La marche d’Arcelor à Trilport, «l’acier lorrain vivra»

Ou les leçons d’une marche citoyenne

 

ARCELOR-marche-web.jpg

C’est avec plaisir que nous avons accompagné les salariés d’Arcelor Mital lors de leur étape à Trilport pour le dernier kilomètre de la journée. Il paraissait tout à fait normal de nous associer à cette initiative citoyenne qui constitue certainement la réponse la plus intelligente que les syndicalistes pouvaient apporter aux lacrymogènes reçus des forces de l’ordre les empêchant d’accéder au QG de Nicolas Sarkozy, il y a quelques jours.
Soulignons que c’est cet « accueil » qui est à l’origine de cette marche tant ils l’ont mal vécu. L’aspect incontestablement pacifique, bon enfant et non violent de leur initiative n’en prend que plus de relief, non ce ne sont pas des casseurs, et le seul mot d’ordre politique qui les a animé durant ces dix journées est le slogan : «l’acier lorrain vivra !».

A leur arrivée à Trilport, les syndicalistes étaient impactés physiquement et moralement par les dix journées de marche, la fatigue, la pression, mais surtout les blessures diverses (ampoules, contractures ou entorses), résultant d’un effort physique auquel ils n’étaient pas préparés, totalisant déjà prés de 300 kilomètres au compteur.
Cependant, si leur énergie était quasi intacte, c’est bien grâce à la chaleur de l’accueil et aux multiples témoignages de sympathie recues tout au long de leur parcours, qui les ont littéralement « booster » dans leur effort, relayé par les attaques inutiles de Nicolas Sarkozy du début de semaine sur l’action syndicale.

Ce soutien populaire s’est vérifié à Trilport. Nous avions fait appel à toutes les bonnes volontés pour l’occasion, et avons été entendu au delà de nos espérances … habitants, retraités, syndicalistes, mais aussi beaucoup d’anonymes apportant spontanément nourriture, réconfort ou argent, et donnant ainsi à l’événement toute la dimension citoyenne à laquelle nous tenions.
Jusqu’aux soins diligentés à leur arrivée afin de soigner les bobos et de leur permettre de repartir le lendemain du bon pied, afin d’être présent au rendez vous fixé au pays, sous la tour Eiffel, sentinelle d’acier lorrain, chacun le sait désormais.

La dimension populaire de la marche pour l’emploi (ou encore marche de l’acier) a dépassé le seul cadre des hauts fourneaux, tant elle constitue non seulement un défi insensé pour sauver l’emploi des salairés de Florange, mais aussi interpelle le politique, et ce à plusieurs niveaux, dont celui notamment de la parole donnée, du poids des mots, et de la désespérance et la colère qu’entraine les promesses non tenues,

 

J’y reviendrais …

 

 

 

 

 

 

ARCELOR-acier-web.jpg

Il est bon de rappeler que cette marche fait suite aux promesses « gravées dans le marbre », de Nicolas Sarkozy (février 2008), sur le site même de Florange,  puis réitéré peu après au Palais de l’Elysée devant les syndicalistes; promesses non suivies d’effets. Un épisode que m’a rappelé Edouard Martin, le délégué CFDT du comité d’entreprise européen du groupe, et qui les ont considérablement marqué. Une opération de comm’ destiné juste à surfer sur le désespoir des salariés, et à remonter d’un ou deux points dans les sondages de popularité, ce qui les a profondément écœur de Nicolas Sarkozy dans un premier temps, mais plus grave de l’action politique en général. Car aprés les maux et les lots, ensuite, silence radio, plus de nouvelles … Il a fallu que les syndicalistes inaugurent devant l’usine et accessoirement la presse, la fameuse stèle, « Ici reposent les promesses de Nicolas Sarkozy faites le 4 février 2008 », pour que l’on reparle de leur sort et des promesses non tenues du Président, geste qui a passablement énervé le candidat  Sarkozy …

Edouard Martin est  devenu la « tête de gondole médiatique » de l’intersyndiacale des salariés d’Arcelor, à l’instar de Xavier Mathieu, le porte-parole emblématique des « Conti ». Il est important pour de tels mouvements de disposer de bons relais médiatiques, de « passeur d’émotion » ayant la capacité de trouver les mots permettant de faire entendre toute la noblesse et la dignité de ce combat syndical, face aux communicants professionnels des entreprises ou du gouvernement. Un manque de savoir faire, peut être, heureusement compensé par l’authenticité du discours.

Mais au delà de la faillite politique, il y a également l’interpellation économique. Pourquoi une telle fermeture avec toutes ses conséquences sociales pour les familles et les territoires induites ? Dans ce cas précis, l’aciérie ferme non pas parce qu’elle ne gagne pas d’argent, mais parce qu’elle n’en gagne pas assez, situation qui démontre les limites du modèle capitaliste financier actuel, notamment pour une industrie aussi stratégique que l’aciérie.

Mais gare à la surenchère … Question promesse, les syndicalistes d’Arcelor Mital sont blasés et pour tout dire, mêmes blindés et vigilants. S’ils souhaitent désormais la défaite de Nicolas Sarkozy, ils seront sans concession pour le futur Président, quelqu’il soit, et cette mise en garde ne peut se limiter à la seule droite …

J’ai rappelé à Edouard Martin et à Jacques Minier, autre leader du groupe, moins charismatique qu’Edouard mais plus dans l’organisationnel, un souvenir personnel gravé dans ma mémoire. J’étais présent à la gare de l’Est un certain 13 avril 1984, le jour de la manifestation des sidérurgistes de Lorraine venus manifester à Paris.
Je ne suis pas prêt d’oublier la vision de ces milliers de travailleurs casques à la tête, revêtus de leur combinaison descendant des train, j’ai encore à l’oreille le bruit de leurs pas sur les quais puis le parvis de la gare. Ils étaient là pour protester contre l’adoption par le gouvernement d’Union de la gauche d’un nouveau plan Acier lourds en licenciements. J’en avais les larmes aux yeux, et me suis juré depuis, de ne plus faire partie des politiques lançant des promesses inconsidérées et des surenchères intenables en oubliant qu’il y a toujours des lendemains des additions à régler et des familles à secourir. Dire ce que l’on va faire, et faire ce que l’on a dit, vois depuis mon crédo   

L’autre enseignement à retenir, plus optimiste, est la force positive qu’une telle aventure humaine lorsqu’elle est authentique et surtout légitime apporte,  à ceux bien évidemment qui la mènent ou y participent, mais aussi  à tous les autres …

Pour cette raison encore , les marcheurs d’Arcelor sont à remercier …

Vidéo de leur étape : La Ferté sous Jouarre / Trilport (arrivée à Trilport)

Article du journal Libération consacré à cette étape

Lien du blog des marcheurs

ARCELOR-mairie-web.jpg

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *