Le WeB 2.0, Buzz, révélation ou Révolution ?

Internet est de nouveau un bon plan pour les entrepreneurs. Après l’éclatement de la bulle financière, les sites Internet sont enfin rentables (publicité, internautes et développement du e-commerce). Un cercle vertueux désormais enclenché, c’est la confiance qui revient, pour les internautes comme pour les investisseurs, prêts à soutenir de nouveaux projets d’entreprise.

 

Une nouvelle donne à laquelle l’émergence de la déferlante Web 2 n’est pas étrangère. Avant d’apporter quelques éléments d’analyse, revenons sur le phénomène Web 2.0, très tendance aujourd’hui. Que signifie cette expression ? Nouvelle vague (pour le surf c’est adapté !) buzz ou révolution ?

 

 

Le Web 2.0 marque incontestablement une nouvelle étape du développement d’Internet sur plusieurs champs : économique, technologique, culturel …

 

 

 

 

 

7 principes sont au coeur du Web 2.0, selon O’reilly, auteur d’un article qui fait autorité :

-1 – des services, pas un package logiciel, avec des possibilités d’économie d’échelle
– 2 – un contrôle sur des sources de données uniques, difficiles à recréer, et dont la richesse s’accroît à mesure que les gens les utilisent
– 3 – considérer les utilisateurs comme des co-développeurs
– 4 – tirer partie de l’intelligence collective
– 5 – toucher le marché jusque dans sa périphérie à travers la mise en place de service « prêt à consommer »
-6 – libérer le logiciel du seul PC – offrir de la souplesse dans les interfaces utilisateurs, les modèles de développements et les modèles d’affaires
– 7- Enrichir les interfaces utilisateurs

De Netscape à Google, ou l’émergence d’un nouveau paradigme économique

Netscape, la marque emblématique des débuts d’Internet s’est développé à partir d’un modèle économique traditionnel, bâti sur un produit logiciel, son navigateur. Gratuit, celui ci devait être à l’origine d’un marché rémunérateur situé au niveau des serveurs et des transactions (B to B, B to C). Un business model selon le type Microsoft reposant sur la maîtrise et le contrôle des standards, la gestion d’un planning de sortie de versions successives et attendues, d’un système de licence, des problèmes de portabilité sur différentes plate-forme …
Il en va tout autrement avec Google. Si c’est une application informatique, c’est avant tout un service permettant d’obtenir des données ; sans données Google n’est rien. Son utilité (donc sa valeur) n’est ni son contenu, ni le logiciel en lui même, mais sa capacité et son savoir faire à établir sur le réseau une relation entre l’utilisateur et un contenu. Une activité qui implique des traitements permanents et une remise en cause quotidienne. Ce savoir faire lui a permis, de surpasser jusqu’à aujourd’hui tous ses concurrents.
Ses dirigeants travaillent tous les jours à améliorer et perfectionner leur produit, leur domaine d’action est le Web dans toute sa plénitude, sa globalité et sa diversité, y compris les petits sites (théorie de « la longue traîne » ou  » longue queue » ou « the long tail ») que ses recherches mettent en valeur.
Les sociétés tel Google qui font le web 2.0 bénéficient d’un avantage concurrentiel naturel, inscrit dans leurs gênes. Elles ne s’abritent pas derrière un « business modèle » traditionnel avec des revenus rémunérateurs dépendant d’un produit dominateur derrière lequel s’abriter, leur credo est une perpétuelle remise en cause qui les rend particulièrement réceptive et réactive. Un exemple parmi d’autres : pas de problème de bugs au niveau d’une nouvelle version , la « béta » est une réalité quotidienne et c’est l’utilisateur qui en utilisant les produits les façonnent peu à peu.

Le plus incroyable est que les deux technologies à la base du « Web 2 » sont connus depuis le début d’Internet. Pourtant XML et les interfaces de programmation d’applications (API) n’avaient jusque là suscités que peu d’intérêt, c’est malgré tout à partir d’elles que se sont développés les Web Services et les flux RSS (acronyme signifiant au départ « Sommaire de site enrichi » ou bien « Really Simple Syndication » ou Syndication vraiment simple)
Cette évolution auraient elle était possible sans le succès de Linux, de l’Open Source qui ont brisé les monopoles en place ? Il est permis d’en douter.
Les stratégies propriétaires bénéficiant de rente de situation sont à des années lumière du Web 2, même si la lutte autour de la maîtrise du portail sera déterminante. L’objectif étant désormais d’être universel et de s’adresser à un marché global, tant pour les plateformes (PC et Mac) que pour les supports (ordinateurs, PDA, téléphonie …).

Désormais, l’information a un fil à la patte

Un RSS est un fichier texte généré par un site Web ou un blog, composé de balises décrivant le contenu d’une note par exemple et pouvant être interprétés par un navigateur ou un logiciel adapté (agrégateur). Le RSS est dénommé fil d’info car ce fichier généré automatiquement permet de suivre le rythme de publication de nouvelles notes et d’en diffuser un résumé. Le développement des blogs, dont une des caractéristiques majeure (ce blog n’échappe pas à la règle) est le rythme incertain et irrégulier de parution des notes (ou post) a donné toute son importance au RSS. S’abonner à un fil d’info permet de recevoir les posts au fur et à mesure de leur publication, il en va de même pour les Podcasts.
Nous entrons dans l’ère de la distribution des contenus, qui n’est pas sans poser certaines interrogations sur la fiabilité des informations reprises et transmises sur la toile mondiale, le Web étant une formidable caisse de résonance. La vérification des sources et les recoupements d’informations devient dans certains cas une nécessité et redistribue vers les médias une nouvelle fonction … Le Web est avant tout réactif avant que d’être réfléchi (cf note précédente)

Tirer parti de l’intelligence collective : la force est dans le lien

Depuis Xanadu, le lien hypertexte est à la base du web, il en fait son originalité, sa force, sa richesse, sa simplicité, transformant la toile mondiale en une base de connaissance perpétuelle qui s’enrichit continuellement de nouveaux contenus intègrés à sa structure et constituant peu à peu le Web sémantique. Une situation décrite par O’Reilly : « Telles des synapses formant un cerveau où les associations se renforçent à force de répétitions et d’intensité, les connections au sein du web se multiplient organiquement à la mesure que leur dicte l’activité de l’ensemble des utilisateurs. Le web est devenu une affaire d’intelligence collective« 

Cette évolution transforme les sites en émetteurs d’informations et les internautes en producteurs de contenus, grâce aux langages dynamiques qui permettent de mettre en situation de co-développeurs les internautes. Les liens vont dans les deux sens, permettant un vrai dialogue grâce aux trackbacks (rétro lien) qui permettent de réagir à des notes en postant commentaires, nouveaux liens …

Les exemples d’intelligence collective ne manquent pas : Napster transformant chaque client en serveur au service du réseau, la Page Rank (classement de page) de Google, méthode de classement basé sur les liens hypertextes (et non sur l’analyse des contenus), l’encyclopédie Wikipedia, triomphe du travail collaboratif, ou n’importe quel utilisateur du web peut enrichir ou modifier un article … Signalons également l’importance du buzz (ou « marketing viral », le bouche à oreille) et l’implication des utilisateurs dans le réseau, appellé par certains la « sagesse des foules » …

Pour le philosophe Pierre Levy, initiateur des arbres de connaissances et philosophe du cyberespace : « Il s’agit d’une mutation culturelle comparable à l’invention de l’écriture, si le langage oral porte l’intelligence collective de la tribu, l’écriture l’intelligence collective de la ville, le futur Web sémantique exprimera l’intelligence collective de l’humanité mondialisée interconnectée dans le cyberespace ».
« L’intelligence collective existe dès les sociétés animales … Elle accomplit un saut fantastique avec l’humain du fait du langage, de la technique et des institutions complexes qui caractérisent notre espèce. L’évolution culturelle humaine peut être considérée comme un lent processus de croissance de l’intelligence collective, qui suit un parcours en zig-zag, plein d’essais et d’erreurs, mais avec quelques grandes étapes irréversibles à long terme … l’avènenement du Web représente un pas de plus dans cette longue histoire ».

« Le Web accomplit trois grandes mutations :
1) tous les documents et tous les types de représentation sont virtuellement interconnectés.
2) Tout document présent en un point du réseau est virtuellement présent partout dans le réseau.
3) Les signes ont acquis une capacité d’action et d’interaction autonome grâce au logiciel ».

Ou sont les pistes de développement ?

Deux enjeux stratégiques se dégagent aujourd’hui : celui des données et du portail.

La course pour la possession de données stratégiques est en cours … Données libres, données propriétaires … AU regard de la diversité du type de données et du développement de la numérisation, le débat fait rage et concerne également les bibliothèques (voir note), les photos de satellites mais aussi le téléchargement rebondissant sur d’autres problématiques, plus juridiques celles ci concernant le droit d’auteur (ou le droit d’éditeur). Un débat ouvert également dans d’autres domaines comme celui de la génétique … .
Des données sur lesquelles des nouveaux services se greffent … GPS et aide à la conduite par exemple à partir des photos de satellites … Le champ d’action ouvre des perspectives phénoménales …
Autre enjeu de taille : l’importance fondamentale du portail. Celui ci devient de plus en plus complet et global. Complet dans les services proposés : messagerie instantanée, gestion des agendas, carnet d’adresses, informations, navigateur … Global sur la diversité des plate formes et supports accessibles … PDA, GPS, voiture, ordinateurs (PC, LINUX, MAC) … Un marché qui fait beaucoup d’envieux : Yahoo, Google, Microsoft et auquel s’invite de nouveaux venus tel Apple notamment …

L’Internet est redevenu du coup, l’eldorado des entrepreneurs. Les USA connaissent une vague de création de services web sans précédent, en France cela frétille tout juste bien que les clignotants soient au vert : puissance et simplicité des technologies, présence d’investisseurs, modicité du budget à réunir pour se lancer.
La dynamique est lancée et devrait au regard des caractéristiques du Web 2.0 plutôt concerné des start up que des grandes entreprises, alors que c’est exactement le contraire que vien de faire notre gouvernement, tout récemment … L’informatique logicielle est un sentier de croissance vertueux, ce qui dans le contexte actuel n’est pas rien, et devrait interpeller les politiques sur la priorité des aides à accorder devant plutôt se diriger vers des petites structures réactives (les virtuels Google de demain ) que dans des grands groupes. Il faut avant tout essaimer. Le choix des projets à aider devant être effectué selon certains critères par des spécialistes reconnus dans la partie (une sorte de « business angel institutionnel »), des pistes existent …

Le développement du logiciel libre, par exemple, permet de développer de nouveaux services au meilleur coût mais également de nouveaux emplois. Les applicatifs à mettre en place et à implanter permettant d’optimiser le formidable potentiel du Web 2.0 demande une assistance et un savoir faire local. Encore faut il que les pouvoirs publics et les collectivités territoriales soient moteurs dans ce domaine et qu’on les aide dans cette démarche.

Deux exemples concrets concernant une commune :

– Elle peut bénéficier de subventions (Etat, département, région) sur l’acquisition de matériel (au titre de l’investissement) et non sur un développement logiciel effectué par une Web Agency Locale. Pourtant l’essentiel des pièces d’un ordinateur est produit en Asie du Sud Est (surtout en Chine) alors que le développement, l’implantation et le paramétrage d’applicatifs utilisant des solutions à base de Linux ou de logiciel libre « Open Source » (Appache, SPIP …) nécessitera l’intervention d’un informaticien local, et permettra d’agir efficacement pour l’emploi (qu’il soit direct ou indirect).
– Une acquisition de matériel ou de logiciel permet à une commune de récupérer la TVA, une intervention logicielle, non …

Un buzz est une technique de marketing viral qui repose principalement sur le phénomène de bouche à oreille. Il s’agit de faire parler d’un produit ou d’un service avant son lancement officiel en distribuant, de manière parcimonieuse et parfaitement calculée, des informations ou des rumeurs qui entretiendront la curiosité des Internautes. Un buzz bien encadré peut amener à rendre un produit célèbre avant même sa sortie.

Xanadu, né en 1960, le projet Xanadu lance un nouveau de système d’information « au bout des doigts ». Ted Nelson, son animateur invente l’hypertexte. Une vision avant-gardiste utopique qui peu à peu dessine le devenir de ce que sera plus tard Internet

Article de O’Reilly (en français)

Blog de Francis Pisani : Transnet (voir dans mes favoris)

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *