qui conçoivent en 1996, un projet de recherche « BackRub » basé sur une méthode d’analyse des liens pointant vers un site web afin d’évaluer la pertinence et la popularité de la page recherchée. Ce projet repose sur la structure des liaisons du World Wide Web et rend possible, grâce à une analyse complexe réalisée sur à partir d’algorithmes mathématiques, l’évaluation de la qualité, de l’importance et de la pertinence des pages indiquées à la fin d’une recherche, contrairement aux moteurs de recherche traditionnels.

Ces derniers, à base d’ordinateurs très puissants, scannaient alors une grande portion du Web afin d’indexer et de trier les pages correspondant à certains mots clefs. Les résultats n’étaient pas des plus pertinents.
Car si l’avantage d’Internet est d’être une source prodigieuse d’informations, l’un de ses plus gros inconvénient est ce trop plein d’informations (appelé également vertige informationnel), qui rend difficile voir impossible la recherche de la « bonne » information.

 

En 98, achètant un stock de disques durs à prix réduit enchâssé dans un écrin en… Lego, les deux étudiants fondent avec l’aide financière d’un des fondateurs de Sun System, une société appelée Google, néologisme créé à partir du mot « googol » (un googol est le chiffre 1 suivi de 100 zéros) qui suggère que la raison d’être de Google est d’organiser l’immense quantité d’informations disponible sur le Web. Accessoirement, le googol est supérieur au nombre de particules élémentaires de l’univers, qui se contentent de 80 zéros….
Google a choisi ce terme pour symboliser sa raison d’être qui est d’organiser l’immense volume d’information disponible sur le Web et dans le monde et s’est choisi un logo, couleur lego …

 

Autre intérêt et non des moindres, cette technologie repose sur une association de machines de bas de gamme plutôt que sur de gros serveurs très onéreux.

 

Une efficacité inégalée

 La réussite de Google tient principalement à sa capacité de déterminer en un temps record les pages les plus pertinentes en fonction de critères de recherche grâce à un algorithme mathématique appelé « PageRank » .
 Quand le robot logiciel de Google (GoogleBot) visite une page Web, il analyse sa structure , suit ses liens vers les autres pages Web, évaluant ainsi le degré de pertinence d’une page en fonction du nombre d’autres pages qui lui sont liées.

Autres avantages : Google a une vitesse moyenne de 0,29 seconde par recherche , n’accepte pas de bannières sponsorisées et sa hiérarchie des réponses ne tient pas compte de de critères commerciaux.

 

Un modèle économique exemplaire

Dès son lancement, en 1998, Google répond à 10 000 recherches par jour, à la mi 1999, il gére 3 millions de recherches par jour et génére déjà des millions de dollars de revenus. En 2000, il est le plus gros outil de recherche au monde, avec un index de 1 milliard de pages  dont 560 millions entièrement et 500 millions uniquement en relation à leur adresse.
En 2000, l’apparition des liens sponsorisés (Adwords) lui permet de multiplier ses gains. La société engage une politique de diversification : groupes de discussions (Google Groups), actualités (Google News), comparateur de prix (Froogle), service de weblogs (Blogger), recherche et gestion d’image (Picassa), une Toolbar (Google Toolbar) et un webmail (Gmail).

Et ce n’est pas fini … Nous yr eviendrons prochainement …

 

Désormais, Google est une société qui fait peur aux mastodontes que sont Microsoft, Yahoo, Amazon et d’autres, le combat ne fait que commencer et mérite d’être sanglant … L’imagination et la créativité seront des avantages concurrentiels déterminants … Une indication, un an aprés son introduction en bourse, Google a dépassé toutes les entreprises de la Silicon Valley excepté Intel et Cisco System … Beaucoup de spécialistes comparent même désormais cette entreprise à … Microsoft …

 

Comme quoi, même en 2005, l’imagination peut prendre le pouvoir … Et en ce qui concerne cette marque cela risque de décoiffer …

 

Google en quelques chiffres

Nombre de pages explorées : plus de 8 milliards  /  Images : plus de 1 milliard /  Messages Usenet : plus de 1 milliard  /  Nombre de langues dans lesquelles l’interface a été traduite : plus de 100 /  Nombre de langues dans lesquelles Google offre des résultats : 35 /  Nombre de domaines : plus de 100 /  Salariés : plus de 3 000 dans le monde

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *