CPE : ou de l’autisme en politique …

L’entêtement de Dominique Villepin peut être grave de conséquence, il est en effet grand temps de trouver une porte de sortie à la grave crise sociale que nous traversons. A jouer le pourrissement du conflit, le Premier Ministre prend des risques considérables, l’autisme a ces limites ! Espérons que les prochains jours le ramène à une analyse plus circonstanciée de la situation. Constat évident, devant une réforme aussi sensible nos gouvernants auraient du mener en amont une réelle concertation avec les représentants des jeunes et les organisations professionnelles et patronales. L’essentiel était plutôt que de faire un coup politique (ou comment se distancier de ce cher « Nicolas ») de débattre et dialoguer autour d’une vision et d’un projet d’ensemble. Cela aurait permis l’utilisation d’arguments d’une toute autre nature que ceux développés jusque là par le gouvernement, pour certains irrecevables, le  « Mieux que rien » cachant trop souvent le « Pire que tout ».

 

Dialogue d’autant plus nécessaire, que les violences urbaines de novembre dernier devraient amener les différent spolitiques et énarques à laisser de coté une certaine arrogance et à manifester plus d’humilité.   

Il n’y a pas de fatalité à la précarité
Pour les jeunes, la réalité d’aujourd’hui n’est guère réjouissante : chômage important, voir dramatique dans certaines banlieues (lire note précédente), emplois précaires, temps partiel, stages non rémunérés, intérim … Comme le démontre beaucoup d’analyses de sociologues et d’économistes, le système produit chaque jour à foison ses « in » et ses « out » et la frontière entre ces deux états devient de plus en plus tenue.
Fait nouveau, le CPE s’adresse à tous les jeunes, quelque soit leur qualification et les réunit du coup dans la même angoisse; loin d’amélioer la situation il relègue la jeunesse au rôle d’une simple variable d’ajustement économique. 
La société génère une nouvelle catégorie de travailleurs : « les travailleurs pauvres ». Situation peu enviable, qui ne permet pas à ces personnes de bénéficier d’une réelle autonomie, de pouvoir vivre décemment de leur travail ou de se loger. Les nouveaux Contrats (CNE et CPE) sont des plus dissuasifs pour par exemple,  obtenir des organismes d’emprunt , des banques ou des bailleurs sociaux des prêts ou un logement.
Concernant le chomâge, la réponse de trop de politiques a été jusque là on ne peut plus réductrice : c’est la faute à la mondialisation … « L’enfer c’est les autres …  » … Attitude irresponsable qui a déclenché une réaction en chaine dont la dernière illustration a été le résultat du scrutin européen, le non à l’Europe soulignant la peur des autres (le plombier polonais) mais également du lendemain.
Nos différents gouvernants ont oublié une maxime essentielle : « Gouverner c’est prévoir »! La mondialisation économique entraînant de fait une nouvelle distribution des rôles entre pays développés et pays en voie de développement, elle nous impose de revoir notre politique sociale et la priorité absolue accordée à des secteurs comme l’éducation, la formation ou la recherche et la nécessité de redéfinir une vraie solidarité nationale afin de lutter efficacement contre les inégalités qui s’accroissent chaque jour un peu plus.

Le problème central avec le CPE n’est pas qu’il amène un minimum de souplesse à un système bloqué mais au contraire qu’il transfère l’essentiel du risque à l’acteur le plus fragilisé, le salarié, qu’il contribue à précariser davantage (la précarité ne s’arrête pas aux seules portes de l’entreprise mais poursuivant le salarié jusque dans sa sphère privée). Une des questions de fond posées par les anti CPE est celle de savoir « qui doit assumer le risque économique « , pour eux comme pour moi, la réponse apportée par le dispositif initié par Villepin est irrecevable.

L’inquiétude d’un patron de petite entreprise (je ne parle ici pas des grandes entreprises du CAC 40)  au moment d’une embauche devant la crainte du licenciement provoqué par les aléas économiques est également compréhensible. Un troisème acteur, la puissance publique, peut intervenir pour assumer tout ou partie de ce risque social, c’est sur ce constat simple que les pays scandinaves notamment ont avancé.

Ouvrir de nouvelles perspectives …
Le plus important pour notre société est il de précariser l’emploi ou au contraire de valoriser les compétences ? Il n’y a de richesse que d’homme écrivait un philosophe du moyen age, ce constat est toujours d’actualité au XXI eme siècle. D’autant que la mondialisation ne nous laisse pas d’alternative, ne pas avancer c’est reculer, réformer est donc nécessaire.
Mais une réforme ne peut être le produit de la réflexion d’un énarque solitaire coupé du terrain, elle doit être collective, partagée, nécessite un consensus entre les différents acteurs, des moyens et non de la précipitation, de l’autoritarisme et de l’autisme. Mieux vaut pour le monde de l’entreprise un personnel qualifié, bien formé, avec de l’optimisme, de l’énergie positive qu’un personnel précarisé.

Revenir au XIX eme siècle n’a aucun sens, mettons nous simplement au niveau de notre époque.

Il nous faut donc rebondir et sortir par le haut de cette crise, non pas fermer les fenêtres et ne rien faire, mais au contraire ouvrir de nouvelles perspectives et le champ des possibles … Quitte pour certains publics cibles déterminés, les non qualifiés par exemple, qui ne sont ni jeunes ni vieux, mais simplement sortis du système ou qui n’y sont jamais rentrés, mettre en place des mesures adaptées et spécifiques.
Nous devons également et en urgence, lancer de nouveaux chantiers, complémentaires et prioritaires  comme ceux de l’Education (et la place de l’entreprise dans l’enseignement supérieur), de la Formation et de la Recherche et nous tourner ainsi résolument vers l’avenir.

 

Précédentes notes

CPE, le contrat qui fait désordre : http://jmorer.hautetfort.com/archive/2006/03/06/cpe-le-rapport-qui-fait-desordre.html

Pourquoi CPE rime avec précarité : http://jmorer.hautetfort.com/archive/2006/02/22/pourquoi-cpe-rime-avec-precarite.html

Stand the ghetto : http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/11/07/du-sens-de-la-responsabilite-dans-l’art-de-manier-du-«-karch.html

 

Contribution de Jacques Attali et Vincent Champainhttp://juliette.nfrance.com/~ju16656/Supprimer/texte.pdf

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *