Les facteurs rêvent ils de voiture électrique ?

Facteur.jpg

François, le personnage inoubliable créé par Jacques Tati dans ses deux films (« L’École des facteurs » et surtout « Jours de fête ») qui a fait connaitre dans toute la planète ce personnage central pour nos villes et nos vies qu’est le facteur,  doit remuer dans sa tombe devant la mort annoncée d’un métier qu’il chérissait tant.

La distribution du courrier devient aujourd’hui un véritable sujet d’inquiétude, tant pour les habitants confrontés à une dégradation croissante des conditions de distribution, que pour les facteurs eux mêmes; ce que l’actualité de ces derniers jours a souligné tragiquement.

J’ai reçu, il y a quelques semaines, à leur demande, des représentants de la Direction Départementale de la distribution de La Poste, souhaitant me rencontrer.
Demande inhabituelle, qui ne m’a guère surpris au demeurant, ayant ces derniers mois joué un rôle de médiateur entre la hiérarchie et les facteurs confronté à un conflit du travail pour le moins compliqué et délicat.

Notre discussion a débuté assez cordialement par le rappel de l’engagement de La Poste en faveur de la voiture électrique. Jean Paul Bailly leur PDG, a annoncé un programme d’acquisitions sur 4 ans, portant sur plus de 3 000 véhicules 2 places de Peugeot, et 15 000 utilitaires Renault Kangoo. Ils ont soulignél’engagement responsable et citoyen de l’entreprise et sa  contribution à la lutte contre les émissions de Gaz à Effet de Serre. Voilà pour la version coté pile, car cette mesure cache d’autres initiatives, moins sympathique coté face  …

Selon ces responsables, l’introduction massive des véhicules électrique nécessite de facto l’installation de bornes de raccordement électrique qui ne peuvent être implantées que sur des plates formes industrielles centralisées.

Personne ne voit le rapport ? Elémentaire pourtant cher lecteur …

Les facteurs basés actuellement sur des bureaux de distribution déployés sur le territoire, tel celui de Trilport qui dessert aujourd’hui 14 communes, se retrouveront de fait déplacés en totalité sur un site unique, ce qui signifie la disparition totale de ces bureaux.

La ficelle est un peu grosse, l’innovation environnementale et citoyenne apparaissant du coup plutôt comme un prétexte destiné à camoufler une opération de restructuration qui bouleversera en profondeur l’organisation de la distribution du courrier et qui n’est pas sans poser de nombreuses interrogations, tant logistiques que de fond …

 

 

 

Une  des contraintes majeures des véhicules électriques actuels est une autonomie plus que relative. Un constat qui devant l’étendue du secteur envisagé pour cette restructuration et les difficultés de circulation multiples que nous connaissons chaque jour (nombreux bouchons notamment), fait de la réorganisation proposée par les dirigeants, un modèle tout à fait théorique qui devrait avoir un certain mal à affronter des aléas prévisibles.

Il apparait judicieux de prévoir des bornes de recharge déployés sur les sites excentrés afin d’être en capacité d’alimenter les véhicules en cas de problème d’autonomie, l’autre solution étant tout simplement de garder l’organisation actuelle en se contentant de remplacer  les véhicules à essence actuels, par les électriques.

Le paradoxe serait que devant les contraintes rencontrées, les vehicules « carbonés » ne connaissent une nouvelle vie, ce serait vraiment le bouquet…

 

Sur le fond, de beaucoup d’interrogations subsistent …

La nouvelle organisation sacrifie le rôle éminent de lien social de proximité remplit par les facteurs qui travaillent sur des secteurs quotidiens déterminés. Un rôle trés apprécié des habitants comme des élus qui admettent tout l’apport de ces véritables arpenteurs du quotidien à la proximité comme au maintien du lien social et leur en sont reconnaissant.
Elle marque également la fin de la distribution à vélo, et encore plus celle des tournées à pied; les prochaines devant, selon le nouveau modèle proposé, partir d’un site centralisateur lointain. Au niveau commercial, elle banalise l’importance pourtant stratégique du «dernier kilomètre», véritable valeur ajoutée pourtant de l’enseigne. Une chaîne logistique complète, telle celle de la distribution du courrier pour être efficiente, nécessite à la fois un traitement de masse trés automatisé au niveau des centres de tri mais aussi des facteurs ayant la connaissance de leur secteur respectif et qui souvent nouent d’authentiques liens de confiance avec les habitants, notamment agés.
Sinon pourquoi choisir La Poste par rapport à UPS ou d’autres sociétés concurrentes ?

Tout spécialiste de la logistique, le sait, le segment financièrement et logistiquement le plus lourd à organiser et à « porter » est toujours le dernier maillon, qui ne peut être automatisé et exige un travail quasi individualisé, nécessitant moyens humains, attention, méthode, connaissance du terrain, fiabilité et temps.
C’est aussi toute la force de La Poste, ce depuis sa création …

Il est dommageable pour l’enseigne de perdre tout le capital sympathie et confiance accumulé depuis tant de décennies,  dont jouissent les facteurs dans nos Territoires. D’autant qu’une partie de la population, notamment âgée, ne pratique pas ou peu Internet.

Selon les responsables rencontrés, la réorganisation ne se limitant qu’au changement du point de départ de la tournée (une paille), elle ne devrait pas remettra en cause les conditions de qualité de distribution des courriers  et colis. Nous sommes quelques élus et usagers cependant, à en douter, vu la dégradation incontestable (amplitude, fréquence, régularité…) subie ces dernières années.

Si un élu local ne peut intervenir dans l’organisation interne d’une entreprise, il se doit d’être intraitable sur la qualité du service du à tous les usagers, notamment les plus faibles. Rappelons que l’exclusion est aussi numérique et que notre société a encore besoin du courrier. La baisse tendancielle du volume des plis et colis du au développement d’internet, est cependant limité par la croissance démographique considérable de nos territoires.

Pour toutes ces raisons, nous seront trés attentifs à la suite des évènements.

 

 

 

 

Info

Depuis mars 2010, la Poste est une société anonyme à capitaux publics. Le dernier secteur protégé (distribution des plis inférieurs à 50g) est ouvert à la concurrence depuis le 1er janvier 2011.

Pour amortir les effets de la baisse tendancielle du volume du courrier, la Poste s’évertue à améliorer sa productivité tout en réduisant ses effectifs. Ce qui n’est pas sans conséquences, tant sociales qu’au niveau de l’efficience du service rendu.

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *