Les voeux 2012 …

Voeux-2012c.jpg Remarque générale, peu d’élus regrettent 2011, année anxiogène s’il en est … Mais derrière les multiples rebondissements de la crise de la zone euro et le sort d’un Triple A qui ne tient désormais plus qu’à un fil, il y a plus grave, la réalité du terrain, quelquefois dramatique.

Les habitants que je rencontre ne me parlent pas de crise, encore moins de triple ou de double A mais évoquent simplement l’emploi ou le logement qu’ils n’ont pas et leur pouvoir d’achat qui baisse inexorablement alors que dans le même temps la précarité se développe avec les risques d’exclusion  liés.
Les problèmes d’approvisionnement des Restaus du Cœur témoignent de l’ampleur de cette détresse. Trop de familles aujourd’hui dans la difficulté n’ont plus d’espoir dans le lendemain, et désabusés, lassés des promesses non tenues, s’éloignent du politique.

Le succès du mouvement des indignés certes interpelle, mais s’il est nécessaire et utile de s’indigner, il faut surtout mettre en place des réponses concrètes plus que des mots, des promesses ou des slogans ne durant que le temps d’une campagne électorale; 2007 est passé par là.  Il est certain que nous y verrons plus clair dans quelques mois,  le prochain scrutin présidentiel promet d’être décisif.

Notre pays se relèvera de cette séquence, défi somme tout relatif comparé à ce que nos parents et grands parents ont traversé et vécu durant les dernières décennies, reste à savoir en quel état …  Encore faut il ne pas se tromper de crise. Si ce que nous subissons aujourd’hui est une crise d’ajustement (de la dette, de la gouvernance, de la répartition de la richesse, de notre mode de croissance …) certes douloureuse, elle n’est pas la crise systémique que certain veulent nous survendre.

A contrario, celle qui nous amènera à changer nos choix de vie, notre modèle de société,  imposera régulation et réhabilitation du long terme et de l’investissement face au modèle actuel dominé par le court terme et la société de consommation, est bien la crise environnementale due aux  émissions de Gaz à effet de serre, y répondre est vital.

J’ai des raisons d’espérer, sentiment qui me vient du terrain, et de l’activité des femmes et des hommes que j’y croise chaque jour. Ils y vivent, y travaillent, s’impliquent, souvent avec passion, notamment dans nos associations, et font de Trilport une ville dynamique, attractive, attachante, avec une véritable dimension humaine, faite de convivialité, d’amitié et de solidarités …
Cette vitalité est une valeur ajoutée créatrice qu’il faut savoir apprécier à son juste prix.

Nous avons pu semer en 2011, dans un cadre budgétaire tendu et contraint, quelques graines d’avenir qui ne demandent qu’à s’épanouir et fleurir, avant de produire les fruits espérés.  Ce qui n’est pas si mal, car  si pour le plus grand nombre, le fruit est l’essentiel de l’arbre, les vrais jardiniers savent qu’en réalité, c’est la graine qui importe

Alors que proposer en 2012 ?

 

 

 

Voeux-2012b.jpg

 

L’enjeu est de rendre nos concitoyens, malgré un contexte difficile que personne ne conteste, acteurs de leur devenir, afin que nous puissions construire collectivement une ambition commune et surtout partagée par le plus grand nombre, sans exclusive ni exclusion, et de vraies perspectives …

Il est important de préciser que les difficultés de financement que rencontrent aujourd’hui les Conseils Généraux et Régionaux, sont également les nôtres. C’est autant de soutien en moins pour nos projets d’équipements ou d’infrastructure au service de nos concitoyens dans le cadre de politiques contractuelles malmenées, et d’incertitudes pour le maintien des politiques publiques pourtant indispensables, notamment pour les plus fragilisés, que ces collectivités portent …

Les professionnels s’en inquiètent. Le Moniteur de la semaine dernière titrait dans un de ses articles : «Quand les collectivités s’enrhument, les entreprises du BTP toussent ».

Autant dire que ces entreprises risquent de tousser fort en 2012. C’est également moins de travaux d’infrastructures pour rendre nos territoires compétitifs, moins de travail pour nos entreprises, moins d’emplois pour nos habitants et in fine moins de croissance pour une économie qui en a pourtant tant besoin. Comment réduire le déficit de la dette sans croissance ?

 

La feuille de route que nous nous fixons pour 2012 tient compte de ce contexte :

Bâtir des  proximités plus solidaires

Mettre en place un pôle social permettant au CCAS et aux acteurs sociaux de travailler dans de meilleures conditions. C’est lorsque les temps sont difficiles qu’il faut être en capacité d’apporter des solutions adaptées, rapides et complémentaires et améliorer ses capacités d’écoute.

Soutenir le commerce de proximité, il constitue un élément important du lien social que nous voulons développer. Nous devrions accueillir début 2012, deux nouveaux commerces, ce qui par les temps difficiles  que nous rencontrons démontre le dynamisme et le potentiel de notre ville.

Faire évoluer en profondeur les services municipaux, afin de les rendre plus performants face aux tendances de fond rencontrées : désengagement des missions de l’état, baisse tendancielle de nos ressources, augmentation des exigences des habitants et de leur nombre, manifestation de certaines incivilités, développement d’internet et de ces usages, nouveau paysage territorial … Les objectifs poursuivis sont clairs : améliorer la relation avec les usagers et Habitants, conforter le sens du service et de l’action publique à laquelle nous sommes très attachés, mieux informer, anticiper plus que subir, améliorer l’offre de service via notamment une réflexion autour de la mise en place d’un nouveau site internet doté de téléservices, proposer une nouvelle conception de l’organisation des services : plus agile et plus transversale.

Une réflexion qui bénéficie de l’implication des agents, sollicités depuis septembre, mais également des Trilportais, grâce aux questionnaires auxquels beaucoup ont répondu, certaines propositions émises ouvrent des pistes de travail intéressantes.

 

La réflexion et le travail collectif réalisé autour de l’éco quartier a permis de progresser sur des problématiques concrètes impactant le quotidien des Trilportais et permettront des réalisations concrètes dans toute la ville,  dés cette année :

Dynamiser la démocratie citoyenne : réunions publiques, lancement d’ateliers citoyens, plébiscités par les nombreux participants qui y viennent, et réunions de quartier

AmélioL’éclairage public : il nous faut éclairer mieux, plus juste, de manière plus économe, sans éblouir les étoiles et en limitant la pollution lumineuse. Une rénovation générale, des lampes aux armoires, va être lancée et s’étendre progressivement à toute la ville. Elle permettra de gérer chaque point lumineux en modulant selon les heures et les secteurs, l’intensité de l’éclairage, permettant d’améliorer le cadre de vie, d’effectuer des économies importantes tout en diminuant les émissions de Gaz à Effet de Serre.

L’accessibilité : relance de l’activité de la Commission extra municipale « Accessibilité » privilégiant une réflexion globale sur la ville, basée sur la notion d’itinéraire afin de traiter  les différents points clés à aménager,

Une bio diversité plus robuste en ville : aménagement d’un Parc Urbain, création des jardins familiaux, gestion différenciée des espaces verts.

Usages  numériques : contribution à un projet de télécentre afin de soutenir l’emploi et de créer des synergies locales, actions visant à  réduire la fracture numérique, équipement des écoles, d’ici la fin de l’année, toutes les classes des écoles de la commune, de la Maternelle au Primaire, seront connectées à Internet en filaire.

 

2012, verra également progresser certains grands dossiers

L’écoquartier « l’Ancre de lune », qui après avoir été lauréat 2009 de l’appel à projet «Nouveaux Quartiers Urbains », a été un des six lauréats 2011 du concours lancé par l’ADEME Ile de France, sur l’Approche Environnementale de l’Urbanisme.

Prévention de la délinquance : la réflexion intercommunale va bientôt déboucher sur la création d’un CLSPD, que nous réclamons avec insistance depuis 2002. Il nous semble essentiel que l’ensemble des acteurs impliqués dans cette problématique complexe puissent se rencontrer et agir en complémentarité. Au niveau communal, nous expérimenterons l’outil qu’est la vidéo protection; sans l’idéaliser, ni le diaboliser, mais avec éthique et  avec la volonté de l’utiliser avec efficience, selon nos moyens financiers. Notre priorité est de contribuer à renforcer la Police Nationale et de lui donner tous les moyens nécessaires afin qu’elle soit en capacité d’accomplir ses missions dans toutes les communes, en complémentarité avec notre Police Municipale. Il est essentiel pour la cohésion sociale du pays de défendre les missions régaliennes de l’Etat, liés notamment aux proximités.

Nos communes ne doivent pas devenir des déserts institutionnels, des cités dortoirs, ou des terres de relégation, mais demeurer  des communautés de vie ou le lien social n’est pas un vain mot.  Autant dire que nous attendons avec beaucoup d’appréhension les mesures de carte scolaire en préparation. Nos écoles ont besoin d’enseignants en nombre suffisant, formés, impliqués dans leur mission ! Nous serons attentifs et vigilant, il en va du  devenir du pays.

L’équilibre entre qualité du service public, action efficiente, dimension humaine, proximités et contexte budgétaire tendu concerne également d’autres acteurs  représentatifs également de la cohésion sociale, telles la SNCF et la Poste, nous aurons l’occasion d’y revenir dans ce blog …

2012, est également l’année d’un tragique anniversaire, celui des 10 ans de l’explosion de la Halotte, qui a fait 2 morts et marqué durablement la ville. Coïncidence symbolique, nous confierons la même année à l’agglomération cette Zone d’activités, désormais en plein essor, au lieu de la friche industrielle qui subsistait après l’explosion. Nous pouvons avoir la fierté du devoir accompli.

Pôle Gare : intégralement piloté par l’Agglomération, le chantier de rénovation des abords de la gare au titre des travaux d’aménagements liés au Pôle Gare (Plan de Déplacement Urbain d’Ile de France) devraient enfin débuter cette année ; après un retard de quelques années du à des négociations difficiles avec RFF.

Déviation de Trilport : outre la beauté et la qualité du patrimoine naturel local, du pont inauguré par Napoléon III et le Prince Impérial, de l’hélicoptère inventé par un illustre Trilportais, notre ville a une spécialité dont elle se passerait bien : son bouchon.
Sans revenir sur les épisodes précédents,  si nous sommes en panne depuis 2008 et le blocage du SDRIF par l’Etat (Grand Paris), la situation peut se débloquer grâce à la loi que la sénatrice Nicole Bricq a fait voter au Sénat.

 

« Une société sans rêve étant une société sans avenir. » (Jung), nous devons rêver ensemble à des lendemains qui chantent,

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *