Stand the ghetto

J’ai participé, il y a quelques jours, avec d’autres acteurs de terrain de l’Education et de l’Emploi à une réunion du MEDEF local afin de débattre, a posteriori et à froid, des violences urbaines de novembre dernier. Une initiative intéressante, engagée par d’autres structures que le patronat, puisque les chercheurs de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales organisaient eux aussi récemment un cycle de conférences sur la thématique : « Penser la crise des banlieues: que peuvent les sciences sociales?». Une bonne chose, car tout le monde le sait, si les penseurs s’en mêlent, nous sommes sauvés …

 

 

Arrêt sur image

Le bilan des désordres urbains qui ont touché entre le 27 octobre et le 21 novembre, 300 communes est éloquent : plus de 10 000 véhicules brûlés, 200 millions de dégâts et 3000 arrestations ; de quoi rabattre la superbe du Ministre de l’Intérieur qui du coup n’a pas à flamber de son bilan 2005 ( lire note précédente ). Pourtant, gare à la tentation ! Limiter l’analyse à un réquisitoire contre l’actuel gouvernement est tentant, facile mais ne suffit pas. Si effectivement les interventions médiatiques de Sarkozy ont mis le feu aux poudres et la politique menée par les gouvernements Raffarin et Villepin aggravé la situation, la profondeur du malaise constaté entraîne une remise en cause globale qui interpelle aussi bien la Gauche que la Droite.

Tout le monde en convient, les arguments développés par le Ministre de l’Intérieur ne tiennent pas la route une seconde : les émeutiers de novembre n’étaient majoritairement ni pré délinquants, ni manipulés par des terroristes, le malise est à la fois plus global et plus profond..

 

Le pacte républicain est il le même pour tous ?

Une des premières causes éventuelles évoquées est la discrimination raciale. Un sujet grave et notre pays, terre des droits de l’homme, n’est pas exempt de tout reproche, loin s’en faut. La discrimination raciale est réelle, avérée, constatée, indiscutable et inadmissible. Nos élites en sont la meilleure illustration, tout parti politique confondu ; il suffit d’allumer sa télé pour s’en convaincre. La parité homme / femme n’y a rien changé ; je ne suis pas persuadé d’ailleurs pour ma part qu’il y ait fondamentalement plus de différence entre un et une énarque qu’entre un énarque et un jeune manifestant de novembre dernier. Une discrimination vécue douloureusement au quotidien par les jeunes et qui s’expriment sans retenue lors des recherches de stages ou d’emplois.

Il est urgent pour notre société de traiter ce problème en priorité (les américains et les anglais n’ont sur le sujet aucune leçon à nous délivrer) et y apporter des réponses sans équivoque afin d’éviter tout développement des communautarismes les plus divers et des fractures d’une toute autre nature.

 

Mais le malaise est plus profond et ne concerne pas seulement les jeunes issus de l’immigration ; n’oublions pas que le facteur déclencheur est la mort des deux jeunes de Clichy et les réactions qui ont suivi. L’effervescence médiatique, suscitée par ce drame, en partie orchestré par Nicolas Sarkozy (le Monsieur Karcher « anti racaille ») a joué le rôle d’amplificateur et transformé le fait divers local en affaire d’Etat. Les victimes de Clichy sont deux jeunes semblables à beaucoup de gamins de nos écoles, de nos collèges ou de nos Lycées, deux victimes auxquels se sont identifiées beaucoup d’autres. Les arrestations qui ont suivi les évènements n’ont d’ailleurs pas concerné que des jeunes black ou beur mais tout type de jeunes.

La discrimination n’est pas seulement raciale, elle est globale : géographique, sociale, culturelle … le tout se cumulant. L’idée même d’égalité républicaine ou de pacte républicain apparaît dans certains quartiers comme déplacée, presque comme provocante ou obscène. On le tourne comme on veut, aujourd’hui la banlieue s’est transformée en un lieu de bannissement (au sens étymologique « être au ban »); il n’y existe plus de mixité sociale mais au contraire une concentration de personnes qui y vivent en accumulant les handicaps sociaux.

Auparavant, vivre dans un HLM correspondait à une étape de la vie sociale d’une famille ; désormais on y réside à « perpet' », sur plusieurs générations … Du coup, hors de la cité, point de salut et aucune perspective ; c’est la Ghettoïsation , avec ses règles de vie, ses codes moraux, ses signes d’appartenance.

Les perspectives qui permettaient à des jeunes et des moins jeunes (le chômage des seniors est aussi une réalité !) de croire en des lendemains meilleurs ont disparu. Les travailleurs sociaux, les fonctionnaires, les enseignants, les militants associatifs ont laissé place à des acteurs beaucoup moins altruistes derrière qui se profilent les communautarismes les plus divers.

 

Ou sont les perspectives ?

La banlieue est devenue un « ghetto » que les classes moyennes fuient, abandonnant la petite couronne pour la grande (93 vers 77 notamment). Lorsque une société est dans l’incapacité de développer en son sein de valeur collective, l’individualisme règne, chaque groupe social met alors tout en œuvre pour fuir le groupe immédiatement inférieur dans l’échelle sociale ; une seule obsession « ne pas être les derniers … ».

Pourtant ces quartiers sont un formidable réservoir d‘énergie potentielle. Une énergie qui doit désormais s’ouvrir à d’autres secteurs que le sport : les disciplines artistiques, l’économie, la société civile, les états majors des partis politiques …
Car les jeunes émeutiers de novembre dernier sont en manque de repères et en panne de perspective. Il est de la responsabilité collective de la société et des décideurs locaux et nationaux de relever ces challenges.

Croire en la société, cela commence par croire en ses jeunes.

Le premier tour de la présidentielle de 2005, a démontré le profond divorce entre les élites parisiennes et la trés grande masse de nos concitoyens; je situe, c’est discutable mais j’assume, le vote européen dans la même veine. Trop de français actuellement, jeunes et moins jeunes sont désenchantés et sont devenus des « a quoi boniste » (chers à Gainsbourg). L’absention, le manque d’engagement, la dépolitisation sont des indices sérieux de ce désenchantement et l’on ne peut que se réjouir des initiatives des Debouze, Thuram, Joe Starr, si au bour du bout, le réflexe citoyen électeur joue enfin; il est temps que les jeunes prennent leur destinée en main, et qu’au vote des pierres de novembre succède celui du vote de papier.

 

La situation est grave, mais pas désespérée … Les évènements de novembre ont été remarquablement géré par les forces de l’ordre, qu’il faut saluer. Un sang froid qui a permis de ne pas envenimer une situation mal engagée. Il est paradoxal que ce soit les acteurs du terrain, en première ligne, et non ceux des conférences de presse qui aient su garder leurs nerfs et délivrer ce message de professionnalisme.

S’il n’y a pas de fatalité, précariser encore plus des jeunes fragilisés, en état de révolte latent, sans leur proposer de nouvelles perspectives ne permettra pas de répondre aux interrogations soulevées en novembre dernier. S’il est vrai que la courbe démographique entraînera de fait une baisse mécanique du chômage dans les prochains mois, permettra t’elle de recréer une dynamique positive, un engagement des exclus dans la société de demain, j’en doute ?

Les solutions proposées par la droite (CPE, apprentissage à 14 ans) ne sont pas à la hauteur du traumatisme constaté, elles en sont aux antipodes …

Nous devons, chacun à notre place, contribuer à bâtir des perspectives qui permettront peu à peu de reconstruire des lignes de fuite potentielles … Il n’a pas une, mais des réponses collectives à apporter … Tout voyage à sa destination, c’est cette destination qui permet de subir les contraintes de la route, sinon certaines contraintes ne sont plus acceptables ! Les violences de novembre dernier démontrent le divorce actuel entre les jeunes des cités et notre société. Ils en sont pourtant le produit et l’avenir.

 

La balle est désormais dans le camp des politiques et des décideurs. Leurs responsabilités dans les prochains mois sera grande, car le populisme et la démagogie seront également au rendez vous de 2007. Pour être à la hauteur du rendez vous, il faudra être audible, constructif, savoir proposer de nouvelles perspectives, et faire naître un nouvel espoir collectif en des lendemains qui chantent.

 

Tout un programme …

Partager cet article sur...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *