Grand Prix de l’environnement …

arbre-debout-nb.jpgTrilport participe au Grand prix de l’environnement 2008, dont les résultats seront proclamés cette semaine au CNIT dans le cadre d’une exposition sur les énergies renouvelables.

Si nous avons postulé suite à la visite des organisateurs de cet évènement, nous n’avons pas eu le temps de  constituer un dossier de candidature comme nous l’aurions désiré, avec toutes les conséquences pour cette semaine, mais qu’importe, cet évènement montre le chemin parcouru depuis 2002 !

Le Développement Durable, nous l’avons pratiqué pendant de longues années comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir ou presque, mais avec passion et volonté …

Tout a débuté avec une demande de subventions, lors des études préparatoires à un Contrat de développement avec le Conseil Général de Seine et Marne, puis du Conseil régional. Pour établir le diagnostic de ces partenariats, nous avons mené une large concertation auprès des acteurs de terrain et des habitants. Débat des plus fructueux, ayant entrainé une profonde remise en cause de l’action municipale: bouleversement des mentalités et des modes de fonctionnement des élus et des services municipaux, nouvelle organisation des services, introduction de méthodes de travail novatrices, définition de stratégies globales et transversales, développement de l’éco construction …

Illustration : le programme d’équipements publics lancé, intégralement en H.Q.E, engagement environnemental prolongé avec le lancement dés 2005 d’un Agenda 21. Initiatives qui ont fait de Trilport en quelques années une des villes pionnières du Développement Durable en Ile de France, malgré notre petite taille. Je me souviens encore des commentaires amusés de certains élus de villes voisines, y compris de grandes villes, devant nos mesures qualifiées à l’époque d’originales !
Aujourd’hui, les premiers équipements sont sorties de terre et fonctionnent depuis de nombreux mois, les services municipaux intègrent les priorités environnementales, nos engagements passés sur la ressource eau, les énergies renouvelables ou l’isolation ont été validés par les accords de Grenelle et les projets que nous avons dans nos cartons, sont dans l’air du temps …
Les communes voisines, hier sceptiques, nous rejoignent désormais en nous prenant pour exemple. Si je mesure le chemin parcouru en la matière mais ne retiendrait qu’un idée, lorsque l’on parle d’environnement plus on apprend, moins on sait …

En matière d’environnement les élus locaux ont une responsabilité particulière : l’action municipale agit directement sur les problématiques liées au réchauffement climatique, en influant concrètement et durablement sur l’habitat, l’organisation urbaine, la consommation et la production d’énergie, la bio diversité ou la mobilité … . Mais également du fait de la résonnance particulière que l’action politique peut revêtir quelquefois auprès des habitants et des autres acteurs de la vie publique.

Permettez-moi également trois réflexions sur la valeur du temps, la place de l’humain dans le Développement durable et le prix réel des produits ou de leut utilisation  …

 

arbre-debout.jpgLa société doit redonner au temps toute sa valeur de filtre. La crise financière, véritable électrochoc, aura pour conséquence je l’espère de nous amener à revoir en profondeur notre modèle de développement actuel, dont une des conséquences est que la moindre innovation technique, du fait de la mondialisation se propage désormais quasi instantanément sous toutes les latitudes, style contagion virale, quasimment sans contrôle ou si peu …

Pourtant certaines notions fondamentales comme l’éthique, le principe de responsabilité ou de précaution développée par les philosophes inspirateurs du Développement Durable, ou plus simplement de bons sens doivent nous rendre plus circonspect et nous faire prendre conscience de la valeur du temps qui passe …
L’agriculteur avant de penser à la récolte, biologique cela va de soit, sait qu’il doit attendre la fin de chaque étape d’un cycle immuable : le temps des labours, celui des semailles, puis le temps des cultures qui précède la fructification, et enfin la récolte. Si le fruit issu de ce labeur est mauvais, il doit en tirer toutes les leçons … Le principe de précaution est induit.

L’humain, le lien social, sont au centre du Développement Durable. C’est l’interaction de l’homme sur son milieu, la fameuse empreinte écologique, qui est à l’origine même du concept. A ce titre, il est toujours bon de rappeler que l’Education avant d’être considéré comme une charge de fonctionnement ou une variable d’ajustement est un investissement pour le présent et le futur.

Les décideurs doivent également saisir l’opportunité que représente la lutte contre le réchauffement climatique. Simple constat, pour changer concrètement et durablement nos habitudes de vie, la valeur économique d’un produit (énergétique ou non) ou de son utilisation devrait intégrer soit les dommages collatéraux causés à l‘environnement, soit les bénéfices qu’en tire la société : taxation ou subvention sont les deux alternatives.
Nous voilà à des années lumière d’un monde dérégulé, mais insistons, la défense active de l’environnement est un processus, qui constitue de fait une réelle opportunité créatrice d’emplois pour notre économie et les entreprises locales grâce à l’effet de « longue traine » provoqué,

Nous ne sommes aujourd’hui qu’au début d’un profond bouleversement, il est de notre responsabilité collective pour le devenir de tous, plus particulièrement de nos enfants, que le réflexe « Développement Durable » se développe auprès de chaque locataire de la planète. A nous de nous y employer, qu’il y ait des grand prix de l’environnement ou pas, car en la matière l’essentiel est de participer …

Voilà qui nous éloigne du Congrés de Reims, non ?

 

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *