Le bien être peut il être soluble dans un indicateur ?

city calculator.jpgIl n’a fallut pas moins de 22 spécialistes, deux prix Nobels d’économie, et pas des moindres (Joseph Stiglitz et Amartya Sen) plus un économiste reconnu (Jean-Paul Fitoussi), pour constituer la « commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social » lancée apr Nicolas Sarkozy, himself.
Unique obsession de toutes ces têtes pensantes : élaborer l’indicateur miracle permettant de déterminer la performance qualitative d’un pays, afin de détrôner l’unique étalon de performance utilisé depuis les années 30, le produit intérieur brut ou PIB.
Cette quête du graal peu commune est destinée sinon à révolutionner l’économie, du moins son ressenti en réintégrant notamment dans l’analyse, les cotés obscurs de la force que demeurent encore pour les décideurs  le volet social et l’écologie !

Mais peut-on réellement mesurer la qualité d’une société avec une colonne de chiffres ?
C’est ce que l’équipe hollandaise de Winy Maas (MVRDV), une des dix équipes retenues pour plancher sur le grand Paris, a tenté de mettre en place, avec son «City Calculator», application informatique permettant à partir de données dites « objectives » de définir des schémas d’optimisation de l’urbanisme … Le futur Grand Paris pourra ainsi devenir «une des villes les plus qualitatives, vertes et compactes au monde» …CQFD ….

Aujourd’hui, tout économiste sérieux sait que le PIB ne peut raisonnablement indiquer la qualité de vie des habitants d’un pays, qui peut fort bien connaitre à la fois une croissance exponentielle de son PIB et une détérioration importante de la qualité de la vie de sa population. Car le noeud du problème est bien la répartition des fruits de la croissance obtenue ! Celle ci, jusque à l’an dernier était au rendez vous. Cela n’est plus le cas désormais, et trop souvent les statistiques sont  annonciatrices de mauvaises nouvelles mettant à plat les stratégies de communication les plus sophistiquées; pour beaucoup de politiques, la tentation de briser le thermomètre est forte …

Sur le fond une interrogation simple, changer l’indicateur du bien être, améliorera t’il le bien être lui-même ? Problématique sans doute plus philosophique qu’économique …

Ceci étant pour les politqiues s’interroger sur l’évaluation du « bien être » des habitants est fondamental, n’est ce pas la finalité de leur action ?
Encore faut il dans le même temps, ne pas oublier quelques points secondaires aux yeux de certains, la santé de notre planète vu les dégâts croissants causés par l’empreinte écologique et ne pas oublier dans la foulée  « l’empreinte sociale », donnée importante s’il en est  !

 

 

La crise est la preuve par 9, de la faillite des indicateurs utilisés jusque là par le marché. Ils n’ont jamais annoncé les prémices de la poussée de fièvre soudaine qui a saisi l’économie planétaire et l’a plongé en zone rouge. Soulignons en passant que la responsabilité de l’économie du virtuel, voir de l’illusion qui a provoqué cette catastrophe d’abord financière puis par un effet domino, économique et sociale est avérée. EN ayant dit cela, nous ne devons pas oublier que cela touche aux fondations mêmes de l’organisation économique mondiale et à ses repères.

Il est heureux que l’ensemble de nos dirigeants, ou presque, s’accorde désormais pour indiquer que l’heure n’est plus au court terme, mais au « Soutenable », conséquence, le PIB n’est désormais plus en phase car trop axé sur le court terme et le trop global …

Faut il rappeler qu’un autre indicateur existe depuis 1990,  l’indice de développement humain (ou IDH). Développé pour les Nations unies par l’économiste pakistanais Mahbub ul Haq et Amartya Sen, décidemment un habitué de la question, il est basé sur trois critères : espérance de vie à la naissance, niveau de scolarisation et « revenu réel corrigé », ou « standard de vie » (basé sur Parité du pouvoir d’achat ).

Gros inconvénient cependant, il repose sur les statistiques nationales officielles, quelquefois à prendre avec des pincettes. Il offre cependant un instantané intéressant du degré de développement de l’ensemble des pays … Pour l’anecdote, signalons que l’IDH n’a pas peur du froid puisque l’Islande a pris la place de leader à la Norvège qui la détenait depuis six ans (c’était avant la crise financière !), la France étant 10 eme de ce classement et Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Sierra Leone bon derniers (17 pays n’étant pas pris dont l’Afghanistan, l’Iraq et la Somalie, faute de données fiables). Mais l’IDH ne tient pas compte non plus des critères environnementaux, sociaux ou démocratiques …

Reconnsaissons que beaucoup des recommandations émises par la « Commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social » valident des options que ne peuvent renier les progressistes (place des services publics, politique sociale, inégalités …), et qui doivent passablement agacer les tenants d’un certain libéralisme économique, jugeons en plutôt  :
Se référer aux revenus et à la consommation plutôt qu’à la production marchande, privilégier l’angle de vue des habitants, tenir compte des prestations fournies par l’Etat (santé, éducation), se référer à la répartition de la richesse et non à une simple moyenne, mieux évaluer les dépenses liées à la santé, l’éducation, l’environnement, le logement, tenir compte des inégalités : sexes, origines, générations …

Aujourd’hui plus que jamais, l’écart entre pays réel et pays « ressenti » se creuse … La « réalité supposée » de l’état du pays est de plus en plus éloignée de celle percue par les habitants, le hiatus est là, bien réel, et s’accentue avec la détresse sociale causée par les crises successives que nous traversons. L’écart croissant entre le premier décile (les 10% de la population les plus favorisés) et le dernier est sur ce point instructif, il prouve bien que réfléchir en termes de moyenne n’a pas de sens. Comme l’écrivait un journaliste récemment « aucun individu ne peut se reconnaître dans une moyenne statistique ».

Les indicateurs de la boite à outils ne sont plus adaptés, ils sont basés sur les critères d’une société qui n’est plus la notre. La planète a tourné, nous avons changé de millénaire et d’objectifs. Il y a obligation urgente à répondre aux impératifs environnementaux, question de vie ou de mort, mais également sociaux. Doit on rappeler que le Développement Durable a trois piliers : environnemental, économique et social ?

Taxer la mauvaise croissance (pollutions, exploitation sociale …) et encourager la bonne est une question de bon sens, encore faut il que les plus faibles disposent réellement de la liberté de choisir !
Lorsque l’on taxe le tabac ou l’alcool, et que dans le même temps, la société met en place des structures de remédiation, peu ou pas trop de problème. Mais à contrario, les ménages à faibles revenus qui se chauffent au fuel et sont obligé de se déplacer en voiture pour aller au travail, peuvent ils faire réellement autrement ?  Il faut avoir les moyens d’être écolo et habiter dans des terrtioires où cela est possible : inégalités sociales et géographiques incontournables !
Comment prendre en compte à sa juste valeur, le coté « subjectif » des situations,  la détresse sociale, le stress en entreprise… Une personne poussée au chomâge perd beaucoup plus qu’un revenu financier, c’est une perte de repères, de statuts, souvent une détresse identitaire ..

 

Un an de réflexion intense, de ces pointures mondiales pour confirmer la véracité d’un adage bien connu de mes grands parents, « l’argent ne fait pas le bonheur » !  Le rapport remis à son commanditaire, le Président français, un an jour pour jour après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers (point de départ officiel d’une crise dont les causes sont bien plus profondes et anciennes), tout juste avant le sommet du G20 arrive à point nommé dans une stratégie de communication murement planifiée pour donner à Nicolas Sarkozy, une stature planétaire … Mais qui est dupe ?

La conversion soudaine de cet « ancien » évangélisateur libéral à la sauvegarde de l’environnement et à la « soutenabilité », laisse pantois …  La période du Fouquet’s et du Bling bling semble révolu, mais jusqu’à quand ?
Cependant la nature profonde de l’animal politique que demeure Nicolas Sarlozy laisse sceptique sur cette conversion expresse. Cet homme est avant tout un aspirateur de tendances ou du moins de symboliques, pour le contenu, prière de repasser ! Il est paradoxal de l’entendre aujourd’hui du haut d’une tribune dénoncer la « religion du chiffre », alors qu’il est un apôtre des plus zélés de cette religion.
Un journal du soir en a dressé un inventaire évocateur, on n’est plus à une contradiction prés et les exemples sont légions : « Travailler plus pour gagner plus. », « taux d’élucidation des affaires » (exit la police de proximité), primes au « résultat » dans les commissariats (sans tenir compte de la nature des délits et de la durée des enquêtes importantes), le mot quota devient un générique : retours à la frontière, quota  de publications, « taux de mortalité » pour classer les hôpitaux idem …

Il est réconfortant de voir celui qui promettait, « d’aller chercher la croissance avec les dents », de vouloir instaurer le bien être pour tous …
Mais est ce une nouvelle étape dans sa stratégie de communication ou l’amorce d’une autocritique, voir d’une révolution intellectuelle, culturelle ou existencielle ?

 

Si oui, alors tout est possible sinon …

 

 

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *